• Gauche antiraciste et féministe, pour la loi du 15 mars 2004

    http://amitie-entre-les-peuples.org/De-gauche-antiraciste-et-feministe-pour-la-loi-du-15-mars-2004?var_mode=calcul

     


    votre commentaire
  • INEGALITES : BLOCS ET SOUS-BLOCS - Christian Delarue

    1) Le texte de base sur le sujet
    L’hégémonie inégalitariste
    https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/120622/lhegemonie-inegalitariste-menacee

    2) Le vaste bloc inégalitariste des grands possédants, subdivisé en deux sous-blocs, deux pôles.
    https://blogs.mediapart.fr/amitie-entre-les-peuples/blog/150622/un-bloc-des-possedants-et-deux-poles-inegalitaires-en-son-sein

    3) Le sous-bloc fasciste, raciste
    https://blogs.mediapart.fr/amitie-entre-les-peuples/blog/140622/repoussons-le-sous-bloc-raciste-et-xenophobe-du-bloc-inegalitariste

    4) La classe d’appui des riches
    https://blogs.mediapart.fr/amitie-entre-les-peuples/blog/110622/la-classe-d-appui-des-tres-riches

     

     


    Je parle certes d'un vaste bloc pro-inégalités  ce qui semble pertinent pour peu qu'on évoque de suite deux sous-blocs et je cite ici Rene MONZAT
     On ne peut pas comprendre « l’extrême droite », les droites radicales, sans voir qu’elles s’inscrivent dans une structuration politique non pas à deux pôles mais à trois pôles : libéraux, partisans des communs (gauches radicales) et identitaires (droites radicales). Entre ces courants qui se substituent à la bipolarisation droite/gauche, il n’y a pas solution de continuité, mais lutte d’influence. Les conservateurs sont ainsi écartelés entre libéraux et identitaires, les sociaux-démocrates entre libéraux et partisans des communs. Et les couches populaires sont l’enjeu d’une bataille entre partisans des communs se référant à un peuple classe, et les identitaires se référant à un peuple ethnique. Une position intermédiaire s’avère intenable.
     
    Une nouvelle extreme-droite

    https://laviedesidees.fr/Une-nouvelle-extreme-droite.html


    votre commentaire
  • Quid de l'intégrisme religieux M Stephane LAVIGNOTTE ?

     

    Les religions ne sont-elles pas réactionnaires ? Voilà la question qui lui est régulièrement posé et dernièrement sur Regard.

    Peu de religion apprécie Darwin. Mais ce n'est pas mon propos. Je laisse ce débat aux scientifiques et aux philosophes.

    Ma remarque concerne les personnes croyantes : Il peut y avoir un secteur relativement progressiste en moeurs dans chaque religion et cela empêche toute généralisation sur le sujet. J'ai donc là un point de vu "non raciste" ou plutôt non globalisant. Sans amalgame.

    Mais on ne saurait cacher qu'il y a effectivement un secteur très conservateur voir franchement réactionnaire dit intégriste (ou rigoriste) qui est dur dans les familles et au-delà si c'est possible.

    Il y a bien pire encore. La réponse ne saurait être identique puisque la menace est différente.

    Intégrisme religieux pudibond : On l'a vu dans le Portugal de Salazar, l'Espagne de Franco, en Italie et en France avec une fraction de la hiérarchie aussi pudibonde et sexyphobe  que l'intégrisme musulman ou juif haredim aujourd'hui. Cela revient en Pologne.

    Intégrisme religieux n'est pas que sexoséparatiste, il est aussi sexyphobe : il couvre les gamines et çà perdure toute la vie. Dur.

     

    Ch DLR


    votre commentaire
  • Question sur la désérotisation de la vie sociale

     
    La désérotisation de la vie sociale - en période Covid ou non mais elle fut marquée en 2020 et 21- est-elle le contre-coup d'une sexualisation menée ailleurs - les visios  sur le web par exemple - ou est-elle le contre-coup d’une montée de la spiritualisation en mode forte pudibonderie ? N'est-elle pas aussi le fruit d’une montée des violences sexistes et sexuelles (VSS) ? 
     
    Est-on d’accord d’abord sur le phénomène lui-même ? Les trois autres pratiques contraires sont-elles les seules? 
     
    La désérotisation de la vie sociale n’est pas toujours synonyme de désexualisation bien que pour les deux termes il y a un point commun évident qui est une forte baisse du désir sexuel attendu ou à l'oeuvre. Le phénomène n’est pas totalement répressif mais il s’exerce nettement : autrement dit Il s’agit d’un processus qui n’atteint sans doute pas son maximum mais la dynamique est jugée comme suffisante forte pour atteindre un niveau de vie commune jugé confortable car le désir y est plus sublimé, ou du moins plus en retenu .
     
    La civilisation de la vie sociale implique tout à la fois d’une part la non extinction de la vie érotique, le maintien du jeu des attirances sexuées et donc le refus de la répression totale (façon intégrisme religieux sexyphobe et ultra-pudibond) mais aussi, en nécessaire contrepoint, la très forte retenue de l’agressivité, des insultes, des violences sexistes et sexuelles (les VSS comme on dit maintenant). Autrement dit la "civilisation des moeurs" en lien avec une érotisation maintenue serait à ce prix et ce sont - il faut bien le dire - surtout les hommes hétérosexuels (pas que car il existe des femmes sexyphobes) qui sont invités à un trajet conséquent de "moindre barbarie et plus de civilisation"
     
    Le string seins nus sur plage ou piscine peut être une pratique sociale largement désérotisé et désexualisé du point de vue de certaines de celles qui le pratiquent mais pas de toutes car elle reste pour certaines une pratique de sexualisation limitée devant s’inscrire dans un cadre civilisé ou l’agression et l’insulte n’ont pas leur place. Il reste néanmoins le regard . Mais le « mâle gaze » c’est plus que le premier regard automatique d’attirance car il s’agit du regard collé et même plus encore que çà il est une façon de menacer ou l’agression n’est jamais loin. Car il existe une sexualité prédatrice, violente et sadique chez certains hommes.
     
    Ch DLR
     
     
     

    votre commentaire
  • https://blogs.mediapart.fr/amitie-entre-les-peuples/blog/040622/la-nouvelle-dictature-du-proletariat


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires