• COLONISATION et ISLAM THEOCRATIQUE
    Dans "Le premier âge du capitalisme", tome 1 portant sur « L’expansion européenne » d’Alain BHIR on apprend, aux pages 354 et suivantes, que les mouvements religieux de l’islam de la seconde moitié du 17 eme siècle n’ont eu du succès qu' à cause des ripostes qu’ils portaient face à l’impérialisme européen particulièrement violent et qui lui n’hésitait pas à pratiquer la traite.
    Ce succès des mouvements religieux ne signifie nullement que les populations de l’espace sénégambien approuvaient la charia et souhaitaient un Etat théocratique. Simplement, en présence de deux maux, ils ont choisi le moindre et ce fut un soutien de circonstance à Nasir-al Din et son djihad.
    En fait, à cette époque Thanatos (mépris de la vie et de son développement) régnait en maître des deux côtés du conflit colonial. Face à la barbarie de l’Europe colonisatrice et esclavagiste on avait la barbarie de la composante fortement réactionnaire de l’islam que l’on peut nommer intégriste . Ce que l’histoire ne dit pas ici ce sont de chaque côté les possibles refus de porter violence : refus du colonialisme d’un côté et refus de l’intégrisme religieux hyper-patriarcal de l'autre. Notre option intellectuelle consiste à penser que partout dans le monde existent des hommes et des femmes en opposition aussi bien contre les violences du capitalisme et de son impérialisme que contre les violences des intégrismes religieux !
    Il faut noter que l’islam réactionnaire nuisible aux femmes existe depuis fort longtemps et qu’il pesait de tout son poids - sorte de colonialisme intérieur - contre les populations qui y résistaient sans offrir alors de façon conséquente et massive ni un athéisme construit avec un contenu progressiste ni un corpus de croyance en Dieu maintenu mais à contenu nettement plus égalitaire entre hommes et femmes, plus ouvert à l’égard de l’homosexualité masculine ou féminine et beaucoup plus débarrassé d’une attitude psycho-rigide et répressive à l’égard de la sexualité.
    Christian Delarue
     
    ajouté à
    http://amitie-entre-les-peuples.org/L-islamisme-comme-colonialisme-interieur-Christian-Delarue

    votre commentaire
  • Doit-on laisser dire et agir l’imam salafiste Béchir Ben Hassen ?

    L’imam salafiste Béchir Ben Hassen, établi en France, interdit de prêche en Tunisie depuis 2015 est connu pour ses prises de position intégristes. Il circule dans les mosquées pour délivrer un discours obscurantiste et haineux . On sait qu’il s’était déjà fait remarquer pour avoir approuvé l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo.

    Peu de temps après l’égorgement (oui égorgement - comme le rituel de sacrifice d'un cochon) d’une femme policière à Rembouillet par un islamiste, il faudrait prendre des mesures de contrôle de l’individu.

    Christian Delarue

    http://altermd-krisdlr.centerblog.net/99-imam-bechir-ben-hassen?

     


    votre commentaire
  • Lallab, une officine du système voiliste (1).

    Lallab déclare être « areligieuse, aconfessionnelle et apartisane » mais refuse que les musulmanes, comme les autres femmes, ne soient plus jugées, discriminées ou violentées en raison de son genre, de son physique, de son orientation sexuelle, de ses origines ou encore de ses convictions religieuses". Allons voir derrière l’apparence des choses, toutes les convictions religieuses n’étant pas, en soi, respectables.

    Ceci étant dit, Lallab se propose de défendre les femmes musulmanes, pas les autres. On pourrait croire qu’il s’agit d’un féminisme de défense des femmes musulmanes contre toutes les oppressions sexistes, y compris donc celles en provenance d’une composante réactionnaire interne à cette religion (comme elle existe dans d’autres grandes religions) et que l’on nomme ordinairement « intégrisme religieux ». Pas du tout ! Ce qui est évidemment problématique puisque les intégrismes religieux musulmans sont particulièrement offensifs depuis quelques décennies contre les musulmanes. Ce n’est donc pas un point de détail . Lallab ne distingue pas au sein de cette religion une composante intégriste sexyphobe qui impose des normes dures de pudibonderie aux femmes musulmanes, et même aux gamines de deux ans. On verra que ce serait bien difficile pour elle car elle en partage quasiment toute l’idéologie !

    Dès lors, on ne s’étonnera pas de voir que ce sont en fait et surtout les musulmanes voilées et sous hypertextile (outre le foulard, les manches longues et la jupe longue ras du sol) qui sont défendues. Evidemment, les défendre des agressions physiques ou des insultes de l’extrême-droite se comprend mais ce n’est pas l’objet principal de cette association. Il faut pour elle s’en prendre surtout à certaines lois comme par exemple la loi du 15 mars 2004 qui veulent interdire les signes religieux ostensibles à l’école publique.

    Sa méthode consiste à racialiser toutes les musulmanes (néo-racisme identitaire) et donc de les intégrer toutes dans un moule communautaire ou c’est la « pudeur musulmane » qui sert de critère identitaire fort et affecté arbitrairement au monde musulman et surtout aux femmes, la question se posant assez peu aux hommes musulmans qui eux, pour certains, la prescrivent aux musulmanes pour les distinguer des autres femmes dépravées . Voilà donc une sub-culture particulière - une pudeur de haut niveau - issue de l’intégrisme musulman déployé durablement (plusieurs décennies maintenant) et vécue par certaines musulmanes comme une aliénation pénible et sexiste dont il faut se libérer qui est élevée par cette association au titre de culture devant être respectée. Voilà toute l’entourloupe Lallab, cache-sexe de l’intégrisme musulman en France !.

    Et ce faisant, vouloir sortir de ce piège identitaire c’est trahir la communauté c’est passer dans le camp de l’ennemi islamophobe ! L’islamophobie sert utilement à couvrir les pratiques pudibondes des intégrismes musulmans.

    Il faut noter ici, qu’il existe un intégrisme juif haredim qui est aussi sexyphobe et autoritaire contre les femmes juives. Les « bonnes juives » doivent être aussi très couvertes, bien cachées. Les juifs haredim sont moins nombreux de par le monde à sévir (cf les campagnes d’hidjabisation) mais ils relèvent du même type de mentalité religieuse réactionnaire. Ajoutons au tableau la mentalité du conservatisme catholique dominant d’avant 1968 (et qui perdure mais moins fortement) qui imposait aussi aux femmes une certaine pudeur . Des régimes politiques - Espagne de Franco, Portugal de Salazar - se sont construit jadis en criminalisant les camps de nudisme et les femmes libres des pesanteurs intégristes.

    « Foulard sur pattes » (dit-elle pour refuser un réductionnisme) !

    Le problème est qu’on ne voit pas les pattes ! Non pas que je veuille les voir, c’est qu’on voit systématiquement d’une part la religion (ostensiblement) et d’autre part l’hypertextile (voile et manches longues, jupe longue) soit un cumul de deux très gros inconvénients pour de très nombreuses personnes (pas toutes certes) athées ou croyantes, de droite ou de gauche ! Il y a heureusement des croyant-es qui sont plus sobres, plus discrets dans l’expression de la foi ! On suffoque moins ! D’autres sont dans la sur-visibilité et s’étonne de la réprobation au sein d’une société sécularisée !
    Et le problème n’est pas du côté de celui ou celle qui regarde et qui s’abstient lui-elle de « péter » un étendard religieux à la vue du monde et ce de façon intransigeante et constante ! Le problème est d’ailleurs dans l’intransigeance qui est la première caractéristique de l’intégrisme religieux, la seconde étant de porter tout ce qui a trait à la pudibonderie imposée aux femmes pour qu’elles n’excitent pas les violeurs !

    En outre, la sexyphobie des intégristes accompagne souvent le sexoséparatisme mais sans doute pas pour les féministes islamiques il est vrai, féministes qui ne se mobilisent pas, sous couvert de diversité textile (par exemple) pour le port du string seulement, homme ou femme, en piscine ou sur plage !

    Christian Delarue

    1) Système voiliste

    http://amitie-entre-les-peuples.org/Systeme-voiliste-Christian-Delarue

    NB : Je me suis inspiré d’un long texte de Naem Bestandji qui dispose d’une problématique plus large.

    Lire : Lallab, association sexiste, religieusement intégriste et racialiste. Naëm Bestandji

    https://www.naembestandji.fr/


    votre commentaire
  • String seulement en piscine

    Pour un possible port du string seulement en piscine, hommes ou femmes (seins nus donc)

    Non à la « pudibonderie d’Etat » (loi et police des moeurs), surtout quand le burkini est lui autorisé !

    Modifions la loi !

    Chris D en string

     

    Deux arguments principaux de la justice textile, contre la discrimination textile

    1) RECIPROCITE TEXTILE :

    Si l’hypertextile (burkini ou voile et jupe longue) est largement autorisé (sauf chez les fonctionnaires et à l’école publique) et se répand partout dans le monde (diffusion de l’intégrisme sexyphobe) alors l’hypotextile (string seulement) doit aussi être autorisé : Liberté, Egalité, Réciprocité textile !

    Ce qui se cache c’est l’organe sexuel primaire (sauf zone nudiste), ce qui se montre c’est le visage (sauf masque sanitaire)

    2) PAS DE PUDIBONDERIE D’ ETAT :

    Une certaine gauche islamophile a parlé de d’« islamophobie d’Etat » (racisme d’Etat) à propos de la loi du 15 mars 2004 interdisant les signes religieux ostensibles à l’école car c’était surtout le voile et l’hypertextile (manches longues, jupes longues) qui étaient visés mais elle n’a rien dit sur l’interdiction des seins nus en piscine, soit une « pudibonderie d’Etat » : deux poids, deux mesures.

    http://altermd-krisdlr.centerblog.net/94-string-seulement-en-piscine

     


    votre commentaire
  • VOILE ISLAMO-PATRIARCAL : absent en 1975, présent en 1990

     

     

    A propos de deux grands voyages au Maghreb et au-delà : Voyage de 1975 et voyage de 1990 : 15 ans d'écart.

    A propos d'un biais sur le peu de présence jadis du voile et de l'hypertextile des femmes musulmanes par rapport à beaucoup plus tard

     

    1) En octobre 1973 il y a eu la "Guerre du Kippour" et j'ai participé, comme jeune marin engagé (juste en octobre 1973 à 18 ans ), dans la période suivante, fin 74 et plus sûrement en 1975, dans le cadre d'une mission de l'ONU (dite DECAN il y en eu deux je crois donc DECAN I et DECAN II), sur le Bâtiment Base LISERON (plongeurs démineurs), au déminage du Canal de Suez .

    A l'époque, j'avais 20 ans, et j'ai moins remarqué les musulmanes voilées que la pauvreté . J'ai été surtout choqué par la pauvreté et la misère des populations. Pour trouver à manger, les enfants fouillaient les poubelles des navires à quai. Ils nous "faisaient les poches" dès la sortie d'un car ou d'un taxi, (souvenir : lors de visite des trois grandes pyramides). Les musulmanes voilées étaient très très rares en ville (même pas vu), mais peut-être y en avait-il plus en campagne. C'est effectivement un biais possible. 

    Les effets de la modernité, ici de la sécularisation et des droits des femmes, arrivent avec retard dans les campagnes ou subsiste beaucoup plus des archaïsmes patriarcaux et de l'obscurantisme religieux. La modernité n'est pas que positive comme pourrait le laisser entendre la phrase précédente mais elle a pu néanmoins apporter des formes de libération par rapport aux traditions, traditions que toutes les extrêmes-droites du monde et tous les intégrismes religieux veulent maintenir (conservatisme) ou réinstaller si disparu (praxis réactionnaire).

    Je suis retourné en Asie et au Maghreb en 1976-77 : même constat.

    Quid 15 ans plus tard ? Autre perception.

    2) En été 1990, après la décennie noire du FIS et six mois avant les début de la guerre du golf (Désert Storm  j'ai effectué un voyage en Algérie avec mon ex-épouse (aujourd'hui décédée) et mon seul fils à l'époque et j'ai été choqué non de la misère (quoiqu'il devait y en avoir, mais moins visible) mais de la très forte présence des hommes sur la place centrale de Tlemcen. J'ai appelé cela sexo-séparatisme car les femmes étaient et restaient à la maison.

    On avait là une situation très patriarcale dont le complément était la sexyphobie des hommes qui ne voulaient voir que des femmes bien cachées et effectivement on voyait plus de musulmanes adultes sortir en étant sous voile, le voile de la tête au pieds (hypertextile).

    A Alger, mon ex-épouse qui portait des jupes ou robes plus longues qu'à l'ordinaire a vu un homme se baisser pour regarder sous sa jupe (elle était assise sur des escaliers) et le même homme l'invectiver ensuite ! Je n'ai pas trop compris son propos car il y a avait du français et de l'arabe mais il lui reprochait son indécence.

    Christian Delarue


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires