• Une musulmane en string seins nus en ville est une Française comme les autres.

     


    Puisqu'il circule, à titre de publicité (dont je tairais le nom), la photo et le titre une très jeune "musulmane voilée est une française comme les autres" alors je dis à titre d'incitation à la critique qu'une musulmane en string seins nus en centre ville est aussi une Française comme les autres.

    Selon les options on aura grosso modo : Soit on interdit le voile comme le string seulement (qui n'est autorisé que sur la plage), soit on autorise (avec spécificités) le string comme le voile (sauf pour les fonctionnaires et dans le cadre de la loi de mars 2004 contre les signes ostensibles de religion à l'école publique).

    A priori les individus adultes s'habillent comme ils veulent mais dans le cadre d'une société qui peut limiter ce principe de liberté. Certaines sociétés - dont celles à l'islam dominant (variation) - imposent le voile aux femmes, et au-delà du voile imposent des façons de s'habiller très couvertes (jambes, bras aussi) pour les femmes.

    Cette sexyphobie assez courante du monde musulman suscite la critique tant à l'extérieur qu'à l'intérieur du monde musulman. Du fait même de cette critique interne nous rattachons ces pratiques répressives à une variété d'intégrisme religieux de type sexyphobique (haine viscérale de la chair et des formes féminines, de certains vêtements féminins aussi). La sexyphobie plus le sexoséparatisme plus l'homophobie plus l'apologie d'une inégalité hommes-femmes sous le thème de la complémentarité montrent un ensemble de tendances hyper-patriarcales. Le patriarcat restreint de la modernité occidentale est refusé car trop en liberté et égalité. Nous avons là un contre-mouvement très réactionnaire.

    Dans cette dynamique vers une hyperpatriarcat, certaines musulmanes adultes reproduisent cette domination religieuse-patriarcale sur de très jeunes enfants. Cela choque.


    Christian DELARUE

    Religion du string et sexyphobie d'Etat
     

    votre commentaire
  • Religion du string et sexyphobie d'Etat
    http://altermd.blogspot.com/2018/08/religion-du-string-et-sexyphobie-detat.html
    Religion du string seulement et sexyphobie d'Etat

     Une nouvelle religion dissidente d'un certain islam hypertextile est apparue ! Particularité : Le port du string seulement y est jugé positif mais ce port reste absolument libre . Aucune contrainte en religion dit-on ! Si si ! 

     Simplement il doit être autorisé largement, bien au-delà des plages, sauf pour les fonctionnaires (laïcité) et dans les écoles publiques (loi de 2004). On débat âprement de son interdiction dans les écoles privées . Nous y voyons une horriiiiible sexyphobie d'Etat ! 

     Quel respect par la République des croyant(e)s pro-string ? Quelle réciprocité avec les hypertextiles ? Quelle égalité ? Respect en ce cas de toutes les consciences croyantes ou pas ! Pas deux poids deux mesures ! 

    votre commentaire
  • Très belle prestation de Maria Zakharova qui n'est pas danseuse pro mais diplomate !
     
    Kalinka est le nom de la danse
     
    La porte-parole de la diplomatie russe fait fureur sur Internet en exécutant une danse folklorique

    https://francais.rt.com/international/20937-diplomatie-russe-danse-kalinka#.V0jQdpLdlvc.gmail


    votre commentaire
  • Penser l’oligarchie, la classe dominante et le peuple-classe
      

    Il y eu d'abord des intuitions en lien avec des contextes (29 mai 2005 puis Occupy Wall Street) le tout sur fond d'une histoire militante qui articulait sans trop théoriser "ordre des peuples" et "ordre des classes". Un premier travail un peu élaboré - qui date de l’été 2012 avec une publication dans Mouvements : "Classe dominante et oligarchie contre peuple souverain et peuple-classe" - opérait un lien théorique entre "ordre des peuples" et "ordre des classes" (repris de feu Georges Labica) sous le concept de "peuple-classe" (qui n'est pas de moi). CF : 

    http://mouvements.info/classe-dominante-et-oligarchie-contre-peuple-souverain-et-peuple-classe/

     

    XX

     

    La période actuelle, néolibéralisme ou capitalisme financiarisé mondial, se caractérise par l’énorme pouvoir d’une toute petite minorité de riches très grands possédants, minorité très haut placée en surplomb du reste de la société mondiale. 

    I - Les très grands possédants et le reste. 

    On retrouve ces grands possédants dans tous les pays, au nord comme au sud. Il n’existe aucune formation sociale (ou « pays ») sans oligarchie, sans classe économique dominante et sans "caste" politique associée. Mais c’est dans les formations sociales capitalistes sur-développées qu’ils sont les plus puissants. Mais leur domination s’exerce partout, tant en interne (dans les pays dit de la Triade) qu’en externe (tous les pays dominés par l’impérialisme). 

    La critique en acte (la critique-pratique matérielle) a pu faire émerger contre cette petite minorité de grands possédants le « nous sommes les 99% » . Le mouvement altermondialiste international qui s’est déployé depuis 20 ans a voulu, à travers les résistances diverses, ouvrières, paysanne et populaires tendre à construire un autre monde post-capitaliste . 

    La «  bifurcation » vers une nouvelle alternative mondiale, vers un nouveau socialisme mondialisé, devra prendre en charge d’autres problématiques, dite de «  pluri-émancipation » (Christian Delarue), car il n’y a pas que la domination économico-sociale à combattre. Il y a aussi la forte prédation contre la nature et l’environnement qui est nuisible à toute l’humanité mais qui frappe d’abord les plus pauvres. Il faut ne pas oublier aussi le patriarcat sous ses quatre formes (1), ainsi que le racisme sous plusieurs formes également (cf MRAP et plus personnellement : "peuple-classe multicolore"). Enfin, les intégrismes religieux porteurs de dogmes archaïques et autoritaires sont aussi à combattre (ennemi secondaire mais ennemi néanmoins).

    Hors populisme, fut-il de gauche, il importe de construire aussi un programme ou un projet politique pour articuler les diverses perspectives émancipatrices (cf pluri-émancipation). Mais c’est bien à un peuple-classe que les acteurs de mobilisation s’adressent pas aux classes dominantes, pas à un peuple-nation trop soumis à ces classes dominantes.

    Le peuple-classe est depuis longtemps associé à ces 99% d’en-bas. On peut débattre à l’infini sur le fait de calibrer la classe dominante de chaque nation à 1%. C’est secondaire dés lors que l’on admet que ce 1% de riches (et assurément riches) est lui-même hiérarchisé. Que l’oligarchie est au sommet du 1%.  Le peuple-classe dans sa diversité de situation est la très large fraction de peuple qui subit le classisme d’en-haut, la politique de domination de classe de l’oligarchie et de la classe dominante . 

    II - Classe dominante et rapport sociaux de domination.

    Résumons l’axiome marxiste sur le sujet évoqué. «  À la classe dominante (bicéphale) s’oppose toujours une classe dominée : une classe sociale n’est pas une réalité isolable, mais l’un des termes d’un rapport social » . Il y a plusieurs rapports sociaux : capital-travail (le plus structurant) mais aussi vendeurs-clients (rapport de solvabilité), propriétaires-locataires (de logements), automobilistes-piétons et cyclistes, administrateurs-usagers, etc... plus le rapport à la nature : vie urbaine, vie rurale. Se superposent les problèmes du racisme, du sexisme, de la xénophobie, etc.

    Il faut rappeler que le "premier Marx" (matérialisme pré-marxiste) a d’abord théorisé « l‘activité humaine » dans son ensemble, dont l’activité économique, comme moteur matérialiste du développement des sociétés avant de théoriser plus tard l’évolution des sociétés sous l’effet des contradictions de cette activité et notamment des rapports sociaux qui la clive dans le secteur de la production surtout. 

    Les rapports sociaux ne sont pas des relations choisies. Les individus sont nécessairement inscrits dans des rapports sociaux, lesquels sont multiples et variables selon les sociétés et leur histoire. Il n’y a donc pas à considérer que le seul rapport social de production et d’exploitation entre détenteurs du capital et le travail. Ce dernier est certes important et structurant mais il n’est pas le seul ! Tous les individus sans propriété sur les moyens de production forment à priori une même classe sociale, que l’on nommait jadis « ouvrière ». Aujourd’hui on peut considérer que les prolétaires sont ceux et celles qui, dans le privé ou dans le public, vendent leur force de travail (manuelle ou intellectuelle) pour vivre. Sans cela ils survivent dans le sous-prolétariat (chômage avec aides sociales). Les prolétaires forment donc une classe sociale immense mais divisée. Car d'autres facteurs interviennent.

    III - Divisions du prolétariat.

    Il y a plusieurs divisions au sein du salariat à prendre en compte (en laissant de côté ici discrimination raciste et sexisme...). Elles correspondent à des différentiations dans l'exploitation de la force de travail par le capital direct ou indirect : 1) travailler dans le privé et travailler dans le public en est une. 2) Il y a aussi la séparation "cols blancs" et "cols bleus", les travailleurs manuels (cols bleus) des travailleurs de bureau (cols blancs). 3) Travail précaire et travail stable avec avancement dans une carrière . 4) Travailler comme cadre supérieur ou comme simples travailleurs du rang . Cette distinction semble plus structurante, plus "distinctive" que les précédentes. Il y a la masse des travailleurs et travailleuses qui certes connaissent des régimes de travail différents mais doivent se contenter d'un salaire ou d'un traitement inférieur à 3000 euros net pars mois (en France 2015-18). 

    L'encadrement et les personnels assimilés se distinguent des personnels de base sur trois plans : 1) le pouvoir hiérarchique avec ici un rapport social de contrainte au quotidien (qui assure la reproduction systémique du capital)  2) la rémunération des cadres au-dessus de 3000 euros net par mois, (au-dessus des rémunérations courantes du salariat de base privé ou public) 3) un certain prestige dans la fonction que ce soit dans le privé ou le public. 

    Mais il n’en demeure pas moins cependant que les « cadres sont des travailleurs comme les autres » . Dire cela, c’est de nos jours «  aller derrière l’apparence des choses » . Evidemment plus le cadre sera en position très supérieure (conjonction des trois aspect cités) dans une organisation elle-même très hiérarchisée et plus l'idée du « cadre, travailleur comme les autres » va s’atténuer. Elle va subsister néanmoins.

    Ce propos se distingue d'une "sociologie de l'exclusion" qui jadis se préoccupait exclusivement des seuls travailleurs précaires et peu payés laissant le salariat qualifié et stable "en inclusion", non problématique (relativisation des souffrances au travail), dans le système de la carrière publique ou privée. La crise et le renforcement de l'intensification du travail a marginalisé cette théorisation. Mieux, la tendance est à l'inclusion des travailleurs et travailleuses indépendantes dans le cercle du travail problématique.

    IV - Autre aspect : Il n’y a pas que la production.

    Il n’y a pas que le secteur de la production et ses rapports sociaux de production et ses méfaits divers : «  produire pour quoi ? pour qui ? » notamment. Il y a la sphère de la circulation marchande.

    La consommation marchande constitue de nos jours aussi un rapport social (face aux marchés divers) puisque certains peuvent acheter plus que le nécessaire et d’autres, insolvables, peinent à acheter ce qui est utile au bien vivre. Le logement, la santé, la communication, le tourisme, l’alimentation de qualité, dans la mesure ou ils ne sont pas «  sous services publics » (avec une logique de satisfaction des besoins sociaux et de péréquation tarifaire), relèvent de marchés divers ou certains disposent de tout y compris le superfétatoire du fait de leur richesse quand d’autres n’ont pas le minimum. On comprend ici que la justice fiscale combinée aux aides sociales puissent ensemble participer de la justice sociale dans la mesure ou l'une ponctionne les très riches et l’autre redistribue aux couches sociales pauvres et modestes. 

    Quid du plafonnement des revenus et du patrimoine pour changer la donne et notamment supprimer le pouvoir de la suraccumulation de l'argent au sommet des grandes organisations et des sociétés ? Il faut avancer sur cette question qui ce pose du fait du néolibéralisme.

    V - Quid de l’expression démocratique dans ce cadre ?

    On pourrait penser que l’expression du vaste peuple-classe qui s’exprime à travers le peuple souverain des citoyens égaux débouche sur un modèle beaucoup plus égalitaire. qui prennent en compte les besoins sociaux des classes populaires les plus modestes. Il n’en n’est rien. La démocratie que nous connaissons sous le nom de "représentative" est marginale et biaisée car sous l'influence forte du capitalisme et de ses appareils d'influence idéologique . La «  démocratie réellement existante » laisse partout place prépondérante aux élites néolibérales dominantes. 

    Il y a là, sauf erreur, une question de contre-hégémonie à débattre. Cf La gauche, le peuple et la stratégie contre-hégémonique : 

    https://blogs.attac.org/contre-hegemonie/democratisation/article/la-gauche-le-peuple-et-la-strategie-contre-hegemonique-christian-delarue 

     

    Christian DELARUE

     

    1) Quatre formes de patriarcat en perspective historique | Le Club de Mediapart

    https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/201217/quatre-formes-de-patriarcat-en-perspective-historique


    votre commentaire
  • Soutenir un peuple iranien doublement émancipé

    Emancipé de la dictature islamique et du capitalisme financiarisé mondial.

    A l'heure ou les femmes mettent à bas leur voile islamique en signe de contestation du régime hyperpatriarcal des mollahs il importe de défendre aussi une fraction pro-socialiste du peuple-classe iranien, tant là-bas en Iran qu'ailleurs, hors d'Iran. Car sous un régime capitaliste néolibéral les femmes du peuple-classe n'ont rien à attendre de bon bien au contraire . Les hommes non plus.

    Mais existe-t-il un ou des groupes politiques iraniens assumant un projet politique de combat socialiste et laïque luttant contre toutes les formes d'intégrismes religieux qui se développent.

    Il existe une organisation hors d'Iran - l'OMPI - mais son orientation actuelle semble de plus en plus contestable . Elle serait passé au fil des ans - bientôt 40 ans - d'une doctrine nationale mélangeant socialisme de type marxisme-léninisme avec culture islamique combinée à un souci de laïcisation à une critique délestée de toute critique anticapitaliste et pro-socialiste mais beaucoup plus compatible avec un soutien de l'impérialisme des Etats-Unis.

    Cependant, méfions-nous d'une attitude visant à discréditer toute contestation du régime théocratique iranien en la plaçant d'emblée sous l'emprise de l'oligarchie des Etats-Unis. Il existe une contestation du régime autonome de toute manipulation venue des USA. Elle est faible mais elle mérite soutien. Reste que notre position non campiste ne saurait s'accommoder ni de l'emprise des services secrets des Etats-Unis, ni d'un maintien d'un islam réactionnaire accommodé au capitalisme.

    Christian DELARUE

     OMPI : Organisation des Moudjahiddines du Peuple Iranien


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires