• Le développement inégal et combiné du capitalisme (DICC) au-delà du mal-développement actuel.

    <o:p> </o:p>

    Le développement inégal et combiné ne se réduit pas à un constat actuel de mal développement, ce que j'ai pu laisser entendre parfois pour ne pas alourdir le propos et surtout ne pas exhiber une référence trotskyste dans ATTAC. Le développement inégal et combiné procède d'une analyse sur le long terme des effets du capitalisme. Pour réparer cette faute d' « éduc pop » je livre la version dépouillée puis la version correcte.

    <o:p> </o:p>

    A) Voici une signification réduite, dépourvue d'épaisseur historique :

    « L'impérialisme et le système hiérarchisé mondial ». (cf. fiche Europe d'ATTAC Rennes)

    <o:p> </o:p>

    - Le principe de compréhension de base :

    Le monde n'est pas construit sur le mode des échanges libres et bénéficiant réciproquement et également à tous et toutes. Il est hiérarchisé, il reconduit les dominations impériales et diffuse ainsi un mal développement. Pour le dire simplement, le système hiérarchisé mondial se construit selon le principe capitaliste du développement inégal et combiné. De manière plus précise, au "sur-développement" d'une zone correspond le sous-développement d'une autre et le "mal-développement" de l'ensemble.

    - Voir le simple...

    Au sein de ce système hiérarchisé on peut distinguer un Centre ou un Nord au sein duquel on observe une inégalité de développement et une périphérie ou un Sud lui même inégalement sous-développé. Cette rupture entre le Nord et le Sud se manifeste par le schéma d'inégalité des richesses dit de "la coupe de champagne" : le haut de la coupe correspondant au Nord, le "pied" au Sud (1).

    - ...sans oublier le complexe :

    Il y a donc des "nord" comme il y a des "sud" (l'Afrique n'est pas l'Amérique latine). Et il y a du nord dans le sud comme il y a du sud dans le nord. La puissante bourgeoisie des Etats-Unis domine son propre pays (tant d'un point de vue territorial que social) et les pays du Nord dont l'Europe. L'Europe est en "entre-deux" à la fois dominée et dominante.

    * Au sein même de ce continent une autre hiérarchie entre une zone Est moins développée et une zone Ouest plus développée se fait jour. En outre à l'intérieur de chaque zone, vieille Europe ou pays d'Europe centrale et orientale (PECO), on retrouve le même schéma de développement inégal tant sur le plan social que territorial. La logique du capital est intrinsèquement porteuse d'expansion inégalitaire."


    B) Voici sa pleine signification quoique très résumée :

    <o:p> </o:p>

    "Tous les pays ne se sont pas développés au même rythme, et ne sont pas devenus capitalistes en même temps. Les premiers pays capitalistes (Angleterre, France) ont développé un besoin vital d'expansion : besoin d'envahir de nouveaux pays, pour y introduire le capitalisme, profiter des matières premières et de la main d'œuvre, et pour y écouler leurs marchandises. C'est le stade impérialiste du capitalisme. Mais ce que Trotsky a découvert, c'est que les pays « retardataires » ne suivent pas, en accéléré, le même chemin que les premiers pays capitalistes : développement de l'économie de marché, de la démocratie bourgeoise...(comme l'argumentaient les courants social-démocrate et stalinien). Comme le développement capitaliste de ces pays s'effectue sous pression étrangère, cela perturbe profondément les structures économiques, sociales et politiques du pays. Et le résultat est une combinaison (instable et explosive) entre les maux de la vieille société et l'exploitation capitaliste".



    - « Le cauchemar de Darwin » comme exemple.

    "Dans <st1:PersonName productid="la Tanzanie" w:st="on">la Tanzanie</st1:PersonName> actuelle décrite par Le cauchemar de Darwin, l'introduction d'une industrie de filets de poissons a complètement détruit l'ancien commerce et l'ancienne société, sans les remplacer par une société bourgeoise démocratique. Cela a créé une classe ouvrière surexploitée dans des usines de conditionnement de poisson, à côté des couches sociales issues de la société traditionnelle (pécheurs, marchands...)" (txt des JCR).
    <o:p> </o:p>

    Le DICC entre dans une nouvelle phase ou les dégâts sociaux sont très accentués et les dégâts environnementaux s'y ajoutent. Il faut aussi aujourd'hui compter avec les crises énergétiques et climatiques.

    CD

    <o:p> </o:p>


    votre commentaire
  • *lundi 23 avril 2007 (22h29) : *
    *CONTRE LES GÄCHIS INDUSTRIELS DU CAPITAL*
    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=46949

    votre commentaire
  • Commentaire perso à l'analyse d'Alain KRIVINE postée sur Bellaciao
    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=47233


    Nombreux sont celles et ceux qui dans ATTAC ont suivi de près ou de loin l'aventure des comités antilibéraux. Ce la n'étonne pas dans la mesure ou Attac lutte contre le libéralisme non seulement dans sa version « dure » ultralibérale comme dans sa version « soft » socialibérale ou social-démocrate (j'élude ici la distinction). Cela n'étonne pas non plus du fait de la dynamique initiale qui était particulièrement enthousiasmante (1).

    Mais la division est apparue. Il a fallu choisir entre plusieurs prétendants antilibéraux ou bien voter « utile » pour certains déçus de l'unité brisée. Si l'on veut bien oublier Clémentine AUTAIN, Yves SALESSE dépourvu d'appareils de soutien, c'est est à une sévère bataille de légitimité qu'il a fallu assister entre les « trois B » (MGB, OB, JB). La désespérance est survenue. Mais ce n'est pas une fatalité. Il y a toujours une attente.

    Contre l'ultralibéralisme musclé de « Sarkopen » il falloir l'unité. C'est possible. D'autant qu'il n'est nullement besoin de faire l'apologie du socialibéralisme de Ségolène. ATTAC (comme d'autres) continuera de critiquer l'inconséquence d'un « capitalisme à visage humain » qui développe le chômage, la précarité, l'inégalité des richesses etc..

    Il faudra aussi des candidatures unitaires aux législatives, avec des candidats issus du PC, de la LCR, des Verts « à gauche » et des militant(e)s issu(e)s du mouvement social. A ce propos, ce qui est annoncé par la LCR au titre des candidatures unitaires est trop résiduel pour être sérieux. Contre le sectarisme, soutenons ici Christian PIQUET et les « unitaires LCR » comme tous les autres unitaires. Quand au PCF, s'il y en a qui ont du mal a quitter la proximité du PS à cause des sièges et bien qu'ils changent de parti !

    Christian DELARUE militant altermondialiste

    jeudi 19 octobre 2006 (18h28) : Meeting "UNITAIRE 2007" : envie de politique ! http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=35658

    votre commentaire
  • ALTER-DEMOCRATIE ET ALTER-ECONOMIE
    http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=47228

    Cette contribution au Manifeste d'ATTAC vise à insérer le souci de généralisation des mécanismes démocratiques dans une compréhension des différents niveaux de vie démocratique. Il s'agit d'un essai sur des repères qui sont autant de points de ruptures pour une vie démocratique supérieure.


    I - LES SYSTEMES DEMOCRATIQUES RESTREINTS


    A) Les deux niveaux de démocratie restreinte.


    Il y a deux niveaux de démocratie restreinte : une vraiement très rabougrie, une autre moins restreinte mais toujours très limitée .

    - La démocratie très rabougrie se nomme "démocratie représentative" telle que mis en place dans la plupart des régimes dit démocratiques .

    - La démocratie restreinte s'apparente elle à la démocratie représentative avec une "alterdémocratie" complémentaire, sorte de béquille de la démocratie représentative. L'ensemble forme encore une démocratie restreinte.

    B) Les deux conceptions de l'alterdémocratie.

    1 - La première conception : l'alterdémocratie de complément .
    Quelle est cette démocratie complémentaire ou différente de la démocratie de base ? Voici ce que dit La Revue du MAUSS (1) de l'alterdémocratie de complément: "Le précédent numéro de /La Revue du MAUSS dressait le constat de l'existence d'un malaise, à tout le moins, dans la démocratie. Le doute sur ses potentialités et sur sa réalité s'étend chaque jour un peu plus. Mais jusqu'où convient-il de désespérer ? La seule chose sûre est que, dans leur état actuel, les mécanismes de la démocratie représentative ne peuvent plus se suffire à eux-mêmes et qu'il faut revigorer l'esprit même de la démocratie. Ce sont les modalités, les potentialités et les limites de ces alternatives à la démocratie représentative – démocratie participative, associationniste ou directe, forums plus ou moins hybrides, organisations ou coopérations en réseau, etc. –, bref, de tout ce qui relève de l'alterdémocratie, que le présent numéro se propose d'examiner et d'évaluer, avec une réouverture symétrique du débat sur l'alteréconomie.

    2 - La seconde conception : l'alterdémocratie globale et alternative .

    Ici l'alterdémocratie est conçue comme un ensemble totalement différent des systèmes démocratiques existants qui sont à "démocratie restreinte". L'alterdémocratie est une visée et non pas simplement la béquille de la démocratie représentative. La conception réellement alter de la démocratie ne saurait s'accomoderde l'alterdémocratie complément d'âme de la démocratie représentative existante.


    II - RUPTURE FRANCHE : L'ALTERDEMOCRATIE POUR UN ALTERDEVELOPPEMENT.


    L'alterdémocratie systèmique fonctionne sur un champ élargi et embrasse le champ économique et donc provoque la décision citoyenne au-delà ce que l'on nomme ordinairement le champ politique. Elle relève de l'altermondialisme (un autre monde) et non de l'altermondialisation (les processus vers un monde meilleur).

    - L'alterdémocratie suppose une économie généralisée de la valeur d'usage .

    Une telle alteréconomie implique donc l'appropriation publique, la généralisation des services public et la réduction de la sphère marchande, autrement dit de l'économie de la valeur d'échange, laquelle économie masque une économie de profit du capital alors qu'il s'agit de favoriser une économie de satisfaction des besoins. L'alterdémocratie n'est donc pas seulement afférente à l'économie sociale et solidaire, complément d'âme de l'économie capitaliste (3).

    - L'alterdémocratie suppose la mise en place d'une planification démocratique de la production .

    Il s'agit de réaliser un réel "développement durable" qui combine une autre production et une autre consommation. L'alterdéveloppement nomme un développement équilibré au plan écologique, territorial et un développement socialement postcapitaliste - écosocialiste - donc réduisant fortement les mécanismes liés à l'exploitation de la force de travail ainsi que toutes les autres formes de domination et d'oppression que le capitalisme a "trouvé" en chemin et a maintenu voire amplifié.

    Christian DELARUE Com. nat démocratie ATTAC France


    Note:
    (1): _http://www.yodawork.com/websp/SW2_consult_ref?F_refid=26471&F_ent_diff_id=1_ <http: www.yodawork.com="" websp="" sw2_consult_ref?f_refid="26471&F_ent_diff_id=1"></http:>

    (2 ) [ATTAC 35] Introduction : aller vers une autre démocratie, citoyenne et populaire
    http://www.local.attac.org/35/Introduction-ALLER-VERS-UNE-AUTRE
    [ATTAC 35] Alterdémocratie
    http://www.local.attac.org/35/-Alterdemocratie-


    (3) L'altermondialisme n'est pas soluble dans le néosolidarisme - Par Christian Delarue
    http://www.pag69.org/article.php3?id_article=352

    Complément : mercredi 21 février 2007 (13h01) : ALTERCAPITALISME et/ou POSTCAPITALISME http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=43293

    (4) Sur l écosocialisme lire Mickaël LOWY Essai personnel sur Bellaciao : Un postcapitalisme écosocialiste mardi 14 novembre 2006 (08h04) : http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=36838


    votre commentaire
  • DE LA NECESSITE DE SORTIR DE LA CONCEPTION DE L'ETAT-NATION


    Mon topo sur le Manifeste à Rennes "Aller vers une autre démocratie, citoyenne et populaire" ( * ) ne pouvait être qu'une introduction relativement brève au regard de l'ampleur du sujet.

    (*) http://www.local.attac.org/35/Introduction-ALLER-VERS-UNE-AUTRE

    J'ai notamment volontairement occulté la problématique de la citoyenneté issue de l'histoire de l'Etat-nation pour m'en tenir à un définition de la démocratie issue du peuple. En fait je pense comme d'autres issus du mouvement de lutte pour l'insertion des immigrés que le mouvement altermondialiste doit sortir du modèle de l'Etat-nation. Daniele LOSCHAK a passé de longues années à expliciter cette nécessité. Cependant les propos qui suivent doivent beaucoup à Michel Terestchenko (1)

    I - UNE COMPREHENSION ISSUE DU MILITANTISME EN DEFENSE DES MIGRANTS


    * La situation présente et historique
    L'immigration est une manière de vivre, une manière douloureuse d'être au monde. La condition d'immigré au plan juridique et social - donc existentiel - est un mélange d'être et de néant. Plus précisément il est un être en chemin, en chemin vers la naturalisation, l'insertion, l'intégration. Du coup l'immigration peut se définir à la fois comme transition et comme fragilité.
    La conception de la nationalité comme condition de la citoyennté fait de l'immigré un être illégitime : il n'est pas le national dans lequel l'immigration l'a placé et l'a amené à vivre. Il est présent exclus.

    * Le mouvement pour en sortir
    Le national est le produit historique de l'Etat-nation. Au national le mouvement antiraciste et pour l'égalité oppose le résident, celui qui vit sur un territoire donné, qui produit et paie des impôts. Le résident a vocation a disposer des droits étendus de la citoyennté.Il circule librement, il s'installe et passé un certain temps - de 3 à 5 ans - il devient pleinement citoyen . C'est une revendication que les citoyens rabougris que nous sommes aussi ont intérêt à soutenir (cf l'altercitoyen 2)

    II - DE L'ETAT-NATION A LA CITOYENNETE

    * Etat-nation à nationalité :
    C'est l'Etat qui confère la nationalité et donc l'étrangeté soit en vertu du jus sanguinis, soit en vertu du jus solis. Le droit du sang détermine l'appartenance à la communauté sociale et politique par la filiation. Le droit du sol opère cet effet d'appartenance -exclusion par la naissance de l'individu sur le territoire (français).

    * Nationalité à citoyenneté
    L'attribution de la nationalité confère des droits civiques et politiques qui caractérisent la citoyennté stricto sensu. Mais la citoyenneté lato sensu comprends trois niveaux distingués par D. Loschak :
    - Citoyennté-égalité dans l'exercice des droits
    - Citoyenneté-participation à la vie sociale
    - Citoyenneté-exercice de la souveraineté nationale


    Christian DELARUE


    LE RACISME COMME ANTI-MOUVEMENT SOCIAL OU LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DE L'ANTIRACISME.
    Note de lecture de "Philosophie politique, tome 2 : Ethique, science et droit" de Michel Terestchenko
    http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=50276
    ou sur ce blog
    http://www.blogg.org/blog-44839-date-2007-02-11.html

    2 ALTERCITOYEN.
    Citoyen confiné, séparé, exclus ou citoyen d'émancipation
    http://www.local.attac.org/35/spip.php?article731


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique