• REUSSITE pour ces
     
    Trois marches rennaises pour les sans-papiers et l'égalité ce 7 avril. Collectif d'organisations. - Amitié entre les peuples

    1 commentaire
  • Brève clarification sur le populisme.

     

    Regardez les étiquettes, la provenance !

    Le populisme du peuple entend défendre le peuple-classe contre la classe
    dominante.


    Le populisme de l'extrême-droite instrumentalise la défense du
    peuple-nation au profit de la classe dominante et en excluant des
    membres du peuple-classe (roms, non nationaux, résidents étrangers, etc...).


    La critique des élites contre le populisme des extrêmes (extrême-droite
    et extrême-gauche mélangée) vise surtout à empêcher tout critique de
    gauche en faveur du peuple-classe car ses élites ne critiquent nullement
    la domination de classe.

    CD


    votre commentaire
  • http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article242

    Salim CHENA

    L'Ecole de Copenhague en Relations Internationales et la notion de « sécurité sociétale ». Une théorie à la manière d'Huntington

    Le renouvellement des études de sécurité qu'a initié Barry Buzan prend pour point de départ les insatisfactions et les besoins d'adaptations des théories à la réalité mondiale contemporaine [3]. Il deviendra très vite un travail pionnier et ouvrira la voie aux études critiques de sécurité à partir des années 1980 [4]. L'ontologie élargie de la sécurité qu'il a conceptualisée est aujourd'hui incontournable [5]. Elle repose sur l'idée que la survie des Etats n'est plus seulement menacée par des facteurs militaires mais qu'il faut désormais intégrer des considérations politiques, économiques, environnementales et sociétales. C'est ce dernier versant de la théorie de la sécurité de l'Ecole de Copenhague qui nous intéresse. Il lie sécurité nationale et identité nationale, faisant de la dernière une composante à part entière de la première. Traditionnellement confinée au secteur militaire, l'idée de sécurité nationale est aujourd'hui conditionnée en partie par la sécurité de la nation, principale pourvoyeuse de contenu identitaire.

    Le texte étant long AELP préfére inviter à sa lecture sur le site source : TERRA.

    Voici le plan :

    I – L'Ecole de Copenhague et la notion de « sécurité sociétale » : les impasses d'un programme de recherche.

    1°) Une continuité théorique et thématique : un projet entre rénovation et innovation.

    2°) La tentation du prince.

    3°) La notion et ses prémisses.

    4°) Les yeux bandés et l'oreille tendue.

    II – De l'identité à l'identification : une application critique aux discours sur l'immigration et/ou l'islam en France.

    1°) La grammaire de la sécurité sociétale : distinguer entre « eux » et « nous ».

    2°) Domination symbolique et institutionnalisation de la xénophobie : l'hérésie institutive.

    3°) Assignation et affirmation identitaire.

    4°) Culturalisme d'Etat et Huntington-like theory.

    Conclusion.


    votre commentaire
  • SIONISMES : Faut-il prendre en compte le sionisme non colonialiste?

    Par facilité on parle souvent du sionisme alors qu'il y a plusieurs courants historiques pas toujours aisés à repérer d'ailleurs. Mais ces courants sont rarement solidaires du peuple palestinien. D'ou la globalisation. J'ai eu cette réponse (sans nom d'auteur) qui signale un sionisme anti-colonialisme . Bien. Mais il est dit qu'il est marginal.

    A PROPOS DES SIONISMES :

    Depuis le début du sionisme, il existe trois courants fondamentaux :
    - le courant de la " droite sioniste " impérialiste, animé par Jabotinsky (et dont est issu Sharon), qui prône la construction d'un "Grand Israël" et d'une armée puissante.
    - le courant du " sionisme pragmatique ", derrière Ben Gourion et les travaillistes, qui se mobilisent pour la création de deux états, israélien et palestinien, et la résolution des conflits au coup par coup.
    - le courant de la " gauche sioniste ", avec les marxistes et Martin Buber, qui préconisait un accord préalable avec les Arabes pour la création d'un état binational. Ce courant est bien sioniste, mais en aucun cas colonialiste.

    Buber fut une figure marquante, et aujourd'hui méconnue, du mouvement sioniste : Il milita en faveur d'un foyer juif en Palestine, et de la coexistence judéo-arabe - essentiellement dans le cadre du mouvement Ihud [Union], qui visait à la création d'un état binational judéo-arabe en Palestine.
    Au congrès sioniste de 1921, Martin Buber déclare : " Le peuple juif proclame son désir de vivre en paix avec ses frères, le peuple arabe, et de faire de la patrie commune, une république dans laquelle les deux peuples pourront s'épanouir librement. "
    En 1938, Buber dut fuir le nazisme et s'installa en Palestine, où il enseigna à l'université hébraïque de Jérusalem. Après la création de l'État d'Israël, il fonda et dirigea l'association Ihud, au sein de laquelle il poursuivit inlassablement ses efforts de rapprochement avec les Arabes.

    Les idées de Buber étaient largement partagées à l'époque... Citons entre autres les " Cananéens ", groupe de poètes et d'artistes juifs qui revendiquent pour tous ceux qui sont nés sur la terre des patriarches, une seule patrie : " Canaan ".

    A cette époque, le courant impérialiste de Jabotinsky est très loin de dominer le sionisme. Il se sépara même de l'Organisation sioniste mondiale en 1933. Mais après la deuxième Guerre Mondiale et le génocide nazi, le courant de la "gauche sioniste" perdit beaucoup de terrain, et la politique israélienne s'inspira très largement du courant sioniste colonialiste de Jabotinsky...

    Il n'en reste pas moins q'un sionisme de gauche non colonialiste a existé, et existe toujours de façon marginale.

    A PROPOS DES JUIFS ISRAELIENS :

    De nombreux Juifs, comme Martin Buber, se sont installés en Palestine/Israël pour fuir des persécutions nazies (ou d'autres Etats, Cf la privation de nationalité Egyptienne pour les non-musulmans, suivie de l'expulsion des Juifs instaurées par la politique de Nasser).

    De nombreux Juifs sont nés en Palestine/Israël, comme par exemple beaucoup de ceux qui refusent de servir dans les territoires occupés.

    Ces personnes ne sont absolument pas des colons impérialistes !

    Buber et ses descendants spirituels (comme les israéliens membres de Ta'ayush ou de Yesh Gvul) ne peuvent être assimilés à des colons. Ce sont de véritables résistants de gauche internationnalistes.

    Leur courage et leur justesse politique méritent notre admiration.


    votre commentaire
  • Lili COSSON, Georges PLOTEAU, Roland NIVET, Christian DELARUE répondent à la journaliste. 

    A l'initiative du  Collectif OTAN -  Afghanistan

    A la veille  de la Conférence Internationale pour l'Afghanistan  

     

    MERCREDI 11 JUIN

    A  Rennes
    Rassemblement Place de la Mairie à 17h 30



    Jeudi 12 juin se tiendra à Paris la Conférence Internationale pour  l'Afghanistan co-présidée par le Président Sarkozy, le Président Hamid Karzaï  ainsi que M. Ban Ki Moon, Secrétaire général des Nations unies. Les ministres  et représentants de près de 80 pays et organisations impliqués dans le  processus de reconstruction de l'Afghanistan seront présents.
    Le Collectif  OTAN-Afghanistan/Ni guerre ni alliance militaire, composé au plan national de  près de cinquante organisations* a exprimé inquiétude et scepticisme dès  l'annonce par le Président de la République de l'envoi de renforts en  Afghanistan et de la réintégration de la France dans le commandement militaire  de l'Otan.
    Oui la solidarité est vitale, la situation du peuple afghan  l'exige. Mais il faut se rendre à l'évidence : sept ans de présence militaire  n'ont pas permis de stabiliser le pays et d'énormes moyens sont dilapidés dans  la guerre et la destruction. L'usage de la force est un échec. Il est temps de  mettre en oeuvre une solution politique internationale, qui donne la priorité  à l'aide d'urgence, à la reconstruction et aux droits du peuple afghan". La  victoire sur les Talibans ne s'obtiendra pas sur le terrain militaire.
    A  deux jours de la venue du président BUSH à Paris  le rassemblement de  Mercredi place de la mairie sera  l'occasion d'exiger :

     

    • que la France refuse l'escalade militaire et renonce à l'envoi de  renforts français

    • que la France use de son influence afin de peser en faveur de réelles  prises de décisions politiques pour l'Afghanistan et pour une véritable aide  de solidarité internationale.

    • que la France demande que les fonds nécessaires au développement, à la  reconstruction et à l' exercice des droits de tous les Afghans cessent  d'être détournés pour faire la guerre et que les engagements de versements  pris par les pays donateurs soient tenus.  
    • que la France n'aligne pas sa politique étrangère sur celle des USA .  
    • que la France ne réintègre pas le haut commandement militaire de l'OTAN  
    Après une réunion de coordination le Mouvement de la Paix, l'ARAC,  le MRAP, ATTAC  ont décidé d'appeler les rennais à se rassembler Place de  la Mairie le mercredi 11 juin à 18h30.
    Les organisations qui souhaitent  soutenir ce rassemblement doivent le faire savoir par mail au Mouvement de la  Paix


    Action des citoyens pour le désarmement nucléaire  (ACDN)
    Agir contre la guerre (ACG)
    Américains contre la guerre  (AAW)
    Appel des Cent pour la Paix
    Association des Combattants de la  Cause Anticoloniale (ACCA)
    Association Nationale des Élus Communistes et  Républicains (ANECR)
    Association pour la Défense des Prisonniers Politique  et d'Opinion en Iran
    Association Républicaine des Anciens Combattants  (ARAC)
    Association pour la Taxation des Transactions pour l'Aide aux  Citoyens (ATTAC)
    Centre d'Études et d'Initiatives de Solidarité  International (CEDETIM)
    Centre quaker international de Paris  (CQI)
    Collectif Faty Koumba Libertés, Droits de l'homme et  non-violence
    Collectif «La guerre tue» (Toulouse)
    Collectif Non au  missile M51
    Collectif de Pratiques et de Réflexions Féministes « Ruptures  »
    Comités des iraniens contre la guerre
    Confédération Générale du  Travail (CGT)
    Congrès National d'Afghanistan
    Convergence des  causes
    Coordination nationale des collectifs unitaires pour une alternative  au libéralisme
    Droit Solidaire
    Enseignants pour la Paix (EPP)
    Europe  solidaire sans frontières (ESSF)
    Fédération Syndicale Unitaire  (FSU)
    Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives  (FTC2R)
    Femmes en noir de Paris
    Forum social d'Iran
    Les  Alternatifs
    Les Verts
    Le Mouvement de la Paix
    Ligue communiste  révolutionnaire (LCR)
    Ligue des Femmes pour la Paix et la Liberté/Section  française
    Marche Mondiale des Femmes
    MARS Gauche Républicaine
    Mémoire  des luttes
    Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples  (MRAP)
    Mouvement de la jeunesse communiste de France (MJCF)
    Parti  communiste français (PCF)
    Parti communiste des ouvriers de France  (PCOF)
    Pour la République sociale (PRS)
    Réseau Féministe « Ruptures  »
    Une autre gauche (Belge)
    Union des étudiants communistes  (UEC)
    Union pacifiste de France (UPF)
    Union Syndicale  Solidaires.
    Organisations signataires
    MOUVEMENT DE LA PAIX Coordinateur  de l'Appel OTAN - Afghanistan

    --
    LE MOUVEMENT DE LA  PAIX
    13, Square de Galicie
    35017 RENNES CEDEX 2
    Tel/fax : 02 99 51  24 03
    06.85.02.87.14
    mail : Rennes@mvtpaix.org

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique