• Soutenir un peuple iranien doublement émancipé

    Emancipé de la dictature islamique et du capitalisme financiarisé mondial.

    A l'heure ou les femmes mettent à bas leur voile islamique en signe de contestation du régime hyperpatriarcal des mollahs il importe de défendre aussi une fraction pro-socialiste du peuple-classe iranien, tant là-bas en Iran qu'ailleurs, hors d'Iran. Car sous un régime capitaliste néolibéral les femmes du peuple-classe n'ont rien à attendre de bon bien au contraire . Les hommes non plus.

    Mais existe-t-il un ou des groupes politiques iraniens assumant un projet politique de combat socialiste et laïque luttant contre toutes les formes d'intégrismes religieux qui se développent.

    Il existe une organisation hors d'Iran - l'OMPI - mais son orientation actuelle semble de plus en plus contestable . Elle serait passé au fil des ans - bientôt 40 ans - d'une doctrine nationale mélangeant socialisme de type marxisme-léninisme avec culture islamique combinée à un souci de laïcisation à une critique délestée de toute critique anticapitaliste et pro-socialiste mais beaucoup plus compatible avec un soutien de l'impérialisme des Etats-Unis.

    Cependant, méfions-nous d'une attitude visant à discréditer toute contestation du régime théocratique iranien en la plaçant d'emblée sous l'emprise de l'oligarchie des Etats-Unis. Il existe une contestation du régime autonome de toute manipulation venue des USA. Elle est faible mais elle mérite soutien. Reste que notre position non campiste ne saurait s'accommoder ni de l'emprise des services secrets des Etats-Unis, ni d'un maintien d'un islam réactionnaire accommodé au capitalisme.

    Christian DELARUE

     OMPI : Organisation des Moudjahiddines du Peuple Iranien


    votre commentaire
  • Amitié avec le peuple syrien, pas avec Assad et ses crimes

    Ou quand l’anti-impérialisme sélectif et myope est alibi de l’acceptation de Assad et de ses crimes, plus que Assad dictature (c'est trop gentil)
     
    lire :
     
    La Syrie et l'anti-impérialisme des idiots | Le Club de Mediapart
    Le problèmes des mythes «gauchistes» sur le conflit syrien | Le Club de Mediapart

    votre commentaire
  • REUSSITE pour ces
     
    Trois marches rennaises pour les sans-papiers et l'égalité ce 7 avril. Collectif d'organisations. - Amitié entre les peuples

    1 commentaire
  • Brève clarification sur le populisme.

     

    Regardez les étiquettes, la provenance !

    Le populisme du peuple entend défendre le peuple-classe contre la classe
    dominante.


    Le populisme de l'extrême-droite instrumentalise la défense du
    peuple-nation au profit de la classe dominante et en excluant des
    membres du peuple-classe (roms, non nationaux, résidents étrangers, etc...).


    La critique des élites contre le populisme des extrêmes (extrême-droite
    et extrême-gauche mélangée) vise surtout à empêcher tout critique de
    gauche en faveur du peuple-classe car ses élites ne critiquent nullement
    la domination de classe.

    CD


    votre commentaire
  • http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article242

    Salim CHENA

    L'Ecole de Copenhague en Relations Internationales et la notion de « sécurité sociétale ». Une théorie à la manière d'Huntington

    Le renouvellement des études de sécurité qu'a initié Barry Buzan prend pour point de départ les insatisfactions et les besoins d'adaptations des théories à la réalité mondiale contemporaine [3]. Il deviendra très vite un travail pionnier et ouvrira la voie aux études critiques de sécurité à partir des années 1980 [4]. L'ontologie élargie de la sécurité qu'il a conceptualisée est aujourd'hui incontournable [5]. Elle repose sur l'idée que la survie des Etats n'est plus seulement menacée par des facteurs militaires mais qu'il faut désormais intégrer des considérations politiques, économiques, environnementales et sociétales. C'est ce dernier versant de la théorie de la sécurité de l'Ecole de Copenhague qui nous intéresse. Il lie sécurité nationale et identité nationale, faisant de la dernière une composante à part entière de la première. Traditionnellement confinée au secteur militaire, l'idée de sécurité nationale est aujourd'hui conditionnée en partie par la sécurité de la nation, principale pourvoyeuse de contenu identitaire.

    Le texte étant long AELP préfére inviter à sa lecture sur le site source : TERRA.

    Voici le plan :

    I – L'Ecole de Copenhague et la notion de « sécurité sociétale » : les impasses d'un programme de recherche.

    1°) Une continuité théorique et thématique : un projet entre rénovation et innovation.

    2°) La tentation du prince.

    3°) La notion et ses prémisses.

    4°) Les yeux bandés et l'oreille tendue.

    II – De l'identité à l'identification : une application critique aux discours sur l'immigration et/ou l'islam en France.

    1°) La grammaire de la sécurité sociétale : distinguer entre « eux » et « nous ».

    2°) Domination symbolique et institutionnalisation de la xénophobie : l'hérésie institutive.

    3°) Assignation et affirmation identitaire.

    4°) Culturalisme d'Etat et Huntington-like theory.

    Conclusion.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique