• LE CADRE DE NOTRE AMITIE ENTRE LES PEUPLES

    CONTRE LE NOUVEAU CAMPISME MONDIAL

     

    <?xml:namespace prefix = o />

    Congrès du MRAP (janv 2008): contribution "orientation" de la commission « mondialisation »

     

    Le campisme est la vision du monde qui divise ce dernier en deux camps irréductiblement opposés. Une telle vision pousse nettement à choisir son camp et à y être fidèle corps et âme.

    I - EST ou OUEST : de 1917 jusqu'en 1989/1991.

    Le campisme a connu son heure de gloire avec l'émergence en 1917 du « camp dit socialiste » soutenu par <?xml:namespace prefix = st1 /><st1:PersonName w:st="on" productid="la III Internationale"><st1:PersonName w:st="on" productid="la III">la III</st1:PersonName> Internationale</st1:PersonName> communiste en opposition au « monde libre », au camp capitaliste incarné par les USA et ses alliés occidentaux. Le « court XX ème siècle » a été marqué par une puissante logique de camp qui s'est achevé entre 1989 et 1991 : la « chute du mur » de Berlin intervient le 9 novembre 1989 mais c'est le putsch communiste raté en URSS du 28 aout 1991 qui symbolise la fin du système soviétique. La dissolution du CAEM (COMECON) et du pacte de Varsovie interviennent aussi en 1991.

    Il a été vraiment très difficile d'échapper à la force binaire du campisme mondial. Mais on ne saurait faire l'impasse sur quelques tentatives ayant eu des succès vartiables. Citons :

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->LE TROTSKYSME dès 1923 mais surtout en 1938 avec la naissance de <st1:PersonName w:st="on" productid="la IV Internationale."><st1:PersonName w:st="on" productid="la IV">la IV</st1:PersonName> Internationale.</st1:PersonName> Il est plus juste de parler des trotskysmes y compris au regard des différents positionnements de « soutien critique » de l'URSS par les différents partis se réclamant du combat de « l'Opposition de gauche » en URSS : tantôt plus en soutien, tantôt plus en critique.

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->LE MAOÏSME, qui malgré ses spécificités s'est difficilement dégagé du stalinisme au point que cette notion a pu englober toutes les expériences autoritaires du socialisme.

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->LE TIERS-MONDISME en 1955 (Conférence de Bandung) avec là-aussi des variantes plus ou moins réussies de non alignement et des références idéologiques variables : arabe ou arabisant, marxiste, chrétien, africain, asiatique, sud-américain... Les références anti-impérialistes et de solidarité entre les peuples remonte à la conférence de Bakou de 1920. En terme de mouvement le tiers-mondisme a très difficilement trouvé une conscience et une unité. Ce qui ne signifie pas absence de réalité effective au-delà de la diversité.

     

    Ainsi, en 1993, deux ans après la chute du système du socialisme bureaucratique, Thomas COUTOT et Michel HUSSON persistent et écrivent (dans "Les destins du Tiers Monde") : Si,"quoi qu'on en dise, le "Tiers-Monde" recouvre une incontestable réalité" car"les pays qui le composent continuent à subir toutes les conséquences de la maturation tardive et incomplète des rapports de production capitaliste en leur sein. Parmi ces conséquences, leur position dominée sur le marché capitaliste mondial". L'année suivante, en 1994, François CHESNAIS publiait "La mondialisation du capital" (Syros), base de la matrice altermondialiste. Aujourd'hui l'usage du mot "Sud" ou de "la périphérie" a remplacé Tiers-Monde. Mais dès lors qu'il s'agit de confronter des « modèles », des auteur(e)s, comme Stéphanie TREILLET (CS d'ATTAC), continue d'user du terme Tiers-Monde dans son ouvrage sur « l'économie du développement : De Bandoung à la mondialisation »

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->L'EUROCOMMUNISME a cherché à se différencier nettement du communisme de <st1:PersonName w:st="on" productid="la III Internationale"><st1:PersonName w:st="on" productid="la III">la III</st1:PersonName> Internationale</st1:PersonName> mais il a sombré dans la social-démocratie. Comme les « nouveaux philosophes » apparus en 1977 (Glucksman, BHL,..) l'euro-communisme n'a fait que changer de camp. Il a abandonné sa référence au socialisme authentique luttant contre le socialisme perverti pour passer du côté de la défense de l'Occident impérialiste.

    L'ALTERMONDIALISME constitue pour partie un avatar moderne des luttes anti-impérialiste ou anti-colonialiste, une version des solidarités entre les peuples adaptée au temps de la phase néolibérale de la mondialisation capitaliste. Les économites critiques d'ATTAC posent la perspective du développement d'une société économe et solidaire non capitaliste ( ).

    II - LE NOUVEAU CAMPISME DU « CHOC DES CIVILISATIONS »

    A) LES PREMISSES DES 1991 :

    Les faits : La « guerre du Golf » dite « Désert Storm » (Tempête du désert ») déclenchée en janvier 1991 année de la « chute du mur » de Berlin initie une nouvelle ligne de démarcation. Andre GUNTER FRANK la nomme “Third world war” ou « guerre “tiersmondiale” ce qui signifie à la fois “troisième guerre mondiale” et “guerre du tiers-monde”. L'auteur remarque qu'au cours des dernières années les conflits Est/Ouest se sont estompés alors que ceux entre le Nord et le Sud ont gagné en intensité. Il ajoute que « nombre de conflits Est-Ouest n'ont été qu'apparents et ont fait écran devant les contradictions Nord – Sud toujours à l'œuvre (p25).

    La « théorie » : Le "Choc des civilisations" de Samuel Huntington a été écrit en 1993 deux ans après la chute du mur de Berlin. L'ouvrage a connu un grand succès planétaire a cause de l'attaque des Twin Towers le 11 septembre 2001.

    B) <st1:PersonName w:st="on" productid="LA PLEINE REALISATION">LA PLEINE REALISATION</st1:PersonName> EN 2001 ET 2003:

    Le nouveau campisme est issu de l'interprétation du choc du 11 septembre 2001 soit dix ans après 1991. La guerre contre l'Irak enclenchée le 19 mars 2003 par les USA en constitue la première réalisation.

    Le "Choc des civilisations" de Samuel Huntington voit son contenu vulgarisé et diffusé à l'échelle de la planète : d'un côté Bush, le « Bien », l'Occident démocratique, libéral et civilisé; de l'autre Ben Laden, l'Orient, le Mal , les dictatures, l'islam et la barbarie. La guerre d'Irak en <st1:metricconverter w:st="on" productid="2003 a">2003 a</st1:metricconverter> permis un nouvel élargissement de la thèse dichotomique.

    Proche de Bush, W. Kristol et L Kaplan dans leur livre « Notre route commence à Bagdad » écrivent pour expliquer la guerre en Irak : « Cette cause avait pour enjeu la sécurité de l'Amérique et celle du monde, mais aussi la volonté d'apporter la démocratie dans un pays étouffant sous un système totalitaire". Que les causes réelles soient ailleurs c'est certain, que la cause affichée soit assez peu réalisable pour plusieurs raisons (quel méthode d'apport ? quel modèle démocratique "apporter"?) d'autres l'ont souligné (ex Christian LAZZARI dans Quelle démocratie voulons-nous?). Ce qu'il importe ici pour le MRAP c'est l'affichage quasi-explicitement d'une supériorité institutionnelle s'intégrant dans la compréhension du "Choc des civilisations".

    Au plan idéologique la thèse du « choc des civilisations » s'est répandue sur la planète a eu des effets massifs indéniables que l'on ne peut ignorer, en particulier l'assimilation de tout arabe à un musulman et de tout musulman à un adepte de Ben Laden .

    III – LE MRAP POUR UN ALTERMONDIALISME DE SOLIDARITE CRITIQUE

    Au plan des principes on peut se déclarer « non aligné » ou « non campiste », on peut avancer « ni Bush ni Al Qaida. » ou plus concrètement « l'ennemi de mon ennemi n'est pas toujours mon ami ». Mais il arrive dans la « vrai vie » que la position à prendre soit plus délicate. Par exemple, le CA du MRAP a eu a débattre du soutien au Hezbollah au moment de l'invasion du Liban en 2006 : Le Hezbollah ne pouvait être considéré comme étant des « nôtre » mais avec d'autres forces il a su repousser l'armée israélienne. Le débat collectif a permis de trancher. La commission internationale du MRAP a permis d'actualiser les connaissances utiles sur les forces en présence et les enjeux.

    <!--[if !supportLists]-->A) <!--[endif]-->D'UNE PART L'ANTI-IMPERIALISME PERDURE COMME PREMIER COMBAT DE L'AMITIE ENTRE LES PEUPLES.

    Le monde est un système de domination hiérarchisé complexe. Nous présentons une trame évidemment trop brève pour offrir toute l'ampleur de cette complexité. Mais la complexité du réel, qui devrait introduire les termes et la dynamique historique du « développement inégal et combiné du capitalisme » ne saurait se réduire à de simples rapports d'Etat à Etat (théorie économique classique des "avantages comparatifs"). Nous vivons dans un ordre mondial très inégal et hiérarchisé.

    L'ennemi des peuples est connu : le pouvoir et la domination du monde est le fait des dirigeants économiques, militaires et économiques des USA et de l'Europe. Une petite classe sociale internationale - que l'on nomme bourgeoisie - détient via les firmes multinationales (principalement nord-américaine) et les institutions étatiques, régionales et internationales le pouvoir de dominer le monde.

    Il y a du sud au nord : Le monde c'est aussi bien les peuples occidentaux (USA et Europe) qu'orientaux. Le salariat mondial est de plus en plus exploité (notamment en baisse de salaire global, en intensité de travail, en temps de travail) y compris au Nord. Le grand capital financier, industriel et commercial qu'il soit américain ou européen exige partout une force de travail docile, flexible, mal payée, sans garanti contre une marchandisation complète et contre le chômage. Les fonctionnaires sont devenus les boucs émissaires des politiques néo-libérales.

    Il y a du nord au sud : Les pays du sud sont gouvernés par une bourgeoisie compradores qui émarge au système capitaliste mondiale et qui répercute plus ou moins docilement les consignes du FMI contre leurs peuples.

    La principale arme du capital est la division et la mise en concurrence au sein du salariat mondial. Il s'agit d'opposer les exclus contre les inclus, les salariés du privé contre les fonctionnaires, les immigrés contre les nationaux, les femmes contre les hommes, les homosexuels contre les hétérosexuels, les basanés contre les blancs, les chrétiens contre les musulmans, les croyants contre les non-croyants. Admettre la diversité « catégorielle » mais dans l'unité supérieur de l'ensemble de ce qui fonde le salariat. Admettre la diversité mais pas les différences oppressives, donc défendre la laïcité et l'égalité des droits tel est la ligne de réponse solidaire.

    Malgré le débat encore vif sur cette question, l'altermondialisme n'ignore pas l'effet « nation » comme cadre territorial pertinent de protection-deconnexion : protection par nationalisation contre la montée de la propriété lucrative, contre l'appropriation privée des principaux moyens de production et d'échanges. Ce qui ne signifie pas absence de volonté d'étendre les services publics au-delà des frontières nationales au sein des pays « régionaux », au sein de l'Europe.

    Par contre la nation comme identité réactivée par les dirigeants à l'égard des nationaux comme outil de fermeture à l'immigration est vivement critiquée comme étant au service de la « guerre aux migrants »

    <!--[if !supportLists]-->B) <!--[endif]-->D'AUTRE PART L'ISLAMISME POLITIQUE EST AUSSI A COMBATTRE

    Il est acquis ici que l'islamisme radical qui n'est pas seulement celui de Ben Laden n'est pas assimilable à l'islam ordinaire pratiqué, de façon diverse d'ailleurs, par les musulmans.

    Ceci dit, notre anti-impérialisme ne saurait s'accommoder d'un certain nombre de traits souvent présents au sein des mouvements politico-religieux radicaux, ceux de l'islam politique. Les dominés et opprimés peuvent être à leur tour dominant et oppresseur. Donc pas d'opportunisme à leur égard. Il arrive cependant que des forces réactionnaires accompagnent un temps un mouvement de lutte de libération populaire. En ce cas, et sous réserve d'une analyse collective de la situation réelle, nous n'avons pas à écarter une solidarité qui nuirait à notre combat contre l'impérialisme.

    Ceci dit, nous sommes :

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Contre la vision englobante multiclassiste qui ignore les conflits sociaux de classes.

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Contre la vision profondément anti-démocratique et anti-individualiste d'un mouvement qui ne reconnaît que Dieu et la loi divine, le seul « droit » du peuple étant d'exprimer son allégeance aux autorités religieuses qui sont ceux qui savent interpréter la loi divine.

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Contre le caractère globalisant mais très hiérarchisé de la famille très fétichisé qui méconnaît le droit des femmes pour survaloriser le pouvoir de l'homme patriarcal.

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Contre l'endoctrinement de la jeunesse via les écoles religieuses et les mosquées

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Contre la répression généralisée de l'armée et de la police qui laisse la société désarmée et impuissante pour se libérer tant en interne qu'en externe.

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Contre la division généralisée du monde entre la communauté des croyants (ouma) et les non croyants persécutés. Ce qui aboutit au fait que les syndicats sous influence de l'islam politique défendront le patronat islamique contre le travailleur athée ou autrement croyant. Ce qui aboutit aussi à la haine généralisée du non croyant ou du autrement croyant.

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Contre le rejet obscurantiste des Lumières au sein des masses populaires, et donc de la raison émancipatrice dès lors que cette dernière ne saurait se limiter à la seule raison instrumentale et technicienne soumise à la loi islamique. Ce qui aboutit à une religiosité fruste sans élaboration enrichie par une relative ouverture intellectuelle notamment à ce qui n'est pas religieux.

    <!--[if !supportLists]-->- <!--[endif]-->Contre le rejet de la sphère privé par rapport à la sphère publique totalitaire, ce qui aboutit au déni de la société civile, le gouvernement islamique contrôlant tout. Ignorant la société civile par envahissement de l'Etat islamique c'est le clivage en classes sociales antagoniques qui est masqué.

    Cependant le rôle du MRAP n'est pas principalement de lutter contre ses traits qui peuvent par ailleurs se retrouver au nord, notamment dans le bonapartisme de N SARKOZY

    Christian DELARUE

    Commission mondialisation du MRAP

    Rennes le 16/12/2007

    Andre GUNTER FRANK a écrit « La guerre tiermondiale : économie de la guerre du golf » (dans Bush Impérator)

    Le § B s'inspire d'un article d'Ardeshir MEHRDAD et Yasmine MARTHER militants iraniens en exil luttant à la fois contre la perspective guerrière de Bush et contre <st1:PersonName w:st="on" productid="la R←publique">la République</st1:PersonName> islamique. (Texte traduit et publié par Carré Rouge de novembre 2006)

    Livres d'ATTAC: Le développement a-t-il un avenir? et Inégalités, crises, guerres: sortire de l'impasse.

    Développement inégal et combiné du capitalisme :

    "Tous les pays ne se sont pas développés au même rythme, et ne sont pas devenus capitalistes en même temps. Les premiers pays capitalistes (Angleterre, France) ont développé un besoin vital d'expansion : besoin d'envahir de nouveaux pays, pour y introduire le capitalisme, profiter des matières premières et de la main d'œuvre, et pour y écouler leurs marchandises. C'est le stade impérialiste du capitalisme. Mais ce que Trotsky a découvert, c'est que les pays « retardataires » ne suivent pas, en accéléré, le même chemin que les premiers pays capitalistes : développement de l'économie de marché, de la démocratie bourgeoise...(comme l'argumentaient les courants social-démocrate et stalinien). Comme le développement capitaliste de ces pays s'effectue sous pression étrangère, cela perturbe profondément les structures économiques, sociales et politiques du pays. Et le résultat est une combinaison (instable et explosive) entre les maux de la vieille société et l'exploitation capitaliste".

    Le « cauchemar de Darwin » comme exemple : "Dans <st1:PersonName w:st="on" productid="la Tanzanie">la Tanzanie</st1:PersonName> actuelle décrite par Le cauchemar de Darwin, l'introduction d'une industrie de filets de poissons a complètement détruit l'ancien commerce et l'ancienne société, sans les remplacer par une société bourgeoise démocratique. Cela a créé une classe ouvrière surexploitée dans des usines de conditionnement de poisson, à côté des couches sociales issues de la société traditionnelle (pécheurs, marchands...)"


    votre commentaire
  • N SARKOZY - B HORTEFEUX :

    LA GUERRE AUX MIGRANTS SUB-SAHARIENS ET AUX MUSULMANS

     

    Brice Hortefeux est un homme zélé. Il expulse à tour de bras. On ne sait s'il est efficace dans sa politique d'éradication des migrants. En effet, il n'a pas indiqué ce 8 novembre s'il pensait atteindre le seuil de 25.000 éloignements fixé par le chef de l'Etat. Néanmoins voilà qui en dit long de la cynique politique guerrière de N SARKOZY et de son ministre.

    Selon Le Monde (1) il a justifié la baisse observée en métropole - compensée par une hausse dans l'outre-mer - par l'insuffisance de résultats dans les cinq premiers mois de 2007, avant son arrivée, et par l'entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'Union, ce qui a régularisé de facto ses ressortissants.

    Ce ministère voulu par Nicolas Sarkozy, premier du genre dans l'histoire du pays, est attaqué dans ses fondements (comme dans sa pratique administrative qui en découle) par la gauche et diverses associations, qui considèrent qu'évoquer "l'identité nationale" en lien explicite avec l'immigration renvoie à une idéologie nationaliste qui fait le lit du racisme et de la xénophobie.

     

    I – LA REACTIVATION DU MYTHE DE L' IDENTITE NATIONALE selon N. SARKOZY

     

    A) ENTRE NOUS : LA PROMOTION D'UN "NOUS" MYTHIQUE QUI REMONTE A JEANNE D'ARC !

    Certes, "le peuple français s'est exprimé, il a tranché, il a validé cette initiative (...). Celle de créer un ministère de l'identité « nationale », et donc celle de valoriser à l'extrême une identité particulière parmi tant d'autre pour en faire la doctrine d'un ministère.

    Effectivement on sait désormais que l'intox de Sarkozy a été d'une efficacité redoutable. Elle a effacée la question sociale au profit d'un mélange contradictoire et archaïque d'identité nationale mythique, de références aux "valeurs de la République" remontant paradoxalement du fond des âges par delà 1789, à une "morale laïque ayant incorporée 2000 ans de valeurs chrétiennes", à une conception exigeante de l'intégration à la nation française remontant aux temps des Vikings. Voilà en quelques mots le contenu du discours de Caen tenu le 9 mars 2007 par N SARKOSY candidat.

     »L'identité nationale doit être comprise d'abord comme une boussole, propre à donner un cap » dit Brice HORTEFEUX qui ajoute sans rire " Il n'y a aucune agressivité envers quiconque". D'une part il n'a pas écouté le sermon nationaliste de son chef, N SARKOZY, d'autre part il met en application une politique ministérielle qui blesse, qui tue.

    B) CONTRE EUX : LA STIGMATISATION DES CLANDESTINS ET DES MUSULMANS

    Tout comme l'idéologie raciste qui ne se contente pas de distinguer des races différentuite), l'idéologie nationales (car soit elle mélange racisation et hiérarchisation soit elle racise d'abord et elle exlue ensiste ne se contente pas de contruire un "entre soi", un "pour nous", un "entre nous", il lui faut aussi un volet offensif, "contre eux", "contre l'autre", contre l'étranger.

    1) ICI : LES DEUX BOUCS EMISSAIRES DE LA XENOPHOBIE D' ETAT : le clandestin et le communautarisme.

    LE CLANDESTIN n'est pas un terme axiologiquement neutre . Il est au mieux péjoratif et souvent insultant car le "clandestin" représente la figure du migrant qu'il soit avec ou sans papier. La haine du "clandestin" se construit sur des stigmatisations : le migrant ne respecte pas les valeurs, il ne fait aucun effort. Alors que de nombreux indices laissent à penser que l'immense majorité des migrants installés sur le territoire français se sont bien intégrés N. SARKOZY pense lui que l'intégration des immigrés est un échec. Simplement parceque ses prédécesseurs n'ont pas assez précisé qu'il fallait aussi "aimer la France" et s'intégrer dans sa République.

    LE COMMUNAUTARISME : Sous ce terme jamais défini - si ce n'est que c'est contraire à la République - on trouve la seconde figure honnie de N SARKOZY. Petites phrases après petites phrases on comprend que ce sont les musulmans qui sont visés. Il ne précise pas qu'il s'agit d'extrémistes islamistes. Rien ne laisse entendre que les musulmans et musulmanes ordinaires ressemblent aux français ordinaire. Lequel français ordinaire n'est pas nécessairement aussi amoureux de la France qu'il le laisse entendre.

    2) LA-BAS : L'HYPERSEXISME ISLAMISTE COMME MOTIF D'INTERVENTION « PARTOUT DANS LE MONDE »

    Les pratiques condamnables citées (par exemple dans son discours d'investiture du 14 janvier 2007) sont la polygamie, l'excision, la lapidation, la mise sous voile des musulmanes ne sont pas attribuées explicitement à des extrémistes. N SARKOZY ne semble pas connaître des musulmans et des musulmanes non sexistes, ne pratiquant pas ces horreurs. Il oublie que le viol et le tabassage des femmes qui n'est pas moins horrible est aussi pratiqué par des français.

     

    II - LE MINISTERE DE B HORTEFEUX : UN APPAREIL DE GUERRE CONTRE LES MIGRANTS SUB-SAHARIENS

    Devant un parterre de chefs d'entreprises, de policiers et de diverses personnalités étrangères, il a aussi brandi deux documents portant sur des actions que son ministère va lancer. Il s'agit de la carte "compétence et talents" destinée aux étrangers dotés d'aptitudes jugées "utiles" que la France veut accueillir, et d'un "passeport" symbolique, censé permettre aux étrangers de consigner "étape par étape" leur progression dans la connaissance du français, désormais obligatoire.

    Concernant les expulsions d'étrangers illégaux, le ministre a confirmé qu'il s'agissait d'un des principaux dossiers de son ministère. Plusieurs organes de presse affirment que des objectifs très élevés ont déjà été fixés et que Nicolas Sarkozy a exigé de son ministre des résultats sur ce terrain qu'il juge crucial.

    "Par principe, un étranger en situation irrégulière, sauf cas particulier, a vocation à retourner dans son pays d'origine", a réaffirmé le ministre. Il veut ignorer que cette politique nationale tout comme celle initiée par l'Union européenne tue : de nombreuses personnes sont mortes soit en voulant rejoindre l'Europe soit en retournant dans leur pays « non sûr ».

    Pour mettre en oeuvre "l'immigration choisie" voulue par l'Elysée, Brice Hortefeux a aussi confirmé qu'il allait recenser les métiers et les zones géographiques d'immigration jugées "prioritaires" par des discussions avec les branches professionnelles. Il compte ouvrir aux immigrés "de travail" l'accès à 89 métiers nouveaux, ce qui portera l'ouverture à 150 métiers, soit 40% du marché du travail, a-t-il dit.

    Christian DELARUE

    Secrétaire national du MRAP

    1 ) Le Monde.fr : Brice Hortefeux défend son ministère et un bilan controversés

    http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-33145798@7-37,0.html


    votre commentaire
  • POUR UNE MANIFESTATION LE 18 DECEMBRE POUR UNE AUTRE POLITIQUE D' IMMIGRATION .

    <?xml:namespace prefix = o />

    Des citoyens s'insurgent et agissent ici ou là pour stopper la spirale infernale des contrôles d'identité et des arrestations massives.

    Sur fond de politiques sécuritaires globales et plus particulièrement à cause de la "politique du chiffre" contre les "sans papiers" les contrôles d'identité se sont multipliés ces derniers mois. Les chiffres manquent encore mais l'on sait néanmoins que si Sarkozy part en vacances pendant l'été l'administration de la police poursuit sans relâche la traque du sans papier. Cette politique n'est pas nouvelle mais nous n'avions pas connu en France depuis très longtemps une telle pression policière. Cela débouche d'abord sur des arrestations massives, de véritables rafles ensuite sur des expulsions de migrants sans-papiers vers leur pays d'origine.

    Si l'on appelle politique d'immigration la politique d'accueil et d'insertion des migrants alors il faut reconnaître qu'aujourd'hui c'est la politique d'émigration forcée qui marque la situation . Et c'est peu de dire qu'une telle politique est inhumaine, non seulement en ce qu'elle charrie de racisme, de mesquineries, d'injustices et de violence diverses contre les familles mais aussi, parce que à l'heure de la mondialisation économique sous toute ces facettes - celle de la finance, celle des échanges marchands, celle des délocalisations des productions, etc; - le droit de circulation et d'installation des migrants n'est pas reconnu. C'est un pan important des besoins élémentaires la vie humaine qui est ainsi ignoré et réprimé alors que dans le même temps la finance domine le monde.

    Face à ce grand écart entre répression d'une humanité innocente et valorisation fétichiste d'une certaine économie qui symbolise l'insignifiance du monde, la perte des repères politiques il faut rappeler que les phénomènes migratoires se développent massivement partout dans le monde mais surtout dans les pays pauvres. Il faut rappeler aussi que ce sont les individus les plus dynamiques qui émigrent loin, dans les pays d'Europe notamment.

    Cela fait peur et les politiques (de droite surtout) jouent sur cette peur pour renforcer leur politique policière et répressive. Car une telle dimension de la politique ne peut plus s'accommoder du goût du secret il lui faut sinon une pleine approbation du moins un "laisser agir" des citoyens occasionnels. C'est pourquoi la diffusion du mensonge et du stigmate devient une spécialité des élites de la politique et de la haute administration : les sans-papiers voleraient le pain des ouvriers, ils seraient des délinquants, etc. Le MRAP comme ATTAC et d'autres associations et réseaux ont réfuté ces inepties. Mais les médias reproduisent et diffusent par petits mots et petites phrases les préjugés qui éteignent le sens critique et solidaire des citoyens et qui font violence aux migrants. Heureusement des citoyens actifs s'insurgent pour stopper ici ou là la spirale infernale des contrôles d'identité et des arrestations massives. C'est avec eux que nous pourrons revendiquer la régularisation des sans-papiers vivant en France et la nécessaire "alterpolitique d'immigration" celle qui intègre le fait que les migrants ne sont pas des "flux", des processus abstraits qui in fine autorise des politiques d'indignité .

    Comme d'autres je trouve ces politiques si insupportables que j'en cracherais sur le drapeau puisqu'il s'agit désormais de revaloriser à bon compte ces politiques sous l'auréole de la nation. Ce recours manipulatoire à l'identité nationale vient compléter la politique du préjugé anti sans-papier . Cette référence floue à l'identité nationale permet de faire diversion par rapport aux responsables véritables de ces politiques car c'est à M Sarkozy et au gouvernement qu'il faut signifier nôtre dégoût le cas échéant et surtout notre détermination au changement.

    Nous pourrions manifester tous ensemble le 18 décembre pour demander la ratification de la convention des Nations Unies sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille. Simple proposition.

    Christian DELARUE


    A l'appui de ce papier personnel de circonstance (fin de l'été) vous pouvez consulter utilement :

    Site ATTAC:

    Pour une refondation de la politique d'immigration dans le respect des droits des migrants
    Pour le respect des droits des migrants, contre leur criminalisation
    http://www.france.attac.org/spip.php?article6348

    Les droits des étrangers et des migrants

    http://www.france.attac.org/spip.php?article1496

    Site MRAP :

    RESF5962 soutient les sans-papiers grévistes de la faim et proteste
    contre la répression organisée par l'Etat.

    http://www.mrap.fr/campagnes/resf/resfnord/view

    HAlte aux arrestations inhumaines et aux tentative brutales de renvoi de Sans Papiers du Nord grévistes de la faim depuis 68 jours et de tous les Sans papiers, traqués et raflés à travers <?xml:namespace prefix = st1 /><st1:PersonName w:st="on" productid="la France">la France</st1:PersonName>!

    http://www.mrap.fr/communiques/arresta/view

    Les nouvelles mesures de M. Hortefeux en Conseil des Ministres : Une nouvelle étape franchie contre le droit fondamental de mener « une vie familiale normale » et contre le droit d'asile

    http://www.mrap.fr/communiques/conseilmini/view

    Historique et Campagne pour la ratification de la convention des Nations Unies sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille
    http://www.mrap.fr/campagnes/Migrations-immigration-Asile/document.2007-03-08.1737931961/view?

    <!--[if !supportLineBreakNewLine]-->
    <!--[endif]-->


    votre commentaire
  • HALTE A LA LIQUIDATION PHYSIQUE DES OPPOSANTS POLITIQUES AU REGIME DES MOLLAHS EN IRAN.

    SOLIDARITE AVEC L'OPPOSITION DEMOCRATIQUE ET LAïQUE ICI ET LA-BAS !

    mardi 7 août 2007 (14h44) :
    http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=51370

    Le régime des mollahs a multiplié les exécutions en publics. Le plus inquiétant est la liquidation physique de nombreux opposants politiques parmi cette nouvelle vague d'exécutions.

    Le 2 août, deux jeunes nommés Hossein et Madjid Kavoussi-Far ont été exécutés en public en présence de Saïd Mortazavi, le procureur de la République islamique.

    Oncle et neveu, ces deux jeunes ont été pendu en public pour avoir assassiné un procureur de régime.

    Mortazavi a déclaré avant l'exécution que les deux jeunes hommes n'ont pas regretté leur acte.

    La foule a copieusement conspué le régime en saluant le courage des victimes. Des affrontements ont éclaté sur la place au moment de la pendaison et de nombreuses personnes ont été arrêtés selon les témoins.

    Douze autres personnes ont été pendues le dimanche 22 juillet à la prison d'Evine à Téhéran selon les sources officielles. Les informations parvenues montrent qu'au moins deux parmi les 12 étaient des prisonniers politiques. Fazel Ramezani et Hadj-Morad Mohammadi, de la tribu Bakhtyari (sud-ouest de l'Iran), avaient été arrêtés lors d'affrontements avec les gardiens de la révolution et incarcérés à la prison de Gohardacht de la ville de Karadj en banlieue de Téhéran. Samedi, ils avaient été transférés dans la capitale à la prison d'Evine où ils ont été exécutés avec dix autres prisonniers. (photo ci-joint)

    Le procureur de Téhéran Saïd Mortazavi a déclaré que la peine de mort avait aussi été demandée pour 17 autres prisonniers, avant de rappeler que la semaine dernière quatre détenus avaient été pendus dans la capitale.

    Mortazavi est celui qui a assassiné sous la torture, il y a quatre ans la photojournaliste irano-canadienne, Zahra Kazemi.

    Le journal gouvernemental Keyhan a écrit le 25 juillet 2007 qu'un individu nommé Mahmoud Aminzadeh qui a été pendu dans la ville de Kermanchah (ouest du pays) était membre des groupes contre-révolutionnaires.

    Exécuter des prisonniers politiques sous prétexte de délits de droit commun est une pratique bien connue du régime des mollahs et jusqu'à présent de très nombreux prisonniers politiques notamment des Moudjahidine du peuple ont été exécutés sous prétexte de trafic de drogue.

    Le 16 juillet 2007, deux journalistes Adnan Hassanpour et Abdolvahed “Hiva” Botimar ont été condamné à mort par le tribunal de la Révolution de Marivan, dans le kurdistan iranien.

    Le régime des mollahs se sent incapable de contenir de nouvelles émeutes. Il ne voit d'autre porte de sortie que la multiplication des exécutions et des châtiments barbares. Jeudi prochain une conférence de presse sera organisée à paris pour dénoncer ces multiplications des exécutions en Iran particulièrement d'opposants politiques.



    Conférence de Presse :

    Des personnalités et associations de défense des droits de l'Homme, des élus d'Ile de France et d'anciens prisonniers politiques iraniennes présenteront lors d'une conférence de presse des documents en vidéo et en photo sur cette situation intolérable avec les dernières informations parvenues de l'Iran.

    Jeudi 9 août 07 11h00

    Hôtel Concorde Montparnasse 40 rue du commandant Mouchotte 75014 Paris


    Christian DELARUE Perm politique du MRAP du 1 au 15/8/ 2007 



    Pour information consulter le site du Conseil de <?xml:namespace prefix = st1 /><st1:PersonName w:st="on" productid="la Résistance">la Résistance</st1:PersonName> qui lutte pour un Iran démocratique et laïc.

    http://www.ncr-iran.org/fr/content/view/27/44/



    1 commentaire
  • 2 textes d'analyse économique sur les migrations issus de la revue d'économie internationale du Cepii


    La politique migratoire française à un tournant (Martine Durand, Georges Lemaitre)
    http://www.economieinternationale.fr/francgraph/publications/ecointern/rev108/rev108durand.pdf

    Migrations et marché du travail dans l'espace européen (El Mouhoub Mouhoud, Joel Oudinet)
    http://www.economieinternationale.fr/francgraph/publications/ecointern/rev105/rev105mouhoud.pdf


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique