• POUR UNE MANIFESTATION LE 18 DECEMBRE POUR UNE AUTRE POLITIQUE D' IMMIGRATION .

    <?xml:namespace prefix = o />

    Des citoyens s'insurgent et agissent ici ou là pour stopper la spirale infernale des contrôles d'identité et des arrestations massives.

    Sur fond de politiques sécuritaires globales et plus particulièrement à cause de la "politique du chiffre" contre les "sans papiers" les contrôles d'identité se sont multipliés ces derniers mois. Les chiffres manquent encore mais l'on sait néanmoins que si Sarkozy part en vacances pendant l'été l'administration de la police poursuit sans relâche la traque du sans papier. Cette politique n'est pas nouvelle mais nous n'avions pas connu en France depuis très longtemps une telle pression policière. Cela débouche d'abord sur des arrestations massives, de véritables rafles ensuite sur des expulsions de migrants sans-papiers vers leur pays d'origine.

    Si l'on appelle politique d'immigration la politique d'accueil et d'insertion des migrants alors il faut reconnaître qu'aujourd'hui c'est la politique d'émigration forcée qui marque la situation . Et c'est peu de dire qu'une telle politique est inhumaine, non seulement en ce qu'elle charrie de racisme, de mesquineries, d'injustices et de violence diverses contre les familles mais aussi, parce que à l'heure de la mondialisation économique sous toute ces facettes - celle de la finance, celle des échanges marchands, celle des délocalisations des productions, etc; - le droit de circulation et d'installation des migrants n'est pas reconnu. C'est un pan important des besoins élémentaires la vie humaine qui est ainsi ignoré et réprimé alors que dans le même temps la finance domine le monde.

    Face à ce grand écart entre répression d'une humanité innocente et valorisation fétichiste d'une certaine économie qui symbolise l'insignifiance du monde, la perte des repères politiques il faut rappeler que les phénomènes migratoires se développent massivement partout dans le monde mais surtout dans les pays pauvres. Il faut rappeler aussi que ce sont les individus les plus dynamiques qui émigrent loin, dans les pays d'Europe notamment.

    Cela fait peur et les politiques (de droite surtout) jouent sur cette peur pour renforcer leur politique policière et répressive. Car une telle dimension de la politique ne peut plus s'accommoder du goût du secret il lui faut sinon une pleine approbation du moins un "laisser agir" des citoyens occasionnels. C'est pourquoi la diffusion du mensonge et du stigmate devient une spécialité des élites de la politique et de la haute administration : les sans-papiers voleraient le pain des ouvriers, ils seraient des délinquants, etc. Le MRAP comme ATTAC et d'autres associations et réseaux ont réfuté ces inepties. Mais les médias reproduisent et diffusent par petits mots et petites phrases les préjugés qui éteignent le sens critique et solidaire des citoyens et qui font violence aux migrants. Heureusement des citoyens actifs s'insurgent pour stopper ici ou là la spirale infernale des contrôles d'identité et des arrestations massives. C'est avec eux que nous pourrons revendiquer la régularisation des sans-papiers vivant en France et la nécessaire "alterpolitique d'immigration" celle qui intègre le fait que les migrants ne sont pas des "flux", des processus abstraits qui in fine autorise des politiques d'indignité .

    Comme d'autres je trouve ces politiques si insupportables que j'en cracherais sur le drapeau puisqu'il s'agit désormais de revaloriser à bon compte ces politiques sous l'auréole de la nation. Ce recours manipulatoire à l'identité nationale vient compléter la politique du préjugé anti sans-papier . Cette référence floue à l'identité nationale permet de faire diversion par rapport aux responsables véritables de ces politiques car c'est à M Sarkozy et au gouvernement qu'il faut signifier nôtre dégoût le cas échéant et surtout notre détermination au changement.

    Nous pourrions manifester tous ensemble le 18 décembre pour demander la ratification de la convention des Nations Unies sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille. Simple proposition.

    Christian DELARUE


    A l'appui de ce papier personnel de circonstance (fin de l'été) vous pouvez consulter utilement :

    Site ATTAC:

    Pour une refondation de la politique d'immigration dans le respect des droits des migrants
    Pour le respect des droits des migrants, contre leur criminalisation
    http://www.france.attac.org/spip.php?article6348

    Les droits des étrangers et des migrants

    http://www.france.attac.org/spip.php?article1496

    Site MRAP :

    RESF5962 soutient les sans-papiers grévistes de la faim et proteste
    contre la répression organisée par l'Etat.

    http://www.mrap.fr/campagnes/resf/resfnord/view

    HAlte aux arrestations inhumaines et aux tentative brutales de renvoi de Sans Papiers du Nord grévistes de la faim depuis 68 jours et de tous les Sans papiers, traqués et raflés à travers <?xml:namespace prefix = st1 /><st1:PersonName w:st="on" productid="la France">la France</st1:PersonName>!

    http://www.mrap.fr/communiques/arresta/view

    Les nouvelles mesures de M. Hortefeux en Conseil des Ministres : Une nouvelle étape franchie contre le droit fondamental de mener « une vie familiale normale » et contre le droit d'asile

    http://www.mrap.fr/communiques/conseilmini/view

    Historique et Campagne pour la ratification de la convention des Nations Unies sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille
    http://www.mrap.fr/campagnes/Migrations-immigration-Asile/document.2007-03-08.1737931961/view?

    <!--[if !supportLineBreakNewLine]-->
    <!--[endif]-->


    votre commentaire
  • HALTE A LA LIQUIDATION PHYSIQUE DES OPPOSANTS POLITIQUES AU REGIME DES MOLLAHS EN IRAN.

    SOLIDARITE AVEC L'OPPOSITION DEMOCRATIQUE ET LAïQUE ICI ET LA-BAS !

    mardi 7 août 2007 (14h44) :
    http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=51370

    Le régime des mollahs a multiplié les exécutions en publics. Le plus inquiétant est la liquidation physique de nombreux opposants politiques parmi cette nouvelle vague d'exécutions.

    Le 2 août, deux jeunes nommés Hossein et Madjid Kavoussi-Far ont été exécutés en public en présence de Saïd Mortazavi, le procureur de la République islamique.

    Oncle et neveu, ces deux jeunes ont été pendu en public pour avoir assassiné un procureur de régime.

    Mortazavi a déclaré avant l'exécution que les deux jeunes hommes n'ont pas regretté leur acte.

    La foule a copieusement conspué le régime en saluant le courage des victimes. Des affrontements ont éclaté sur la place au moment de la pendaison et de nombreuses personnes ont été arrêtés selon les témoins.

    Douze autres personnes ont été pendues le dimanche 22 juillet à la prison d'Evine à Téhéran selon les sources officielles. Les informations parvenues montrent qu'au moins deux parmi les 12 étaient des prisonniers politiques. Fazel Ramezani et Hadj-Morad Mohammadi, de la tribu Bakhtyari (sud-ouest de l'Iran), avaient été arrêtés lors d'affrontements avec les gardiens de la révolution et incarcérés à la prison de Gohardacht de la ville de Karadj en banlieue de Téhéran. Samedi, ils avaient été transférés dans la capitale à la prison d'Evine où ils ont été exécutés avec dix autres prisonniers. (photo ci-joint)

    Le procureur de Téhéran Saïd Mortazavi a déclaré que la peine de mort avait aussi été demandée pour 17 autres prisonniers, avant de rappeler que la semaine dernière quatre détenus avaient été pendus dans la capitale.

    Mortazavi est celui qui a assassiné sous la torture, il y a quatre ans la photojournaliste irano-canadienne, Zahra Kazemi.

    Le journal gouvernemental Keyhan a écrit le 25 juillet 2007 qu'un individu nommé Mahmoud Aminzadeh qui a été pendu dans la ville de Kermanchah (ouest du pays) était membre des groupes contre-révolutionnaires.

    Exécuter des prisonniers politiques sous prétexte de délits de droit commun est une pratique bien connue du régime des mollahs et jusqu'à présent de très nombreux prisonniers politiques notamment des Moudjahidine du peuple ont été exécutés sous prétexte de trafic de drogue.

    Le 16 juillet 2007, deux journalistes Adnan Hassanpour et Abdolvahed “Hiva” Botimar ont été condamné à mort par le tribunal de la Révolution de Marivan, dans le kurdistan iranien.

    Le régime des mollahs se sent incapable de contenir de nouvelles émeutes. Il ne voit d'autre porte de sortie que la multiplication des exécutions et des châtiments barbares. Jeudi prochain une conférence de presse sera organisée à paris pour dénoncer ces multiplications des exécutions en Iran particulièrement d'opposants politiques.



    Conférence de Presse :

    Des personnalités et associations de défense des droits de l'Homme, des élus d'Ile de France et d'anciens prisonniers politiques iraniennes présenteront lors d'une conférence de presse des documents en vidéo et en photo sur cette situation intolérable avec les dernières informations parvenues de l'Iran.

    Jeudi 9 août 07 11h00

    Hôtel Concorde Montparnasse 40 rue du commandant Mouchotte 75014 Paris


    Christian DELARUE Perm politique du MRAP du 1 au 15/8/ 2007 



    Pour information consulter le site du Conseil de <?xml:namespace prefix = st1 /><st1:PersonName w:st="on" productid="la Résistance">la Résistance</st1:PersonName> qui lutte pour un Iran démocratique et laïc.

    http://www.ncr-iran.org/fr/content/view/27/44/



    1 commentaire
  • 2 textes d'analyse économique sur les migrations issus de la revue d'économie internationale du Cepii


    La politique migratoire française à un tournant (Martine Durand, Georges Lemaitre)
    http://www.economieinternationale.fr/francgraph/publications/ecointern/rev108/rev108durand.pdf

    Migrations et marché du travail dans l'espace européen (El Mouhoub Mouhoud, Joel Oudinet)
    http://www.economieinternationale.fr/francgraph/publications/ecointern/rev105/rev105mouhoud.pdf


    votre commentaire
  • L'ARRIERE PLAN MONDIAL DES QUESTIONS DU RACISME CONTEMPORAIN

    Note sur le rapport de Jean-Claude DULIEU devant le CA du MRAP

    Version structurèe et réécrite le 3 mai 2006

     

    Toutes les formes de racisme ne relèvent pas de cette analyses avec la même force. Le racisme qui frappe les Roms par exemple semble aussi fort avant qu'après les évènements ci-aprés analysés.

    Le contexte international n'est pas exclusivement marqué par ce que l'on appelle le "Choc des civilisations" . Il faut aussi prendre en compte la mondialisation capitaliste. Bien sur tout dépend du phénomène étudié :parle-t-on de la montée du racisme anti-arabe, de l'islamophobie ou du racisme qui se diffuse partout à propos du débat sur l'immigration et aujourd'hui du projet CESEDA de Sarkozy 2. Pour certaines formes de racisme, comme l'islamophobie, il conviendra de mettre l'accent sur les effets délétères du Choc des civilisations alors que pour les <!--[if !supportEmptyParas]-->discriminations touchant la main d'œuvre immigrée clandestine il sera plus judicieux d'avoir à l'esprit la distinction entre capital mobile et capital non mobile.

     

    1 - La place de l'interprétation du choc du 11 septembre 2001.

     

    A ) De Ben LADEN aux musulmans

    Le "Choc des civilisations" de Samuel Huntington (écrit en 1993) a connu un nouveau et grand succès planétaire a cause de l'attaque des Twin Towers le 11 septembre 2001 . La forme diffus2e est sommaire : d'un côté Bush, le « Bien », l'Occident démocratique, libéral et civilisé ; de l'autre Ben Laden, l'Orient, le Mal , les dictatures, l'islam et la barbarie. La guerre d'Irak en 2003 a permis un nouvel élargissement de la thèse dichotomique.

    Proche de Bush, W. Kristol et L Kaplan dans leur livre Notre route commence à Bagdad écrivent pour expliquer la guerre en Irak : « Cette cause avait pour enjeu la sécurité de l'Amérique et celle du monde, mais aussi la volonté d'apporter la démocratie dans un pays étouffant sous un système totalitaire". Que les causes réelles soient ailleurs c'est certain, que la cause affichée soit assez peu réalisable pour plusieurs raisons (quel méthode d'apport ? quel modèle démocratique "apporter"?) d'autres l'on souligné (ex Christian LAZZARI dans Quelle démocratie voulons-nous?). Ce qu'il importe ici pour le MRAP c'est l'affichage quasi-explicitement d'une supériorité institutionnelle s'intégrant dans la compréhension du "Choc des civilisations".

    Au plan idéologique la thèse du « choc des civilisations » s'est répandue sur la planète a eu des effets massifs indéniables que l'on ne peut ignorer, en particulier l'assimilation de tout arabe à un musulman et de tout musulman à un fan de Ben Laden .

     

    B) La mondialisation néolibérale et la mondialisation des migrations.

     

    Pourtant le dramatique évènement du 11 septembre aux USA n'a pas modifié fondamentalement la structure et le dynamisme des forces agissantes au plan mondial.

    Avant comme aprés cet évènement nous retrouvons le même déséquilibre mondial ayant pour moteur la puissance économique des multinationales (FMN) de la Triade et surtout des USA , ainsi que la puissance militaire et politique du gouvernement des USA et d'autres puissances impériales

    de second niveau . Pascal Boniface (1)confirme que « le rapport de force n'ont été que très peu modifiés et le poids de chaque puissance n'a guère changé ». C'est là qu'interviennent les aspects explicatifs d'ordre géopolitique et/ou géoéconomique.

    Le capitalisme mondialisé fonctionne au profit d'une minorité de la population mondiale .

    Son principal effet est d'accroître les inégalités . Un écart important se creuse entre les diverses populations. Ce n'est pas l'objet de cette note de d'écrire cette réalité ; nous renvoyons ici dans nos analyses de la commission mondialisation. Ce qui importe de souligner c'est que cette situation favorise les migrations contraintes.

     

    2 - Les trois éléments d'arrière plan à intégrer à l'analyse

    En fait nous sommes en présence de trois éléments d'arrière plan qui pèsent sur les différentes formes de racisme (2).

     

    A) Deux éléments se conjugent grosso modo sur le même thème:

    Le thème de la supériorité de l'Occident démocratico-libéral sur l'Orient musulman vient rajouter ses méfaits à celui du postcolonialisme, lequel se distingue du colonialisme et de l'impérialisme par le fait que perdurent au sein des métropoles ex-colonisatrices (voir toujours colonisatrice dans les DOM-TOM) un racisme spécifique lié à une absence de regard critique sur le passé (cf. l'ouvrage collectif "La fracture coloniale" ) . Ce racisme touche une catégorie particulière de la population : ceux qui viennent ou sont perçus comme venant des pays ex-colonisés.

    B) Un troisième facteur plus structurel plus fondamental intervient :

    Il ne faut pas oublier d'intégrer dans nos analyses toute la portée négative des exigences contemporaines de la finance globalisèe et de la "marchandisation" du monde. Face au chômage et à la mise en concurrence des salariés les solutions d'exclusion des immigrés et résidents étrangers retrouvent un certain écho .

    Les impératifs de rentabilité sont un point tel pour le capital que l'on comprend mieux :

    1 - l'acuité des luttes défensives face aux attaques portées par le patronat, <!--[if !supportEmptyParas]-->

    2 - l'ampleur de la dérégulation entreprise sur des plans aussi divers que le CESEDA, le CPE,le CNE et les réformes de l'Etat. <!--[if !supportEmptyParas]-->

    3 - la haine de classe de la bourgeoisie frappe aussi bien contre les fonctionnaires protégés que contre les immigrés, les roms, les réfugiés, les chômeurs qui veulent un vrai travail.<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--><!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Les différentes catégories du salariat et plus largement du peuple sont menacées catégorie par catégorie. Nous devons donc avec les syndicats de salariés et les alter mondialistes participer:

    -à la construction de l'unité afin de montrer l'intérêt commun d'une communauté de travail<!

    - à la défense de l'égalité des droits

    - à la promotion de nouveaux pouvoirs et de nouvelles garanties

    En effet face à la crise de rentabilité du capital (cf. Odile Castel 3) et aux exigences de la finance il n'est plus supportable pour les élites dominantes de conserver des règles protectrices du travail. Toutes les typologies d'emploi sont concernées . La force de travail doit être docile, soumise et couter le moins cher possible. <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Tous les cadres juridiques touchant de près ou de loin au travail, à l'emploi doivent favoriser le capital qu'il soit mobile et délocalisable ou non mobile et utilisateur d'une main d'oeuvre exogène. Cette dernière distinction est fort utile pour le MRAP car c'est bien le patronat "non mobile" qui surexploite férocement les immigrés avec ou sans papier (surtout sans). <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Une même logique de précarisation traverse les réformes du CPE et du CESEDA de Sarkozy

    2 . Du coup on voit que des exigences contradictoires s'exacerbent et s'entrechoquent : souplesse,flexibilité et soumission d'un côté, garanties, protection et émancipation de l'autre côté.

    Christian Delarue

    (1) Pascal Boniface in "Le monde contemporain : grandes lignes de partage" aux PUF !

    (2) S'agissant du racisme aujourd'hui je renvoi ici au rapport sur l'état du racisme en France présenté par Jean-Claude DULIEU lors du dernier CA du MRAP.

    (3) Odile CASTEL Histoire des faits économiques La dynamique de l'économie du XV ème siècle à nos jours aux PUR

    Christian LAZZARI dans l'ouvrage collectif "Quelle démocratie voulons-nous?"


    votre commentaire
  • Le rôle des travailleurs immigrés dans le mai 68 français et international.

    On évoque peu le rôle des travailleurs immigrés dans la situation pré-révolutionnaire de 1968.

    1- Retour sur les conditions de vie :

    Il y a vers la fin des années 1960 environ 3 millions d'immigrés en France : au moins 600 000 Espagnols et autant d'Italiens, au moins 500 000 Algériens, probablement 600 000 Portugais dont la moitié sont clandestins. En chiffres bruts ce n'est pas si différent des chiffres actuels, au moins pour les Algériens et les Portugais (au total il y a aujourd'hui 3,5 millions d'immigrés en France, dont 600 000 Portugais et autant d'Algériens). Toutefois, il y a une forte différence dans la pyramide des âges. A l'époque, ce sont beaucoup de jeunes travailleurs masculins, célibataires ou dont la famille est encore dans leur pays d'origine. Il n'y a pratiquement pas la couche que nous appelons aujourd'hui la deuxième génération.

    Ils vivent dans des conditions effroyables, soit dans des hôtels garnis complètement insalubres, soit dans des bidonvilles (on compte encore plus de 200 bidonvilles en France à cette époque), dont la moitié en région parisienne (qui est d'ailleurs la zone concentrant plus du tiers des immigrés dans le pays).

    Les Portugais et les Italiens travaillent surtout dans le bâtiment, les Algériens et les Marocains sont plus nombreux dans l'industrie. Les Maghrébins sont de façon dominante manoeuvres, alors que les Italiens sont plus souvent des ouvriers qualifiés. Au total 85 % des immigrés n'ont aucune qualification professionnelle, beaucoup de professions qualifiées leur étant aussi interdites par la loi.

    Il y a environ 500 000 ouvriers immigrés dans le bâtiment, 370 000 dans la métallurgie et la sidérurgie, 260 000 dans l'agriculture. Les femmes sont souvent femmes de ménage. Les proportions d'immigrés sont très variables suivant les secteurs de la production : dans les hauts-fourneaux en Meurthe-et Moselle, 80 % des ouvriers sont immigrés, chez Citroën il y en a 30 %, il y a 7 000 ouvriers immigrés chez Renault (11 % à l'usine de Cléon).

    En général l'activité politique est interdite pour les immigrés ; au niveau syndical ils ne peuvent être élus délégués syndicaux qu'après 6 à 24 mois d'ancienneté, or très souvent les ouvriers immigrés ont des contrats de travail de 6 mois seulement, ce qui les empêche d'être intégrés dans les syndicats.

    2 - Le prolétariat est divisé entre ses différentes composantes :

    On dit des Portugais qu'ils sont arriérés et briseurs de grève pour dresser leurs frères de classe contre eux. En fait, ils sont soumis depuis 35 ans à la dictature de Salazar ; en cas d'activité politique ils sont déportés et finissent dans les prisons du Portugal ou dans les colonies en Afrique australe. Plusieurs dizaines d'ouvriers portugais ont ainsi disparu après Mai 1968, ceux qui avaient joué un rôle actif pendant la grève.

    Les ouvriers algériens sortent depuis peu d'une guerre de libération nationale victorieuse contre l'impérialisme français. Il semble qu'ils ont solidement fait grève depuis le premier jour. Dans leurs luttes, ils ont souvent en face d'eux des contre-maîtres et autres chefs qui ont été recrutés sur la base de leurs services passés dans les paras ou autres troupes de choc spécialisées dans la répression et la torture en Algérie.

    Bien entendu, la bourgeoisie a longtemps dressé les diverses communautés les unes contre les autres. Mais dans le courant de Mai 68 s'effondre largement cette division du prolétariat entre ses différentes couches ethniques. Notamment dans le bâtiment, ce sont les immigrés qui sont à l'avant-garde, car les ouvriers français représentent l'aristocratie ouvrière qui ne veut pas faire grève pendant que les trois quarts des manoeuvres dans le bâtiment sont immigrés.
    Si la présence de la CGT ou du PCF est souvent vue pendant cette période comme une protection contre les pires aspects du racisme, la pourriture chauvine du PCF à l'époque de Mai 68 existait bien. Ainsi, quand des secours étaient versés aux grévistes en mai-juin 68, les Algériens devaient se battre pour que le montant de l'aide tienne compte de leur famille restée en Algérie.

    Après Mai 68 il y a eu les déportations d'immigrés (officiellement 215 jusqu'en décembre 1968), notamment des Espagnols (c'est l'Espagne de Franco), des Algériens opposants à Boumedienne ; cela a entraîné des protestations assez importantes, relayées surtout par les pablistes et les intellectuels libéraux comme Sartre, etc.

    Le fait que la question immigrés ait été peu ou pas soulevée en Mai 68 représente une capitulation au social-chauvinisme et à sa propre bourgeoisie. Dans un pays qui sortait d'une sale guerre coloniale dans laquelle les directions réformistes de la classe ouvrière, sous couvert « des valeurs de la République », défendaient leur propre impérialisme, cette question était clé pour l'unité du prolétariat nécessaire au renversement de la bourgeoisie.

    3 - Citroën et la question immigrés

    L'exemple de Citroën est indicatif. Beaucoup des contradictions sociales étaient exacerbées. Il y avait 60 % d'ouvriers immigrés, et seulement 1 500 ouvriers syndiqués sur un total de 40 000, alors que chez Renault le taux de syndicalisation est de 18 %, ce qui est proche de la moyenne nationale. La CGT avait appelé à la grève pour le 20 mai. Un « comité d'action » Citroën s'était formé avec des étudiants de la fac de Censier. Il avait produit deux tracts. Le premier en français sur les comités d'action étudiants-ouvriers et la nécessité de l'unité d'action, le deuxième pour les immigrés, avec un autre texte demandant les mêmes droits politiques et syndicaux pour les travailleurs étrangers.

    D'après le document d'Intercontinental Press les immigrés étaient d'abord réticents à se joindre à l'occupation de l'usine. Mais après deux heures de discussion avec les étudiants, ils se joignirent en masse à l'occupation, ce qui inquiéta suffisamment les bureaucrates pour qu'ils se mettent immédiatement à empêcher les étudiants d'entrer dans l'usine occupée. De plus, le contrôle étroit sur les piquets de grève par les bureaucrates fit que ceux-ci furent désertés en masse par les jeunes ouvriers. Donc les étudiants radicalisés se lancèrent dans des appels à des assemblées générales ou des comités dans le but explicite de contourner les bureaucrates, et firent de la propagande politique et du travail de solidarité (comme la distribution de nourriture) dans les ghettos immigrés et les bidonvilles. A Citroën, ils allaient être parmi les derniers à reprendre le travail, nettement après Billancourt et les principales usines.

    4 - Transcroissance des luttes.

    On voit aussi le rôle de pont naturel vers la révolution dans d'autres pays que forment les ouvriers immigrés : des membres du comité Citroën sont allés à Turin pour établir des contacts avec la Fiat, qui était alors la plus grosse entreprise d'Europe. L'année suivante, il allait y avoir l'« automne chaud » en Italie où il y a eu la formation d'éléments de double pouvoir ouvrier. Et 6 ans plus tard, il y avait la situation révolutionnaire qui renversa la dictature de Salazar au Portugal.

    Lak 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique