• Musulmans radicaux : retour de Thanatos en Tunisie.

    Après la lumière du "printemps arabe" vient la nuit de "l’automne arabe". Retour du parti islamiste en Tunisie (40% environ donné à Ennahda) et annonce de la Charia en Lybie.

    "S’il convient de ne pas tomber dans l’angélisme, il faut néanmoins raison garder et ne pas faire d’amalgames" écrit Pascal Boniface (1). C’est vrai . Il y a charia et charia ainsi que l’explique nettement un article de Sarah Diffalah (2). La Tunisie n’est pas la Lybie. "Ce ne sont pas des talibans" disent ceux qui veulent négocier en Tunisie. Mais c’est une différence entre les durs et les modérés au sein de l’extrême-droite. La vigilance reste nécessaire.

    Soutien des démocrates, des laiques et des féministes !

    De fait une large fraction du peuple tunisien reste vigilante. Ils savent eux quel est concrètement le type d’oppression subie. Les forces d’émancipation sont face à la réaction. Le danger de la généralisation de l’autoritatisme islamique (en matière de politique et de mœurs) est là et au-delà de l’effacement du "printemps arabe" vu comme une parenthèse, avant le grand plongeon dans l’obscurantisme. Mais répétons-le, la résistance est là.

    Antiracisme en acte.

    Il faut bien dire ou redire que le "printemps arabe" a eu le pouvoir de réfuter par les faits bien mieux que tous les discours le vieux racisme colonial qui frappait le monde arabe et plus particulièrement les "arabo-musulmans". Le racisme qui les frappe est connu et se résume en deux phrases. Ils sont réfractaires à la modernisation, à la rationalité, à la démocratie et à la laïcité. Ils défendent aussi au plan des mœurs un sexo-séparatisme entre hommes et femmes et des rapports humains virils contre les femmes et contre les hommes non virils et tout particulièrement les homosexuels. Ce n’est vrai que pour une part. Le racisme vient d’une généralisation .

    En tout état de cause tant en Tunisie qu’en Lybie, de nombreuses fractions de peuple défendent toujours la démocratisation, la laicité (qui permet la pratique de sa religion mais protège de son emprise) et l’égalité homme-femme. On ne saurait donc généraliser le retour du "mal" et retomber dans le racisme. Dans le même mouvement on ne saurait pas plus se voiler la face et refuser de voir la montée de Thanatos et des forces archaïques du patriarcat religieux.

    Solidarité.

    Ceux et celles qui se battent pour la liberté et l’égalité auront besoin de notre solidarité. Mais c’est à eux de s’exprimer de dire ce qu’ils veulent et ne veulent pas. Tant qu’ils pourront parler ils pourront être soutenu et vivre.


    Christian DELARUE

    Tunisie/Libye : menace islamiste?
    http://pascalbonifaceaffairesstrategiques.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/10/26/tunisie-libye-menace-islamiste.html

    COMPRENDRE. Une charia mais plusieurs écoles
    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20111025.OBS3182/application-de-la-charia-dans-le-monde.html


    votre commentaire
  •  L'interculturel entre multiculturalisme et monoculturalisme.

    Ce titre me vient de la lecture du dernier livre (1) de Gilles Verbunt, un spécialiste de la question tant en théorie qu'en pratique, dont l'éditeur a expédié un ouvrage au MRAP pour recension.

    - L'interculturel comme pensée critique des modèles.

    L'interculturel se situe de façon critique par rapport aux deux modèles actuellement adoptés, à savoir le multiculturalisme pratiqué surtout dans les pays anglo-saxons et le mono-culturalisme à la française.

    S'il n'y a plus d'homogénéité culturelle comment continuer à vivre ensemble dans un même pays ? Avant de répondre il observe avec raison que "le modèle multiculturaliste des Etats-Unis est trop contraire à la tradition française pour être un successuer crédible. Le multiculturalisme garantit la diversité mais il a un point faible : il ne sait pas trop quoi faire des intéractions entre les populations diverses".

    "Et si un successeur s'appelait : interculturel ?" avance l'auteur  qui précise alors ce dont il s'agit: "Contrairement à ses collègues, il ne présente pas de système, d'utopie ou de modèle. Sa doctrine est encore inachevée. Il se présente plutôt comme une approche, une attitude, un projet, un processus, une orientation."

    L'interculturel a-t-il pour base des traits communs ? Dans toutes les cultures l'inceste est interdit. Mais cela n'empêche pas que sur la définition et l'extension de l'inceste les avis divergent. C'est la différence qui est commune !

    - L'interculturel est politique !

    L'interculturel est alors une perspective : oeuvrer pour que ces différences, loin d'empêcher le vivre-ensemble, enrichissent l'humanité. Dans cette perspective, ce qui tient une société ensemble est la citoyenneté.  Cela suppose que les sociétés acceptent des règles communes qui ne concerne pas le mode de vie, les moeurs, l'expression religieuse, l'échelle des valeurs, le langage, mais les modalités du dialogue et la reconnaissance de la citoyenneté, prioritaire à toutes les sphères (politiques, économiques, sociale, idéologique, religieuse...). Cette citoyenneté est un cadre juridique qui permet la vie des populations différentes dans une même société ou sur un même territoire. La société interculturelle est ni d'ordre religieux, ni d'ordre culturel, ni d'ordre linguistique, mais d'ordre politique.

    - In fine l'interculturel propose un métissage critique.

    Le métissage n'est pas un bien en soi. Le phénomène est positif que s'il y a "franchissement des frontières fixées par l'appartenance". L'interculturel libère des héritages qui enferment.

    Christian DELARUE

    1) Penser et vivre l'interculturel Gilles VERBUNT Chronique Sociale 16, 50 euros TTC France


    1 commentaire
  • Photo Causeur / Mouloud AOUNIT et Christian DELARUE.

    Causeur aime le MRAP et Marc Cohen va cotiser !

    Si si . Bon il faut savoir lire un journal satirique ! Quand je lis "Tout anti-antiraciste est un chien, voire pire… " je le prend bien. Mais ce n'est pas évident !

    Si on laisse tomber tout le blabla sur les gros mots des staliniens et autres communistes dégénérés on voit une belle et grande publicité pour le MRAP.

    Bon le titre, j'ai un peu sursauté : "Zemmour la hyène, le MRAP a la haine"

    http://www.causeur.fr/zemmour-la-hyene-le-mrap-a-la-haine,10971

     

    Christian DELARUE


    votre commentaire
  • Bonne fête aux "Marine" ! Toutes les Marine ?
  • Le 20 juillet, c'est mon anniversaire. Aucune importance ici.
  • Le 20 juillet c'est aussi et surtout le jour ou on honore les "Marine" ("sainte" Marine aurait été martyre au IIIe siècle).
  • Toutes les "Marine" ?  sans doute pas !
  • Surtout pas celle du FN.
  • Sans doute MLP n'a pas perpétré les atrocités de son père en Algérie
  • Reste que son succès relatif masque son projet foncièrement anti-social et anti-fiscal.
  • Christian DELARUE

  • votre commentaire