• Comment combattre l’intégrisme musulman sans stigmatiser les musulmans ?

    Ilham Moussaoui, le NPA et la question de la chair et de la respectabilité des femmes.

    *

    Ce texte prolonge celui déjà publié

    Une musulmane d’émancipation apparaît dans le Vaucluse.

    Le positif et le négatif : débat sur l’ambiguïté de l’affichage sexo-religieux au NPA

    *

    Combattre l’intégrisme chrétien est aisé et les chrétiens ordinaires ne se sentent pas visés. Même au sein des chrétiens dits ordinaires les comportement et attitudes sont très variables. Il en est de même pour les musulmans. Il n’y a pas qu’une seule interprétation du Coran mais plusieurs et même en dehors des interprétations possible les musulmans décident librement de pratiquer ou non telle ou telle norme.

    Le combat contre l’islamisme réactionnaire se déploie dans le cadre de la lutte contre les intégrismes. Ce qui renvoie à la définition des intégrismes. Ce combat contre l’islamisme réactionnaire ne porte pas contre les musulmans ordinaires. Qui sont les musulmans ordinaires ? Qui sont les intégristes ?

     

    I – LE NPA DU VAUCLUSE CONTRE LES INTEGRISMES RELIGIEUX ?


    Le NPA à la suite de la tradition de la LCR se devait de tenir les deux bouts d’une orientation se voulant à la fois non islamophobe ce qui ne signifie pas absence de critique de certaines pratiques issue de l’islam et critique de l’intégrisme musulman comme de tous les intégrismes.

     

    A) De la critique du fondamentalisme à celle de l’intégrisme.

    1 – Fondamentalisme et intégrisme.

    Si le fondamentalisme est la lecture érudite et au plus près des textes, l’intégrisme lui concerne plus les pratiques politiques, sociales et culturelles de la religion, avec ou sans référence au texte sacré. Pour nombre d’auteurs le fondamentalisme islamique a pour particularité d’embrasser et de confondre sphère politique et sphère civile.

    2 – Pour une critique de l’islam sans islamophobie raciste

    Si les critiques débattent des textes sacrés pour les critiquer c’est leur droit le plus strict - pour l’islam comme pour les autres religions - mais à condition que cette critique ne débouche pas sur une stigmatisation de tous les musulmans. Dans ce cas là ce n’est plus une opinion mais un délit, du moins en France. Plus précisément c’est une islamophobie qui débouche sur une musulmanophobie, ce qui se nomme racisme anti-musulman. De Robert Redeker à Wild Wilder on retrouve le même discours qui développe longuement une féroce critique de l’islam – de droit – pour in fine attribuer toute la charge de cette négativité à l’ensemble des musulmans et non à une minorité de croyants.

    Renvoi à La "laïcité ethnique", la racisation et le racisme.

    3 – L’intégrisme des pratiques.

    Laissons ce volet critique des textes sacrés – le Coran en l’espèce - pour s’intéresser aux citoyens engagés dans la cité. Ce qui les intéresse ce sont les pratiques sociales au sens large, tant politiques que quotidiennes. Ils se réfèrent pas aux textes. Ils savent que les croyants choisissent comme ils veulent - du moins dans une société libre - les normes qu’ils entendent respecter.

    4 – Intégrisme politique et intégrisme socio-culturel.

    L’intégrisme est variable. On peut distinguer celui qui emporte des prescriptions politiques contre la démocratie ou contre la laïcité ou/et celui qui surcharge le quotidien des prescriptions sociales et culturelles. L’intégrisme n’est donc pas uniquement focalisé sur une emprise autoritaire dans le champs politique. Il peut vouloir agir dans la société civile pour imposer des mœurs particulières contraignantes, de type séparatistes.

    5 – Le sens d’une normativité de libération.

    Il existe cependant une normativité d’émancipation issu du féminisme et de la spiritualité athée : En général la tendance à se libérer des contraintes de la religion se manifeste par des libertés gagnées : manger ce que l’on veut, s’habiller comme on veut, fréquenter qui on veut, faire l’amour comme on veut. De nombreux chrétiens ont fait ce parcours-là. Certains le font en devenant athée d’autres en restant chrétien mais sur un mode de sécularisation (plus que de laïcité) . L’intégrisme au contraire pose des contraintes, ajoute des normes aux normes. Il pousse au sexo-séparatisme, à des vestimentations couvrantes, à des règles strictes variables selon les religions pour la vie sexuelle.

    6 – Stigmatiser quelque chose qui s’enlève est mineur

    Stigmatiser quelque chose qui s’enlève est mineur Chaque individu qui porte sur lui visiblement sont stigmate sans pouvoir s’en débarrasser subit un regard dévalorisateur de la société. Les antiracistes et les humanistes en général se sont intéressés à la sociologie du stigmate, notamment celle de I Goffman, pour en combattre les effets. Mais quand l’objet du stigmate – voile ou kippa - n’est pas attaché à l’individu et qu’il est volontairement exhibé alors que le symbole qu’il contient est critiquable, l’individu sait à quoi s’en tenir. Il s’inscrit dans une certaine conflictualité celle autorisée par la laïcité et l’antiracisme. En effet, le régime de tolérance de la société civile autorise le débat sur les consciences et les opinions.

    La solution réside dans le geste libératoire. Mais c’est de la confrontation que peut naître le geste et non d’une injonction autoritaire. Cela n’implique nullement abandon de la religion, abandon de la spiritualité. Il s’agit de s’intégrer dans des rapports sociaux pacifiques car sécularisés.

    7 – Les revendications communautaristes musulmanes.

    Elles existent et commencent à poser problème. Il ne s’agit pas seulement de l’occupation illégale du domaine public routier (certaines rues) pour la prière des seuls hommes musulmans. Il s’agit aussi de tout un ensemble de revendications communautaristes dont certaines peuvent faire l’objet de compromis mais pas d’autres. Voir fin de texte.

     

    B) Le NPA du Vaucluse défend une "spiritualté" qui une fois de plus compose avec le rigorisme de la chair.

    Au regard des développements précédents, il est difficile de comprendre que le port du voile par une militante NPA puisse apparaître pour un pas vers l’émancipation alors que le NPA milite pour l’émancipation sous toutes ses formes. Le NPA ne milite pas en principe que contre le classisme et le racisme . Il s’oppose au sexisme et au communautarisme. Evoquer le parcours spirituel comme le fait Sadri Khiari ne précise absolument pas le sens de ce parcours ; intégrer des normes contraignantes ou s’en débarrasser. A cet argument-là on oppose une spiritualité réactionnaire voire sectaire intégratrice des normes religieuses contraignantes et une spiritualité d’émancipation qui choisit d’agir véritablement librement.

    L’initiative du NPA du Vaucluse est ambiguë et de ce fait enclenche en interne comme en externe des débats agités. Il y a affichage intégriste et discours féministe. On brouille les pistes. Avec quoi ?

    Deux types d’arguments sont avancés. * d’une part il s’agit d’une camarade qui porte son fichu islamique librement sans qu’un homme ne lui impose, * d’autre part l’interdiction du voile comme de la kippa ne vaut que pour l’école mais pas dans la société civile. On confond ici la liberté et les droits dans société civile et le programme du parti .

    Ce dernier peut avoir des règles différentes de la société civile. Il peut reconnaître la liberté du port du voile hors de l’école dans la société civile mais ne pas vouloir en faire la promotion dans son parti. L’émancipation n’est pas la liberté mais la libération. Il apparaît que la manifestation de sa spiritualité religieuse s’inscrit dans un cadre d’intégration des contraintes religieuses au lieu de s’en dégager, au lieu de combiner spiritualité avec musulmane émancipée. Finalement le message délivré est encore la spiritualité va de paire avec le rigorisme de la chair.

    Pourquoi les femmes doivent-elles se voiler et pas les hommes ? Pour l’islam le respect est localisé dans la chair plus que dans les comportements. La chair est non seulement sexualisée mais dangereuse. L’homme ne saurait se dégager du désir et se retenir . La responsabilité des dérapages et violences vient donc de la femme séductrice qui doit se cacher. C’est à cause d’une pseudo-respectabilité de la femme que tout un dispositif de séparation entre hommes et femmes est revendiqué dans les piscines et dans de nombreux lieux. La logique sexo-séparatiste poussée à l’extrême c’est le port de la burqa, l’enfermement de la femme sous voile intégral.

     

    II – POUR UN FEMINISME DE MIXITE ASSUMANT LE DESIR SEXUEL SANS VIOLENCE


    *

    1 – Les leçons des débats 2009 sur la burqa .

    Le relativisme culturel s’est massivement déployé fin 2009 sous couvert du droit, des grandes déclaration des droits de l’homme. Jamais il n’y a eu autant d’intervention en défense de la liberté de s’habiller comme on veut y compris intégralement sous prison de tissu. Fallait-il alors en conclure que se balader nu en ville serait possible ? Plus rien ne s’y oppose (si ce n'est des textes viellis du code pénal) et surtout pas le fait d’être gêné par la vue du corps d’autrui. Puisque l’argument opposé à la vue gênante du voile intégral a été : " maîtrisez votre gêne ! "

    On pourrait désormais répondre en stricte logique face à une masturbation en public . " Maîtrisez votre gêne ! ". Hypothèse d’école certes ! En fait il n’y a que dans les écoles ou une normalisation est prescrite et ou l’on interdit les comportements excessifs

    2 - Le choix entre trois féminismes

    * Féminisme pro-voile : Christine Delphy en France défend un féminisme voilé. Pour elle les hommes sont tous des prédateurs. Ils poussent soit au déshabillage soit au voilage mais jamais les femmes ne font ce qu’elles veulent. Elle met en parallèle et à égalité l’islam et les contraintes dans les entreprises commerciales qui poussent à des tenues imposées. Elle fait aussi comme si la mode avait la même force contraignante que la religion : elle met à égalité le port de talons hauts d’un côté et le port du voile de l’autre. Cette banalisation dénie ainsi toute particularité de l’islam et surtout les fortes pressions constantes des musulmans conservateurs contre leurs épouses ou leurs filles pour un voilage de respectabilité.

    * Féminisme offensif contre l’islam patriarcal : celui de NPNS : Une loi contre le voile. Elles critiquent le voile et défendait la promulgation de la loi en 2004. LO et le PT ont suivi cette ligne

    * Féminisme intermédiaire : celui de Josette TRAT qui a inspiré la position de la LCR " Ni voile, ni loi". Cette position combat le patriarcat, lutte pour un féminisme de mixité se veut à la fois critique du voile mais en abstention contre la loi. Cette position a prévalu chez plusieurs syndicats et associations.

    3 - Le charnel ou le corporel caché ou banalisé.

    La publicité qui ne cesse de montrer de belles femmes nues pourrait laisser croire le contraire. C’est faux. Une étude récente montre le retour puissant de la pudeur. Nous y reviendrons. Contrairement à la publicité qui pratique la "désublimation répressive" les humains de chair et de sang semblent enclin à l’austérité. Il faudrait mettre à part l’adolescence comme période particulière de construction de l’identité qui peut expérimenté des registres vestimentaires les plus variés.

    * Le vivre dénudé est menacé par les "coincés"

    Le port de la burqa comme le voile islamique très englobant favorise la pudibonderie, du moins un sentiment de pudeur plus élevé. En même temps le discours de liberté qui a soufflé dans les débats discours renforcé à grands coup d’articles juridiques divers ( ) a renforcé un fort relativisme culturel qui n’a que pour exception les pratiques violentes et les revendications communautaristes ( ). De ce relativisme culturel il suit que la stigmatisation du nudisme apparaît comme une incongruité ( ).

    Sans plaider pour le nudisme partout, il reste que devoir se contortionner pour cacher son sexe ou ses fesses pour mettre son maillot de bain m’a toujours paru ridicule. Je ne parle pas là de se "pavaner" nu devant autrui mais simplement de pouvoir se changer naturellement sans devoir faire attention à ne pas choquer la pudeur d’autrui.

    * Les autres façons de cacher son corps .

    C’est ainsi qu’on voit certaines femmes "cacher" en quelque sorte leur corps par de la maigreur en excès ou par un surpoids très important. Ce propos ne vise pas à défendre un modèle de corps féminin. Mais se détacher des normes elles aussi rigoristes de la mode ne doit pas aboutir à défendre l’effacement du corps par maigreur excessive ou surpoids excessif.

    * La critique de la séduction relève d’un autre terrain mais subi les mêmes foudres du rigorisme ambiant.

    La séduction n’est pas l’admiration qui porte sur des qualités différentes. Les dites autres qualités n’ont pas pour but d’interdire l’aspect charnel de la séduction. Sauf pour les rigoristes de la chair.

    La séduction use de l’aspect charnel. et des menus artifices démocratiques du moment selon les envies : boucles d’oreille, collier, chevelure coupée "mode", vernis à ongle, rouge à lèvre mais aussi avec des vêtements de montrer-cacher : jupes courtes, string apparent, habits suggestifs. La séduction sexuelle privée use plus encore de cet art mineur ( ). Ces artifices non structurels (sans opération chirurgicale) permettent de démocratiser les possibilités de séduction et donc de donner à toutes (et tous) les moyens réels d’entretenir des rapports de séduction au gré des envies.

    Les moralistes austères, "coincés" - hommes et femmes - veulent eux limiter les rapports humains à des rapports d’amitié sans aucune interférence de séduction un tant soit peu sexuelle. Ils sont un brin rigide au point de vouloir interdire la mini-jupe, le string et autres artifices de séductions pour immoralité. Il faudrait pour eux vivre caché.

    * La publicité et le réel.

    Le discours féministe sur la " femme-objet " porte juste pour la publicité mais pas pour les femmes réelles qui doivent rester libre de séduire (ou non) sans contrainte. Une femme qui entreprend de séduire n’a pas à subir soudainement divers propos machistes.

    Vouloir constamment être à la pointe de la séduction avec l’appareillage complet de séduction mais sans les qualités qui forcent l’admiration revient à tordre le bâton dans l’autre sens. Il existe aussi une aliénation à la séduction. Les féministes combattent beaucoup cet aspect là. Trop parfois.

    4. – Le " travail de civilisation " : Pour une éducation féministe !

    Le " travail de civilisation " serait à mon sens non pas de refouler le désir mais de l’autoriser en le canalisant. Assumer le désir sexuel entre les deux sexes (hétérosexualité) mais aussi entre le même sexe (homosexualité) ne signifie pas passer du verrouillage corporel total des instinct à sa libération sauvage. Il s’agit toujours d’être responsable et respectueux (le resp-resp) dans un cadre de égalitaire et réciproque là ou le consentement n’est pas requis systématiquement. On ne demande pas l’autorisation de voir de parler à autrui .

    Rapporté aux considérations précédentes, il s’agit d’apprendre dans un même mouvement à voir la femme et l’être humain, l’objet (sexuel) et le sujet (de droit), l’attirance et l’estime et même l’admiration. Il y a donc un " relationnellement correct de genre " qui vise à laisser plus de place au désir et à la séduction sans jamais oublier qu’il n’y a qu’un seul sexe qui quasiment subit le viol : les femmes. Le viol comme constante historique et transnationale des hommes par les femmes est une plaie qui ronge la bonne entente entre les deux sexes.

    Christian Delarue


    Catalogue des revendications sexo-séparatistes musulmanes.

    Contre les 7 promiscuités du monde païen les musulmans communautaristes réclament :

    1. des horaires réservés dans les piscines et les gymnases.

    2. des cantines séparées. Les travailleurs musulmans non contents d’avoir obtenus des menus confessionnels refusent désormais que " la viande halal soit proposée à côté de plats contenant de la viande "normale" jugée impure ". En clair, ils désirent des cantines séparées et ne veulent plus " s’asseoir à côté de personnes qui mangent du porc ! "

    3. des serveuses à "bras couverts" : les femmes de service chargées de servir les plats à la cantine doivent se présenter " les bras couverts ".

    4. de ne pas aller à l’entretien d’évaluation si c’est une femme.

    5. des femmes médecins dans les services hospitaliers ou les musulmanes doivent se déshabiller car les maris font pression contre les médecins masculins . La pression prend aisément la forme du passage à l’acte physique tant ils deviennent agressifs à l’idée qu’un homme puisse voir leurs femmes.

    6. une salle de prière dans l’entreprise qu’il obtiennent en créant des syndicats confessionnels

    7. des jours fériés musulmans (ce qui n’est pas impossible mais à condition qu’ils viennent en soustraction de jours fériés chrétiens)


    votre commentaire

  • Lutter partout contre la violence et le sexisme mais pas avec des matraques .


    http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article934

    *Les enseignants ont peur. Les jeunes-filles aussi.

    Vous pouvez lire ce papier de Marie-Estelle Pech sur le Figaro du 27 nov 2009. L’article évoque après la projection du film "La journée de la jupe" les réflexions des enseignants sur les violences et le sexisme des jeunes dans les classes de villes de banlieue parisienne. « Je suis rentrée plusieurs fois en larmes chez moi, dépassée » (http://www.lefigaro.fr/)


    Violence à ce point . Pas partout sans doute.

    * C’est pourquoi l’information doit circuler. Mais QUELLE INFORMATION ? Car il ne s’agit pas de recommencer les mêmes scènes télévisuelles que du temps des campagnes de 1997 ou de 2002 et d’insuffler plus encore la peur au profit du sécuritarisme policier. Il ne s’agit encore moins de promouvoir une vision unilatéralement ethnique ou communautariste de la violence. Mais pas d’angélisme non plus il y a désormais un racisme anti-blanc qui répond à un racisme anti-noir ; un racisme anti-français qui répond à un racisme anti-immigré des ex-colonies.

    Face à cette situation *la rhétorique de l’IDENTITE NATIONALE parait piteuse*. Un sondage récent montre une indifférence des français sur ce plan . Pire la fétichisation des symboles de la nation produirait des réactions de type blasphématoires ("Pisser" sur le drapeau ou siffler la Marseillaise). Ces réactions ne sont pas du racisme anti-français. Il en va autrement des bombages de bâtiments officiels ou d’insultes anti-françaises de personnes françaises ou supposées telles.

    Il n’y a pas que les enseignants a tirer la sonnette d’alarme ; LES FILLES AUSSI. « Les filles portent des pantalons ou s’habillent comme des sacs, car elles n’ont pas la possibilité de dévoiler leur féminité par peur d’être mal considérées. » Les jeunes filles, dans certains lycées et certains quartiers, subissent un sexisme virulent soit celui des machos blancs qui prennent pour modèle les éructations du chanteur Orelsan ou soit celui des jeunes musulmans influencés par l’islamisme radical qui menacent les jeunes filles non voilées. Mais pas d’amalgame tous les jeunes musulmans ne sont pas imbibés de respectabilité d’apparence et des pro-voile imposés. Et tous les jeunes blancs ne sont pas fan d’Orelsan.

    Cette clarification permet de combattre le PHANTASME DE L’ISLAMISME RADICAL PARTOUT comme danger public numéro 1. Il y a bien des islamistes radicaux qui cherchent à créer des groupes radicaux . Il faut évidemment les combattre et stopper leur faculté de nuisance. On ne saurait à l’instar de l’extrême-droite s’en prendre constamment à toute une communauté religieuse pour ce faire.

    Pour être juste, il faut bien dire qu’aujourd’hui LA POLICE elle-même fait peur. Sous le sarkozysme, elle intervient sans ménagement contre la population, elle brutalise et emprisonne des innocents. Le dernier cas date de la venue de F. Fillon, L. Châtel et V. Pécresse au lycée Roosevelt de Reims : Tous dans le panier sans distinction et gardes-à-vue de 24 heures suivie de comparutions immédiates pour cause de menaces de prison. Les innocents largement majoritaires sont dans le tas ! (2) La peur de la police devient désormais plus réel que la peur des islamistes. Mauvais temps pour les libertés et la démocratie !

    VIVENT LES ENSEIGNANTS ! Les enseignants ont une lourde tâche pédagogique. Il mériterait d’être mieux soutenu par les politiques. Au regard des mouvements revendicatifs du premier semestre il y a tout lieu de penser que ce n’est pas le cas. Décidément le sarkozysme n’est pas bon pour le peuple-classe français !

    Christian Delarue

    1) Orelsan, une liberté qui opprime les femmes.


    http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article706

    2) LO : Fillon à Reims : l’éducation à coup de matraque

    http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2156&id=18

    MEDIAPART Mr François Fillon à Reims : La police encore sur les nerfs
    26 Novembre 2009 Par michbret
    Cela ressemble à l’histoire de Poitiers mais avec des variantes.

    http://www.mediapart.fr/club/blog/michbret/261109/mr-francois-fillon-reims-la-police-encore-sur-les-nerfs


    votre commentaire
  • L'intolérance à l'infidélité en général et celle des intégrismes religieux en particulier.


    Le thème de la tolérance a connue une certaine notoriété avec la montée de la laïcité dite positive. Il s'agirait d'être tolérant, et donc de brider son propre sentiment d'oppression pour permettre l'expression ostensible du religieux de l'autre (1). Ce phénomène a donc pour contexte français l'affaire du voile islamique mais aussi plus largement la montée de l'islam rigoriste.

    Cet islam là, qui n'est pas le seul, se montre très sévère à l'encontre de l'infidélité. Des courants des autres religions ont profité de la vague pour renforcer leur emprise dans la société. Le christianisme a aussi sa branche patriarcale et "familialiste" très rigoriste qui s'appuie notamment sur un propos de Jésus : Jésus dit : “Celui qui convoite une femme seulement du regard, a déjà commis l'adultère avec elle dans son coeur". Ils ne sont pas très loin de Tariq Ramadan même s'ils se haïssent en fait.

    Quand aux athées la situation est variable . Certains ont réellement accomplis par une longue réflexion une démarche de libération de l'emprise des religions, et sont en général plus ouverts dans les principes. Ce qui n'exclue pas des contradictions et des inconséquences au plan de la pratique réelle puisque la violence à l'encontre des femmes qui ont "trompés" leur mari est universelle et touche toutes les couches sociales croyantes ou non.

    Ce petit texte ne porte pas sur la violence proprement dite mais sur l'intolérance et le mépris issu de l'infidélité.

    - Le passif de l'intolérance à l'infidélité est lourd !

    La désacralisation progressive de la fidélité, qu'il convient de nommer plus justement "fin de l'exclusivité sexuelle" (voir ci-après) participe de la fin de la répression de l'adultère et corrélativement d'un montée de l'égalisation de la tolérance. Le processus en cours ne fait que débuter. Le passif de l'intolérance à l'infidélité est lourd. Il est très sexué dans la mesure ou les hommes et les femmes sont loin d'être à égalité face à l'intolérance. En effet les hommes ont largement bénéficiés de beaucoup d'indulgence que les femmes. Avec les intégrismes religieux l'intolérance vire carrément aux comportements barbares.

    Lire par exemple : L'infidélité hors les lois
    http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/mag_2000/mag1103/dossier/ps_2841_fidelite_culture.htm

    Dans le film "Yol", le cinéaste turc Yilmaz Güney raconte la répudiation d'une épouse infidèle par son mari, qui l'abandonne dans la montagne, sous la neige. En Iran, sous la domination de Khomeyni, les coupables d'adultère étaient punis de lapidation. En Afghanistan, depuis la prise de pouvoir par les Talibans, tout dévoilement public d'une partie de son corps par la femme est assimilé à de l'infidélité et puni de mort...


    - Les amours pluriels s'affirment peu à peu.


    Les amours plurielles ne sont pas un phénomène récent. Ce qui est récent c'est qu'on se mette à en parler. En parler n'est pas chose évidente dans la mesure ou pour l'heure il faut combiner dire et discrétion et ce même dans les milieux sociaux les plus ouverts. L'amour pluriel ou le polyamour a été défendue par Françoise Simpere dans son livre "Il n'est jamais trop tard pour aimer plusieurs hommes !" L'auteure ne condamne pas la monogamie mais revendique d'autres modèles.

    http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/amour/8879-amours-plurielles-itw.htm

    - La fidélité change de forme.

    L'amour "pluriel" désacralise la fidélité au sens traditionnel dans la mesure ou elle débouche sur la remise en cause de l'exclusivité sexuelle. Mais, à mon sens, la fidélité perdure sous une autre forme : elle devient plurielle. Aimer c'est "prendre soin de" dit Eric Fromm  . Ajoutons y compris sexuellement au travers d'une bonne "carte du tendre". Autrement dit on accorde de l'attention à plusieurs femmes ou hommes y compris sexuellement et ensuite on s'en souvient plus positivement. La pluralité est évidemment variable selon les individus et sans normes précises. D'ailleurs un même individu pourra passer d'une période polyamoureuse à une période monoamoureuse. Le "tomber amoureux" ne me semble pas compatible avec la pluralité.

    L'après rupture : Si la relation a été riche, source de satisfactions et de bonheur, il n'y a alors aucune raison de ne pas rencontrer à nouveau l'autre sereinement après la rupture. Ce n'est pas une obligation. Evidemment! Mais, à priori, ce n'est pas un problème.

    Christian Delarue

    1) Crèche, une parenthèse dans la laïcité.

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article76163 


    votre commentaire
  • Richard Poulin et la culture hypersexualisée.

    Richard Poulin mène un combat sérieux et soutenu contre la prostittution (1), y compris contre la prostitution "voulue" ou "choisie". Ainsi, il engage un débat (bien argumenté selon moi) contre  celles qui justifient le "travail du sexe" . Contre Élisabeth Badinter, par exemple, il critique sa conception de la prostitution qui s'intègre dans un « droit chèrement acquis depuis à peine trente ans [qui] appelle le respect de tous : la libre disposition de son corps ». La distinction entre prostitution « libre » et « forcée » lui permet de dénoncer le discours qui prétend que les personnes prostituées sont « les victimes de la logique économique libérale et de la domination masculine propre au patriarcat ». Les qualifier de « victimes » serait admettre l'existence d'une oppression sociale structurelle, ce qui n'est plus le cas : « Le patriarcat [est] agonisant dans nos sociétés. »

    Combattre la prostitution mondialisée est une chose parfaitement légitime qu'il faut encourager. Mais en profiter pour stigmatiser l'hypersexualisation (sic) et la liberté sexuelle conquise contre des siècles de pudibonderie l'est moins. Richard Poulin militant de grand mérite dit : Faire "une « carrière » dans la prostitution et la pornographie apparaît même comme étant glamour" (1). Autour de moi, y compris chez des personnes non militantes, je n'ai jamais entendu chose pareille. Cela favorise la culpabilisation des femmes "glamour" et au-delà de la séduction libre entre humains réels ( 2).

    Le monde contemporain connait un fort "retour du religieux" qui ne remplit pas les lieux de culte mais qui fait soit l'apologie du voile islamique contre la concupiscence des hommes soit l'apologie de l'absence de relation sexuelle avant le mariage et ce en lien avec la conception du mariage unique et indissoluble. Ainsi le pape est venue en France en septembre 2008 pour empêcher le remariage chrétien (après divorce), favoriser la laïcité "ouverte" et le rite tridentin. Dans les quartiers et sur internet, certaines - pas toutes - jeunes filles voilées traitent de "pute" (3 ) ou d'autre noms d'oiseaux leurs copines qui portent des mini jupes. Il a fallu organiser des journées de la jupe (4 ) dans les collèges et lycées pour contrecarrer ces pressions normatives et répressives . Bref la sexualisation n'est qu'apparente dans la publicité mais guère dans la vie réelle. Dans la sexualisation de la publicité il faut distinguer ce qui participe du normal (publicité pour les sous-vêtements par exemple) de ce qui relève de la reproduction de l'oppression et de la domination.

    Christian Delarue

    1) Femmes et fillettes marchandises sexuelles, prostitution mondialisée et libéralisme

    http://www.europe-solidaire.org/spip.php ?article11343
    ou
    http://www.prs12.com/spip.php?article7340

    2) VOILE ISLAMIQUE ET SEDUCTION

    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=54555

    3) Réponse aux "voilées" : Nous sommes tous et toutes des putes !


    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=55483


    4) Journée de la jupe à Vitré et ailleurs
    discussion
    PANTALON ET VOILE / SEINS NUS ET JUPE : LE REGARD ET LE RESPECT.

    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=54400

    ou

    http://rodolphepilaert63.wordpress.com/2008/05/30/corps-de-femmes-regards-d%E2%80%99hommes-sociologie-des-seins-nus/


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique