• UN SIMPLE FOULARD ? UN VULGAIRE FICHU ? ou AUTRE CHOSE...

    Contribution au débat lancé par le texte Mouloud AOUNIT

    notamment publié sur Bellaciao ce 6/11/07.

    http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=54626

     

    Pour situer mon intervention, il me faut dire que j'approuve de nombreuses considérations de ce texte. Je critique principalement le premier paragraphe. J'avance d'autres considérations librement comme un antiraciste qui a fréquenté des musulmans et des musulmanes de plusieurs pays ayant des références religieuses variables et surtout - c'est le plus important - avec des pratiques différentes notamment par rapport à la religion, à la laïcité, aux droits des femmes mais aussi par rapport à l'anti-impérialisme, au sionisme, etc...

    "DISCRIMINATION RELIGIEUSE"

    Tel est le verdict du jugement du 9 octobre 2007 tranchant le conflit entre Horia DEMIATI musulmane voilée et Fany TRUCHELUT propriétaire du gite de Julienrupt dans les vosges. D'une part c'est une victoire contre le racisme qui frappe les musulmans, d'autre part la présence de l'objet-voile laisse planer une ambiguité, donc une insatisfaction. D'un côté un motif de contentement, de l'autre le sentiment de confusion. Car peut-on généraliser ce verdict de discrimination religieuse à chaque demande d'enlèvement du voile ou ce cas était-il particulier car le voile n'était que masque d'un racisme anti-musulman. Avec un contexte différent - épuisement de l'idéologie du 'choc des civilisations" - que va-t-on choisir comme positionnement ? Est-ce que l'on distinguera enfin la musulmane et sa religion ou le seul voile. Pout l'heure il semble bien qu'il faille recevoir les musulmanes voilées et donc éviter l'exclusion discrimination, mais rien n'empêche de dire nonobstant que le voile est honni .

    En effet le verdict aurait été différent si la musulmane ostensible avait été reçu dans le gîte mais en précisant que son accoutrement offensif indisposait ! Car on peut haïr les signes religieux trop ostensibles mais se garder de préconiser l'exclusion du travail ou du logement. Reste le problème de devoir travailler plusieurs heures et plusieurs jours avec une femme voilée à ses côtés - ce qui est une situation jugée insupportable par beaucoup - car ressenti comme une oppression religieuse plus pénible encore qu'un crucifix sur un mur.



    TRANSFORMER PAR LE LANGAGE LE COUTEAU EN PETITE CUILLERE

     

    Le texte de Mouloud AOUNIT banalise le voile islamique (terme générique qui recouvre diverses catégories de voile - 10) . Pourtant le port d'un fichu ou d'un foulard ne pose de problème à personne y compris à la propriétaire du gîte vosgien. Je pourrais parier qu'elle a pu en mettre un dans les dix ans qui viennent de s'écouler. Pour ma part, j'avoue qu'il m'arrive de mettre un bonnet (quand il neige) et un casque (quand je suis en moto). Donc si l'on veut être sérieux, il faut bien dire qu'il s'agit d'autre chose. A partir du moment ou le voile est porté été comme hiver, dehors comme dedans ce n'est plus un simple fichu c'est autre chose.

    NB: La "découverte" par le climat date de juin 1989 à Epinal (dans les Vosges déjà et encore)

    L' article de Ghislaine Ottenheimer (2) explique qu'à la faveur de récréations, alors qu'il faisait très chaud, la Directrice, voyant une fillette suer, lui aurait demandé de retirer son foulard, ce que la fillette refusa de faire. Au delà de l'anecdote[2], Ghislaine Ottenheimer insiste bien sur l'époque et sur le climat : « Mais de quel droit, sous quel prétexte s'offenser du port d'un couvre-chef quel qu'il soit, en plein hiver ? Là, à la faveur des premiers rayons de soleil, la directrice a testé le caractère emblématique et religieux de ce fichu. ». (archive MRAP)



    I – ANALYSES CRITIQUES D'UN EMBLEME

    A) DECONSTRUIRE

    - DONC AUTRE CHOSE

    Le voile islamique est outil de voilage et outil d'un certain islam. Le "certain" fait toute la différence. Il est d'une part un étendard pour l'extérieur et d'autre part pour de nombreuses féministes un instrument d'aliénation pour celles qui le portent. Cet outil d'imprégnation idéologique dit objectivement deux choses : je crois en Dieu, je crois en Dieu en permanence... ce qui finit par insupporter. L'intolérance suscite le rejet. Il dit aussi je suis une femme respectable, ce qui signifie un double insulte :
    - pour un femme sans voile : tu n'es qu'une femme-objet (ou plus vulgairement une pute - et ce n'est pas un phénomène restreint) ;
    - pour les hommes : vous ne me verrez pas comme femme séduisante car vous êtes violeur ou du moins trop concupiscent pour me voire aussi comme être humain dans le même mouvement.

    Je renvoie à ma colère "VOILE ISLAMIQUE ET SEDUCTION" sur Bellaciao (3) et blog chrismondial

    - L'AMALGAME D'UN CERTAIN ANTIRACISME

    La phrase (9) ci après - et notamment l'emploi du terme Autre qui globalise à les musulmanes - montre que le travail de "désimbrication" n'a pas été suffisamment fait : "les personnes interrogées (9) qui adoptent des positions à la fois féministes et antiracistes sont celles qui s'opposent le plus à la loi (de mars 2004), qui refusent de la justifier au nom de la laïcité, de désigner l'Autre (ici les Musulman-e-s) comme différent et de le stigmatiser". Il ne faut en effet pas se tromper de stigmatisation. Il ne faut pas généraliser.

    Car il y a un réel mensonge à amalgamer la critique et la phobie du voile islamique à la phobie de l'islam dans sa globalité. C'est le piège du "faux nez" (7). C'est contraire aux pratiques d'analyse que le MRAP met en oeuvre par ailleurs. D'une certaine manière on pratique ici ce que l'on critique sous le terme d'islamophobie, de racisme anti-musulman ! On reste dans la prise de position inverse - technique classique du mauvais antiracisme de simple renversement - sans passer par la distinction.

    Effectivement le MRAP dénonce à raison " l'amalgame entre islam -intégrisme -islamisme radical" avec pour exemple "l'affaire des bagagistes de Roissy qui se sont vu retirer leurs badges en raison de leurs pratique religieuse" (qui n'avait rien d'anti-laïque ou de sexiste). Effectivement, une argumentation historique et sociologique dès plus conséquente que cite Mouloud AOUNIT dans son texte pèse pour dire que la phobie du voile PEUT cacher un racisme anti-musulman. Mais il n'y a pas de causalité automatique. Il importe de dire qu'il s'agit d'une possibilité de dérapage, d'une forte probabilité mais pas d'une nécessité absolue. De nombreux laïcs et de nombreux antisexistes ou féministes sont critiques et phobiques du voile sans être raciste . "N'allons pas dire - écrit Eric FASSIN - que les femmes des quartiers, en dénonçant la violence qu'elles subissent, ou les féministes laïques, en s'insurgeant contre l'oppression sexiste, sont racistes, ni même qu'elles ne sont que les alibis du racisme" (8)

    B) RECONSTRUIRE

    - PEDAGOGIE ANTIRACISTE : LES DISTINCTIONS A REPETER CONSTAMMENT

    - De nombreux antiracistes critiquent le voile, ils le haïssent mais cela s'arrête strictement au voile. Autrement dit ce rejet ne porte ni sur la personne ni sur la religion. Donc pas sur l'Autre. La religion musulmane est diverses : certains religieux pensent que le voile est une obligation mais pas tous. L'islam d'emprisonnement et d'affichage offensif est très minoritaire en France : peu de jeunes filles et de femmes musulmanes portent le voile.

    - En conséquence plutôt que de reprendre la distinction l'islam invisible et l'islam visible je distinguerais s'agissant des individus l'islam discret et pacifique d'un l'islam ostensible et offensif. A l'égard de ce dernier on ne saurait se montrer tolérant.. Il faut certes respecter la loi mais être aussi à l'offensive.


    - UNE CERTAINE PEDAGOGIE LAIQUE : UNE ETHIQUE DE LA RENCONTRE

    Je précise d'emblée - notamment par rapport à la précision d'un texte de Bernard TEPER publié recemment (6) - que je ne me réfère pas ici au corpus de la laïcité institutionnelle française de 1905 - qui doit certes être défendue en France - mais à l'évolution d'une "mentalité laïque" strictement individuelle qui veut que l'on préfère les signes religieux discrets (voire aucun) aux signes ostensibles ou ostentatoires. Sous l'influence d'une compréhension de l'évolution de la civilisation humaine dans l'histoire (issue d'une lecture personnelle des thèses de Patrick TORT sur le darwinisme) je milite pour que cette mentalité laïque progresse dans tous les pays, pour qu'un pas historique conséquent soit fait en ce sens.

     

    Le signe religieux ostensible - voile ou kippa ou autre - est donc contraire à la mentalité laique qui se contente de signes discrets .

     

    - EN CONTRE : Ces derniers manifestent un bon compromis entre liberté d'afficher sa religion sans oppresser l'autre. Car l'affichage ostensible est bien une forme d'oppression. Le fait qu'elle ne soit pas ressenti comme tel par tous ne signifie pas son absence chez certains, notamment chez celles et ceux qui ont déjà subi l'influence du religieux.

    - EN POUR : Le signe religieux discret permet la rencontre pacifique, Comme le souligne le comité de Vitrolle du MRAP (1) un tel espace (laïque) permet la rencontre sans que les croyances, restant intimes (ou du moins discrètes), soit un obstacle relationnel.

     

    Un voile comme une croix ou une kippa çà s'enlève aisément, sans pour autant abandonner sa religion. Il suffit d'adopter des signes discrets pour satisfaire la mentalité laïque et les critiques de nombreuses féministes. Parler de racisme anti-voile c'est, à la limite, ne pas comprendre ce qu'est le racisme réel, ce que subissent celles - ceux qui ne peuvent enlever tout qui les racise : cheveux frisés, peau mat ou noire, etc.... Et de plus, cela ne signifie pas mépris de la religion (que nous pouvons néanmoins critiquer sur tel ou tel point) que les croyants peuvent pratiquer librement tout en respectant l'autre celui ou celle qui pratique sa religion sans la brandir constamment aux yeux du monde. Cela ne signifie donc pas acceptation des discriminations pour les croyances religieuses des musulmans comme des autres religions. Certaines pratiques religieuses seulement sont à critiquer vivement: celles qui sont offensives.


     

    II – ANALYSE CRITIQUE DES AUTRES PRESUPPOSES


    - SORTIR DE LA VISION DES TROIS COMMUNAUTES FONDAMENTALES

    Dans une contribution au Monde Mouloud AOUNIT (4) écrit : "La France républicaine des années 2000 serait-elle composée de trois communautés, une majoritaire "catho-laïque" repliée sur elle-même, et deux minoritaires, juive et musulmane, qui seraient susceptibles de s'affronter à tout moment ?" Le propos vise à sortir la lutte antiraciste de la sectorisation de la tribalisation. Ce qui est positif.
    Mais le même propos devrait conduire à une vision plus contrastée des processus de communautarisation. En fait il n'y a pas plus UNE communauté catho-laique unifiée qu'UNE communauté musulmane unifiée. On pourrait en dire de même pour les juifs de France. Sans doute y a-t-il des points communs qui justifient cette vision en trois communautés mais les différences voire les conflits internes semblent plus importants. Ce qui devrait inciter à relativiser la vision tricommunautaire bien rigide. D'autant que le fractionnement en de multiples sous communautés est renforcée par la diversité du religieux.

    - PRENDRE ACTE DE LA DIVERSITE DES INTERPRETATIONS RELIGIEUSES

    Quand on évoque le "retour du religieux" on oubli pour les trois grandes religions monothéistes que l'unanimité d'interprétation des textes et plus encore que l'uniformité dans la diffusion des normes et prescriptions religieuses est un mythe. Au-delà d'un corpus fondateur de chacune, on repère rapidement en quelque sorte des "théologies" dans chaque religion et les pratiques qui en sont issues sont encore plus diverses dans chaque religion. La diversité domine tant au plan historique qu'au plan géographique. On trouvera donc pour chaque religion toute la gamme des visions du monde allant du libéral progressiste acquis relativement à la laicité et à l'égalité des sexes aux visions réactionnaires, à l'intégrisme le plus violent.

    - PRENDRE ACTE DES EFFETS D'INTEGRATION

    Il faudrait ajouter certains effets de la logique républicaine d'intégration-assimilation qui quoi qu'on en pense (elle est passible de vives et justes critiques) vient renforcer la tendance à mentalité laïque.

    Ici et maintenant on ne peut plus aisément raciser la jeune fille voilée par simple effet de l'évidence avec le réel. Ce phénomène de racisation ne peut se produire que dans les sociétés ou islam et voile vont ensemble comme une "seconde nature". Au temps de la colonisation toutes les femmes étaient voilées (énormément du moins) et donc le "racisme anti-voile" était un réel racisme islamophobique (avant le mot) lié au colonialisme. Aujourd'hui le nombre de musulmanes non voilées est immensément supérieur à la petite minorité de jeunes filles voilées, et l'effet d'amalgame ne joue plus automatiquement . Pour beaucoup, la phobie discriminante est très circonscrite à l'objet-voile et ne saurait donc être, sauf délire paranoiaque (11), une islamophobie raciste. Parler d'islamophobie non raciste - car très circonscrite à l'objet voile - laisse d'ailleurs entendre qu'il existe bien une islamophobie raciste. Mais c'est à l'analyse de le montrer. On ne peut recourir à l'évidence comme du temps de la colonisation.

     

    Christian DELARUE

     

    Addendum: - CIRCONSCRIRE L'OPPRESSION

    Dire et répéter que le voile signifie, au-delà de la conscience de celle qui le porte, « oppression » (religieuse et/ou sexiste) doit s'accompagner d'un propos de prudence qui vise à relativiser "l'agression". Il faut ici promouvoir une sorte intelligence des rapports humains car il est facile de devenir soi-même oppresseur en luttant contre l'oppression. Au cas présent de devenir raciste islamophobe.

    Pour être plus précis - vu mes responsabilités antiracistes - je ne voudrais pas être mal compris . Mon net rejet du voile ne m'empêche nullement de réagir quand par exemple un chauffeur de bus de ma ville interpelle de façon injurieuse une jeune femme voilée dans son bus. Pas d'injure aux jeunes filles voilées! Le respect de l'humanité de la personne est de droit au-delà de ce qui nous heurte dans son comportement.

    Quant à l'éventualité d'une loi sur l'interdiction des signes religieux ostensibles dans les lieux publics clos ceux ou l'on doit rester en permanence avec de tels individus offensifs, je renvoie au texte écrit sur ce sujet (5).

    Notes:

    1 cf. Différences n° 254 Article intitulé Laîcité, soupçons,tensions... Comment tenter de « désarmer Dieu ? »

    2 cf. site MRAP rubrique archive sous rubrique voile

    3 VOILE ISLAMIQUE ET SEDUCTION
    sur Bellaciao le dimanche 4 novembre 2007 (23h09)
    :
    - http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=54555

    4 Contre l'antiracisme tribal, par Mouloud Aounit LE MONDE 15.06.06
    http://www.mrap.fr/interventions/monde

    5 Que penser, que proposer suite au verdict "julienrupt" (voile vosgien) sur ce blog

    6 Lire : Qu'est-ce que la laïcité ? par Bernard Teper du vendredi 19 octobre 2007
    article publié dans la lettre 31
    http://www.ufal.info/media_flash/1,article,181,,,,,_Qu-est-ce-que-la-laicite.htm

    7 Gérard Bouvier, cité dans la presse avec ces propos : « Le tribunal ne s'est pas laissé abuser par les arguments pseudo-féministes et pseudo-laïcs avancés par Madame (...). Ces arguments sont un faux-nez derrière lequel on trouve un comportement raciste. » .

    8 Eric FASSIN p 242 de "De la question sociale à la question raciale".

    9 De l'affaire du voile à l'imbrication du sexisme et du racisme site du Mouvement des indigènes de la République

    10 J'ai repéré 14 types de "voile" d'après un ouvrage de Fawzia Zouari

    http:/www.re2.freesurf.fr/laic/voile2html

    11 On peut cependant dire que pour l'extrême droite et une certaine droite la "théorie" ou plutôt l'idéologie du "Choc des civilisations" a réactivé en quelque sorte le vieux racisme anti-musulmans de l'époque coloniale. Une telle idéologie et une telle peur reste cependant en grand écart par rapport au réel français et européen. Elle ne saurait être majoritaire. Nous serions alors en plein fantasme paranoïaque de masse. Ce serait un délire "cimenté" par une idéologie de moins en moins rationnelle, de moins en moins théorisée et théorisable, donc plus proche d'une croyance stupide qui vise à voir Ben Laden derrière toute jeune fille voilée.

     


    votre commentaire
  •  

    QUE PENSER, QUE PROPOSER

    SUITE AU VERDICT "JULIENRUPT" (VOILE VOSGIEN) ?

     

    QUE FAIRE CONTRE LE VOILE ISLAMIQUE SUITE AU VERDICT "JULIENRUPT" (VOILE VOSGIEN) ?
    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=55118

     

    La propriétaire d'un gîte rural de Julienrupt, dans les Vosges, a été condamnée par le tribunal correctionnel d'Epinal pour avoir refusé d'accueillir une cliente qui portait un voile islamique.

    http://www.lepoint.fr/content/a_la_une/article?id=204489

    Cette femme de 54 ans a été reconnue coupable de discrimination religieuse.. On a discuté en séance et dans les couloirs sur le point de savoir s'il fallait caractériser la discrimination de raciale ou de religieuse. Ce n'est pas anodin. Nul doute que des débats vont se tenir sur cette différence. Cette décision peut faire date.

    Cette différence souligne une double hypocrisie. La deuxième portant sur le voile indique qu'il va falloir étendre le champ ouvert en 2004.

     

    I - LUTTER CONTRE UNE DOUBLE HYPOCRISIE.

    Le racisme avance masqué, il faut donc le dénoncer (A). Mais à l'inverse un certain discours globalisant risque de tordre le bâton dans l'autre sens en portant des accusations injustifiées. La critique de la « voilophobie » ne sautait être sommaire ! (B)

     

    A – Oui un "RACISME PERNICIEUX" se déploie en ce moment.

    Il n'est d'ailleurs pas si nouveaux puisque déjà en 2003, donc avant la loi du 15 mars 2004 des préjugés et des actes antiarabes et antimusulmans se sont banalisés. Je ne pense pas avoir relativisé cet aspect ainsi que le laisse penser le message "en réponse à C DELARUE" posté sur Bellaciao. Simplement je pense, à la différence de Mouloud AOUNIT, que des compréhensions se sont fait jour depuis 2004. Une prise de conscience s'est développée entre islamophobie globale débouchant sur du racisme et critique ou blasphème du voile soit comme signe religieux ostensible oppresseur des autres soit comme symbole d'aliénation pour les femmes.

    Reste que le racisme sous toutes ses formes constitue un réel problème en France et en Europe qui nécessite le renfort du mouvement antiraciste. Car il y a besoin d'un mouvement antiraciste fort en France mais un mouvement en capacité d'éviter les amalgames .A cette heure je suis dubitatif. . Je ne conçois pas un tel mouvement qui se met sans débat en ordre de bataille derrière un rapport, que dis-je derrière quelques passages d'un rapport . Autrement dit , on ne peut prendre comme un dogme la phrase répétée ces jours-ci : "Selon le rapport de l'ONU de sept 2007 , l'islamophobie constitue, dans le contexte actuel, la forme la plus grave de diffamation des religions. C'est une forme contemporaine de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance". Il existe un racisme généré par l'islamophobie mais aussi des rejets de certains abus de l'islam et notamment d'un islam politisé qui ne sont pas raciste.

    Le mouvement antiraciste doit s'attacher plus encore à développer son volet social, son ancrage altermondialiste, notamment sur l'extension des logiques sécuritaires et guerrières.

     

    B - DERRIERE LE VOILE : LAICITE et FEMINISME ou RACISME ANTI-ARABE / RACISME ANTI-MUSULMAN

    Derrière le voile, il ne faut pas s'abstenir de l'analyse avant de conclure. La "voilophobie" n'est pas systématiquement raciste. "<st1:PersonName w:st="on" productid="LA VOILOPHOBIE N">LA VOILOPHOBIE N</st1:PersonName>'EST PAS NECESSAIREMENT L'ISLAMOPHOBIE INDISTINCTE". Le voile met en jeu plusieurs éléments :

    - d'une part la ‘liberté de religion' qui n'est pas sans limite. Des compromis sont à rechercher. Le droit international protège la liberté religieuse mais ignore la laïcité.. La mentalité laïque est à conquérir contre l'esprit religieux ostensible ou ostentatoire

    - d'autre part le racisme caché derrière le refus du voile car en ce cas c'est en fait toute la personne avec sa croyance voir son appartenance ethnique qui est rejetée. C'est du racisme islamophobique ou du racisme anti-arabe (il faut analyser de près).

    Mais on ne saurait procéder constamment par soupçon facile et générateur d'amalgame. Les choses sont plus compliquées dans la vie réelle. Ainsi, de nombreuses personnes non racistes ( y compris des musulmanes ) ne supportent pas le voile soit comme féministes soit comme personnes attachées à la mentalité laïque.

    Mais il faut bien prendre garde à distinguer le comportement ou l'apparence de la personne elle-même. Autrement dit distinguer le voile comme accessoire facultatif (outil objectif d'oppression) qui peut être enlevé
    au moins pendant le temps du vivre en commun et la personne qui ne doit pas se sentir rejetée pour sa croyance religieuse (de quelque religion qu'il s'agisse) encore que la croyance religieuse puisse elle aussi être critiquée sans que cela se comprenne comme une attaque à la personne même.

    - Le voile est ressenti d'une part comme une OPPRESSION EXTRAVERTIE

    Autrement dit comme un message offensif vers l'extérieur, c'est-à-dire contre les autres, les proches, ceux qui subissent la présence constante du signe ostensible.

    - Les personnes de mentalité laïque, sensibles au prosélytisme religieux insidieux mais permanent (je crois, je crois, je crois, croyez, croyez...) refusent souvent le voile à ce titre. Ils ne rejettent ni les arabes ni les musulmanes, ni l'islam. Ils sont tolérants. Ils s'opposent juste à un instrument d'oppression, pas plus. Ils ne sauraient être accusés de racisme.

    - Des hommes non sexistes ou antisexistes éprouvent comme une oppression le message insidieux du voile: les hommes seraient tous incapables de maîtriser leurs désirs, ils seraient trop concupiscents et même aisément violeurs. Le même message signifie aux femmes "occidentalisées" qu'elles sont aussi "dépravées" que les hommes et qu'en cas d'agression elles sont responsables.

    - Le voile est d'autre part perçu comme outil d'OPPRESSION INTROVERTIE

    Autrement dit comme une aliénation, c'est-à-dire tournée à l'encontre de la personne même qui le porte. Les féministes sont sensibles à cet aspect. On pourrait dire que l'on ne libère pas une personne malgré elle. Que c'est à la personne elle-même de faire son trajet de libération. Les féministes n'ignorent évidemment pas cela. Reste que de nombreuses femmes ne supportent pas le voile à ce titre et uniquement à ce titre et que dès lors elles ne sauraient être assimilées à des racistes.

    Les deux volets - laic et féministe – de la critique se combinent souvent dans la réalité.

     

     

    II – LUTTER SUR PLUSIEURS FRONTS : ANTI RACISME, ANTISEXISME, COMBAT SOCIAL ET ALTERMONDIALISTE...

    MAIS AUSSI EXTENSION DE <st1:PersonName w:st="on" productid="LA LAICITE">LA LAICITE</st1:PersonName> !

     

     

    Qu'il faille poursuivre la lutte antiraciste comme la lutte antisexiste le tout dans un cadre élargi d'un combat social de type altermondialiste est une nécessité . Il faut aussi poursuivre le travail engagé en 2004 (A) en tenant compte des effets pervers (B).

    A) <st1:PersonName w:st="on" productid="LA FRANCE DISPOSE">LA FRANCE DISPOSE </st1:PersonName>D ‘UN POINT D APPUI...

    - UNE AVANCEE : La loi interdisant les « signes religieux ostensibles » a constitué une avancée par rapport aux textes fondateurs (les lois de 1881, 1882 et 1886) qui ne concernait que les locaux, les programmes scolaires et le personnel enseignant mais pas les élèves ou les mères accompagnatrices. Une avancée car l'envahissement pénible des signes religieux ne provient pas seulement du crucifix isolé en hauteur sur le mur d'une classe ou d'éventuels propos religieux d'enseignants mais aussi du nombre de personne supportant constamment du matin au soir des signes religieux
    ostensibles ..Le partage entre l'institution soumise à la laicité et ses usagers libres est dépassé. Ce partage est en fait maintenu mais la loi du 15 mars 2004 va plus loin encore.

    - UNE DISTINCTION CAPITALE : La distinction entre signes discrets autorisés et signes ostensibles interdits constitue un principe fondamental pouvant donner contenu clair pour l'humanité à ce que l'on peut appeler « la mentalité laïque » . L'esprit laïc, que n'est pas l'athéïsme, doit enfin progresser au plan historique et mondial . Pour l'heure la mentalité laïque peine à sortir de la préhistoire du fait de la puissance du pouvoir religieux et patriarcal archaïque. De plus en plus d'individus, y compris des croyants, et de quasiment toutes les religions, sont gênés par l'affichage de signes par trop ostensibles. Ils préfèrent adopter des signes discrets voire garder pour eux leur croyance.

     

    B) ... MAIS IL FAUT ËTRE TRES PRUDENT !

    - DES INSUFFISANCES DANGEREUSES : Si la loi du 15 mars 2004 pouvait encourir la critique c'était plutôt du fait que rien n'était prévu, notamment dans le privé, pour recevoir les jeunes musulmanes à l'affichage religieux ostensible . La déscolarisation des élèves est un fait à prendre en considération pour des militants laics responsables tout comme d'ailleurs pour des féministes. Je le souligne, même si cela ne fait pas plaisir aux laics et aux féministes anti-voile, car il ne faudrait pas qu'un gouvernement prenne pour les lieux de production des mesures irresponsables génératrices d'exclusion .

    - POUR UNE EXTENSION : Pour moi, cette philosophie de la loi du printemps 2004 ne saurait rester limitée aux portes de l'école . Sont également concernés les autres lieux clos qui sont des lieux de partage contraint de l'espace . Cela concerne principalement les lieux de travail . Toutes les entreprises ne peuvent prévoir des lieux distincts pour les femmes voilées et les femmes non voilées. Le passage par la loi semble difficile, sauf s'il s'agit d'une loi indicatrice qui ouvre sur des discussions et des compromis. Le principe étant de favoriser le vivre ensemble le plus possible et donc d'éviter le licenciement.

    - UNE METHODE : Le principe se couple aussi avec l'idée que l'émancipation ne s'obtient pas par la répression. Il s'agit de trouver un compromis entre liberté de porter un signe et souci de ne pas oppresser une autre personne par ce port constant et proximal.

     

    Christian DELARUE

    Secrétaire national du MRAP


    votre commentaire
  • plates dehors, à talons de 5 à 7 !

    LE PANTALON ET LE VOILE ISLAMIQUE / LES SEINS NUS ET LA JUPE COURTE : LE REGARD ET LE RESPECT.

     

    Le débat sur le voile s'élargit à d'autres vêtements. Pour détourner de la critique particulière du voile islamique certain(e)s ont rapproché le pantalon du voile comme instrument de protection du regard masculin. Le tout pour légitimer le voile islamique.

    Ainsi le pantalon ne serait plus porté par confort mais comme voilage. Le fait serait patent pour les femmes qui ne portent que des pantalons et jamais de jupes (à l'exception des jupes très longues). En ce cas les reproches antisexistes faits au voile islamique portent aussi contre le pantalon. Mais est-ce pour autant la même chose? Je crois qu'il y quelque outrance dans l'assimilation.

    Sans plus approfondir ce sujet - qui peut faire l'objet de commentaires divers - posons la question délicate et récurrente du respect maintenu malgré le regard objectivant - dépréciatif ou concupiscent - des hommes. Sachant sans doute qu'il n'y a pas de réponse simple et sûre mais néanmoins des pistes à explorer en vue d'un effort civilisationnel à entreprendre pour améliorer les rapports hommes/femmes.

     

    I - THEORIE : VOIR ENSEMBLE LE CORPS OBJET ET LE SUJET DESIRANT

    Lire préalablement "Le machisme insidieux des "mecs lourds" sur le site Bellaciao ou sur ce blog car une partie de ce texte porte sur le regard.
    http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=54238

    Lire aussi : De l'influence prégnante de l'interprétation réactionnaire patriarcale sur les rapports hommes/femmes. (sur chrismondial blogg)

    Les lignes qui suivent sont de Valérie DAOUST in De la sexualité en démocratie" Son propos invite à repenser la dialectique corps-objet/femmes sujet.

    Il est difficile de penser, en raison de la dialectique de la rationalité, que, derrière la représentation du corps-objet de la femme, il y a un sujet. Même la critique féministe, particulièrement préoccupée par l'objectivation du corps de la femme, reprend la dialectique sujet-objet. Dans les années 1970-1980, on dénonce l'objectivation du corps de la femme, et les rôles limités que celle-ci peut jouer au sein de la société justifient ces critiques. Les rôles de la femme dans la société s'étant multipliés, on ne peut plus penser l'activité de la femme et la représentation de son corps comme étant uniquement déterminées par des forces extérieures à elle-même sans du même coup la réduire à un « agent » passif auquel on ne reconnaît pas le sujet qui s'autodétermine.

    Le problème concerne tout particulièrement les adolescentes : on arrive difficilement à leur reconnaître une sexualité active puisqu'elles se présentent, selon la dialectique traditionnelle, comme objet de désir (vêtements sexy, par exemple), associé à la passivité. On a du mal à voir et à reconnaître que derrière cet « objet », il y a un sujet de désir.

    Un certain courant de pensée qui voit le jour dans les années 1990 commence à redécouvrir le concept de girl power, le pouvoir du corps et du sexe. Il est clair qu'il faut repenser la dialectique sujet-objet : c'est peut-être que la femme rationnelle ne s'est jamais « résolue à considérer son physique comme un qualité inhérente à sa personne, mais comme une sorte d'avatar qui lui serait fondamentalement étranger » (1) . A l'instar de Maurice Merleau-Ponty, il faut résolument penser le corps « l'existence figée ou généralisée » et l'existence comme une « incarnation perpétuelle » (2)

    Derrière l'objet il y a donc un sujet, et il y en a toujours eu un, mais non pas dans le sens qu'il y a toujours eu un sujet qu'il faut enfin reconnaître pour le faire passer du statut d'objet à celui de sujet : il y a toujours eu un sujet qui dans les faits s'est exprimé, bien que dans l'ordre de la représentation, ce sujet ait été réduit au rôle d'objet. (fin de citation)

     

    II - PRATIQUES SOCIALES PROGRESISTE : SEINS NUS ET JOURNEE DE LA JUPE !

    Ayant déjà écrit sur le port constant du voile comme mépris des hommes concupiscents et des femmes occidentales dépravées j'y renvoie avant de passer à d'autres situations, l'une concerne la sociologie de Jean-Claude Kaufmann (1) sur les seins nus sur les plages, l'autre sur la journée de la jupe dans les collèges et lycées.

    Ici le mépris ne répond pas au mépris. Mieux le respect se développe dans la vérité - relative - de la différence des sexes.

    a - SEINS NUS SUR <st1:PersonName productid="LA PLAGE" w:st="on">LA PLAGE</st1:PersonName> : RESPECT

    Commençons par le comportement des femmes et des hommes sur les plages ou le sein nu est pratiqué :

    Les seins nus ne seront possibles à la plage que parce qu'on ne se touche pas, qu'on ne se parle pas, parce que l'échange entre celle qui se donne à voir et celui qui regarde en reste strictement à ce stade, dans l'anonymat complet.

    La pudeur non pudibonde sera de deux sortes :

    d'une part cette capacité du regardant à voir sans voir, à banaliser ce qui est vu, de telle sorte que le sein se trouve privé de particularités ;

    d'autre part la capacité de la femme à sentir si ses seins correspondent aux normes de la plage.

    Ici l'homme n'est pas renvoyé à l'enfer de sa biologie prédatrice et la femme à une nécessaire abstinence de séduction à une obligation de sobriété vestimentaire pudique afin de maintenir l paix dans les rapports hommes/femmes.

    On peut penser que la banalisation masculine est toute relative . On peut aussi critiquer ce retour d'une « norme corporelle » sur la plage (ne pas montrer des seins trop plats ou trop gros) . On peux aussi penser que toutes les femmes ne suivent pas cette norme implicite, reste qu'un respect se créé entre hommes et les femmes sur la plage.

    II - JUPES COURTES ou STRINGS APPARENTS AU LYCEE : UN TRAVAIL CIVILISATIONNEL EN COURS

    Ce respect disparaît au collège ou au lycée dans la mesure ou les jeunes filles ont quasiment cessé de porter des jupes (sauf des jupes longues) pour ne pas encourir les propos sexistes des jeunes hommes mais aussi des filles. Les filles et les femmes font preuve d'une sévérité étonnante et inadmissible – « tu fais la pute ! » contre les jeunes femmes qui s'habillent de façon séduisante, qui portent des jupes courtes ou des strings apparents.

    Une réaction salutaire a été organisée dans un établissement d'Ille et vilaine : la « journée de la jupe » qui se répète chaque année qui vise à sensibiliser les jeunes garçons et les jeunes filles au droit à s'habiller librement sans subir d'injures. S'habiller réellement librement se comprend avec le droit de non respect d'une norme historique religieuse et patriacale de pudeur extrême interdisant d'être séduisante, « affriolante ».

    Le string fait l'objet d'une stigmatisation intense dans certains pays. Que la femme puisse vouloir séduire ainsi n'est pas toléré ni par certains hommes ni par certaines femmes mais pour des raisons différentes.

    Pour conclure provisoirement :

    Ces quelques lignes montrent assez la nécessité de promouvoir d'autres rapports entre hommes et femmes en luttant radicalement contre le viol, le harcèlement sexuel et "le machisme insidieux des mecs lourds" . Pour mener à bien cette tâche il importe que soit reconnu la liberté de séduire franchement et de s'engager librement une relation sexuelle sans passer par le mariage. Par contre il convient de rappeler au pape que le préservatif est une protection essentielle. Et il ne s'agit pas non plus de défendre seulement les rapports hétérosexuels.

    Christian DELARUE

    1 Corps de femmes, regards d'hommes: sociologie des seins nus par Jean-Claude Kaufmann


    votre commentaire
  • "UN REEL RACISME ANTI-ARABE" DANS CE CAS ?



    Mouloud a publié dans France Soir du 2 octobre 2007 une interview qui a pour titre "Un réel racisme anti-arabe" Le numéro de France Soir a pour titre de une "Ne nous voilons pas la face » et le dossier se nomme "Le foulard de la discorde". Il traite de "l'affaire de l'hôtelière vosgienne jugée pour avoir refusé que des clientes gardent leurs foulards islamiques". Il y a pour moi dans les propos diffusés danger d'amalgam


    Position de Christian DELARUE Secrétaire national du MRAP

    PAS DE GENERALISATIONS ABUSIVES: Distinguons le racisme qui sévit en France du cas évoqué.

    Certes il y a bien un racisme anti-arabe en France et en Europe . Il suffit de lire les rapports annuels sur le sujet.. Mais le refus du voile ne manifeste pas nécessairement un racisme contre les arabes, ni même un refus de l'islam. Il y a bien un racisme qui se déploie sous couvert de la critique de l'islam . J'en ai souligné les modalités notamment avec l'affaire REDEKER. Mais il ne faut pas généraliser.

    Pourquoi faut-il se garder de la généralisation ? Souvent ce qui est critiqué, notamment "à gauche" mais pas seulement, c'est juste un aspect particulier de l'islam et non l'islam dans sa variété qui peut être respecté et même pratiqué. Toutes les femmes pratiquant l'islam ne portent pas le voile. Faut-il le rappeler? Il y a toute une gamme de comportements allant des femmes "ordinaires" (pas nécessairement sous habits occidentaux d'ailleurs) jusqu'aux "femmes-sandwicht" de la religion totalement recouverte en noir (1) Je dirais que c'est l'aspect excessif (voire offensif et insupportable en lieux clos pour certains) qui est perçu comme opprimant tant pour les laïcs que pour des féministes. On ne saurait alors parler d'islamophobie raciste en ce cas. Il faudrait distinguer ici les lieux publics (principe de liberté) et les lieux clos ouverts au public ou des personnes doivent durablement rester ensemble (principe de respect mutuel ou le compromis doit être recherché).

    « Excès du religieux », c'est donc l'aspect ostensible qui déplait à beaucoup de français de mentalité laïque. Mouloud n'ignore pas cela ; c'est pourquoi il parle de « détournement de la loi à des fins racistes ». Eh bien je serais nettement plus prudent que lui sur ce plan. Je me garderais bien d'une généralisation à partir d'un rejet des signes ostensibles ou ostentatoires. Autant il a raison de dire que « seule l'école est concerné par la loi » (du 15 mars 2004) autant il a tort de conclure systématiquement au racisme. Je critique de même ce que dit aussi l'avocat G Welzer en affirmant abruptement "qu'elle s'est tout simplement dit "je ne veuix pas d'Arabes chez moi". C'est possible mais c'est loin d'être sûr ! Je me garderais d'une affirmation aussi péremptoire ! Mouloud AOUNIT a encore raison de dire que la loi ne s'applique pas dans les banques et les administrations mais il a tort de voir du racisme quand seul le voile est demandé de retrait mais pas la personne elle-même qui continue de travailler sans voile et le remet en sortant du travail. Un vrai raciste islamophobe ne supporterait pas l'individu islamisé y compris avec le voile retiré. Il ne lui adresserait pas la parole. Certains ne supportent pas d'avoir l'équivalent d'un gros crucifix sous les yeux constamment du matin au soir. Mais cela ne va pas plus loin. Vous ne voyez pas la différence?

    1) femmes-sandwicht dans la mesure ou l'on ne voit strictement que l'apologie en quelque sorte publicitaire de la religion

    - - - - -

    Voici les propos de Mouloud Aounit, président du MRAP
    "Un réel racisme anti-arabe"
    Propos recueillis par Alexandra Gonzalez

    Président du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), Mouloud AOUNIT dénonce les dérives racistes de la loi du 15 mars 2004 sur le port du voile. Selon lui, elle sert de couverture pour justifier de nombreuses discriminations.

    France soir : Pourquoi le MRAP s'est-il porté parti civile?
    Mouloud Aounit : Ma position est clair : je suis laïc et l'Etat doit être garant de cette laïcité. Néanmoins, la liberté de chacun est définie et encadrée par la loi républicaine. Et sur ce sujet la loi est sans équivoque : seule l'école est concernée par l'interdiction du port de signes ostentatoires. Dans cette affaire, il y a une entrave grave à la loi française. C'est pourquoi le MRAP a décidé de se porter partie civile.

    France soir : Quel problème cette affaire soulève-t-elle?

    Il y a une persistance de ce mal français, et même européen, à aller vers l'islamophobie. Il y a un réel racisme anti-arabe et, dans ce cas précis, on a affaire à un détournement de la loi à des fins racistes : il s'agit d'une dérive très grave. De plus, ce n'est pas la seule affaire sur les dérives de cette loi. Dans beaucoup de banques et d'administrations par exemple, des femmes qui portent le voile se voient obligées de le retirer : pourtant cette loi ne les concerne aucunement.

    France soir : Les dérives sont donc nombreuses

    Totalement. et il faut tirer la sonnette d'alarme. Sur Internet, on assiste à un véritable déferlement d'islamophobie en toute impunité, où toute personne de confession musulmane est considérée comme potentiellement violente et terroriste. Cette libération de la parole est très inquiétante.


    votre commentaire
  • LES PRO-VOILE contre LES HAUTS TALONS

    Lire auparavant LE VOILE ISLAMIQUE ET LA SEDUCTION sur ce blog (03/11/07)

    LA STIGMATISATION DES HAUTS TALONS

    - Commentaire :
     http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=53795

    si vous voulez réellement "libérer la femme", (comme moulinex), peut être que le voile a de l'importance, mais il concerne les femmes qui sont déjà exclues de par leur "ethnie", chez nous je pense que les hauts talons, par exemple, ont plus fait pour déséquilibrer la femme et la sous mettre que le voile

    - Réponse, un peu modifiée par rapport à celle écrite précipitamment sur Bellaciao:<?xml:namespace prefix = o /><o:p> </o:p>

    La libération des femmes est le fait des femmes. Comme homme et comme antiraciste j'intègre cette question dans mes propos mais ce n'est pas à moi de mener la bataille. Je ne « libère donc pas les femmes » qui se libèrent toutes seules ! Encore moins comme Moulinex (qui est une insulte gratuite permise par l'anonymat) !

    Quand aux talons hauts, les femmes qui les portent le font librement quand elles le veulent et selon les circonstances. En tout cas elles ne le font pas sous pression directe. S'il est connu que baucoup d'hommes aiment voir les femmes en talons aiguilles il rare qu'ils se fassent pressant ou contraignant à ce sujet . Je dirais même, et dans la ligne de ce je défends sur les conditionnements historiques issus de la religion et du patriarcat, que la pression indirecte plus insidieuse et plus lourde va dans le sens d'un port limité et circonscrit . La médecine, qui a remplacé ici la religion, pèse pour empêcher que les femmes mettent des talons hauts de façon durable. Pour la religion le motif n'est pas médical mais contre l'effet de séduction à l'égard des hommes. Le port de talons hauts est alors carrément interdit.


    Christian DELARUE


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique