• DETTE : Raffarin défend l'oligarchie contre la démocratie

    DETTE : Raffarin défend l'oligarchie contre la démocratie

    JP Raffarin défend la place des créanciers face aux citoyens-électeurs.

    http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1821

    Contrairement à Joseph Schumpeter qui défendait (1) le principe de non immixtion (d’une fraction du peuple) dans l’orientation choisie par les élus et le gouvernement JP Raffarin admet bien lui une certaine immixtion. Mais ce n’est pas celle d’un peuple-classe venant rectifier l’expression tronquée ou manipulée des citoyens, du peuple-souverain.

    Ecoutons-le :

    « Au fond, dans le passé, l’élection présidentielle dépendait d’un seul facteur : l’avis des électeurs. Maintenant, l’élection présidentielle dépend de deux facteurs : l’avis des électeurs, mais aussi l’avis des prêteurs. Nous sommes endettés comme tous les pays endettés. Pour que notre pays marche, il faut que certains lui prêtent de l’argent. Ce “certains”, ce sont des fonds de pension, ce sont des retraités, ce sont des acteurs mondiaux, ce sont surtout des acteurs hors de France. Ces acteurs-là, ils ont leur avis sur l’économie française. » Puis « Il va falloir faire des promesses de bonne gestion, des promesses d’équilibre budgétaire, de rigueur budgétaire, de réforme » (2)

    Contrairement à Schumpeter qui défendait le principe de "non immixtion" il importe que le peuple-classe défende dans la rue une orientation que l’oligarchie ne mettra jamais en œuvre d’elle-même.

    C’est une combinaison "rue" et "urnes" qui convient au peuple-classe et à la gauche politique alors que la classe dominante (la bourgeoisie) et la droite politique préfèrent nettement une combinaison pouvoir de la finance et urnes. Une variante en somme de la gouvernance et d’une démocratie rabougrie.

    Cette démocratie déformée par la finance ne saurait convenir à la gauche, même à une "gauche modérée" (en débat à La Rochelle) qui se doit de repousser avec des mesures concrètes le pouvoir des banques et des grands créanciers. Encore un effort les ténors du PS !

    Christian DELARUE

    1) "Les électeurs situés à l’extérieur du Parlement doivent respecter la division du travail entre eux-mêmes et les politiciens qu’ils élisent..." écrit Schumpeter in Capitalism, Socialism et démocratie (1942).

    2) Jean-Pierre Raffarin, RTL, 7 juillet

    http://www.marianne2.fr/Raffarin-avoue-tout-en-plus-des-electeurs-il-faut-seduire-les-fonds-de-pension-_a208206.html


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :