• Pour des hommes modérément phalliques.

    Pour des hommes modérément phalliques.

    Le phallus est le symbole de la puissance masculine mais aussi de la domination des femmes.

    Qu'il fut longtemps en étendard n'était pas le problème principal. Que la religion chrétienne ait pu au fil des siècle caché l’étendard du phallus (son symbolisme) n'est pas un progrès puisque sous le voile il sévit toujours comme domination et plus rarement comme organe de plaisir. Là je peux, peut-être, mélanger à tort le phallus comme puissance dominatrice et le simple organe physique masculin, fut-il en érection.

    A cette erreur près, ou en y introduisant une conception plus dialectique, quelques questions se posent à mon sens :

    1 - Peux-t-on prendre la puissance mais pas la domination ? La castration symbolique est-elle fatale dès lors que la domination ne se manifeste pas? Le jeu érotique librement consenti ne se prête-t-il pas à cette combinaison?

    2 - Ne peux-t-on pas penser aussi que le vagin est aussi une puissance sexuelle ? N'a-t-il pas une forte puissance d'attraction ? Une attraction non réduite au vagin certes. On sait que cette puissance féminine est telle que certains hommes plaident pour un sexo-séparatisme autoritaire et strict.

    3 - Quelle mixité chaque sexe peut-il développer? L'homme ne peut-il pas conserver sa puissance libidinale et développer sa tendresse et son empathie? Et la femme développer ses forces d'expansion sans perdre féminité et tendresse?

    Christian DELARUE


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :