• INTEGRISTOPHILIE : L’entreprenariat communautaire pro-musulman de la gauche marxiste radicale française
     
    Intégristophilie d’une certaine gauche pas nécessairement toujours marxiste mais très souvent.
     
    Protéger les musulmans non intégristes du racisme, mais rompre avec le soutien intégristophile.
     
    L’entreprenariat communautaire pro-musulman, intégristes compris, de la gauche marxiste radicale française, tant au NPA qu’ailleurs à gauche, se lit avec l’opportunisme identitaire d’un POUTOU qui veut abolir la loi du 15 mars 2004 contre les signes religieux ostensibles (sor) à l’école alors qu’au contraire l’idée grandie d’interdire la nippa le voile et les autres SOR à l’Assemblée nationale et au Sénat ainsi qu’en réception clients des entreprises privées .
    De nombreuses féministes critique le voilement autoritaire mais aussi dans ce contexte inquiétant le voile comme lourd symbole de l’islam réactionnaire et cela n’empêche pas cette gauche marxiste radicale . Un auteur averti Nedjib Sidi Moussa donne une explication en pointant dans La Fabrique du Musulman (1) « l’inclination de certaines tendances de la « gauche de la gauche » qui s’allient par opportunisme ou aveuglement avec des courants réactionnaires censés représenter les quartiers populaires. » L’argument n’est pas nouveau. Il ne s’agit pas de s’opposer aux musulmans de façon islamophobe mais d’être vigilant sur les alliances.
    Car l’entreprise pro-voile est d’autant plus contestable que se développent des « campagnes de hidjabisation » par les salafistes et autres intégristes musulmans.
     
    Christian Delarue
     
    La Fabrique du Musulman (Nedjib Sidi Moussa) // Les éditions Libertalia
    1) http://www.editionslibertalia.com/catalogue/poche/la-fabrique-du-musulman

    1 commentaire
  • ZONE GRISE" :

    Pour un antiracisme universaliste non campiste et non confusionniste.

    Il n’y a pas deux camps mais trois (au moins) : les pro-occidentaux (avec des variantes), les pro-musulmans, les antiracistes universalistes non campistes.

    http://amitie-entre-les-peuples.org/Pour-un-antiracisme-universaliste-non-campiste-et-non-confusionniste-Christian

    La « zone grise » est cette « zone en entre-deux, ni blanche ni noire, mais où l’on se mélange ». La coexistence multiconfessionnelle ne va pas sans friction sans conflictualité dans la société civile.

    - Solidarité sans confusion

    Christian Delorme, appelle à la solidarité entre musulmans et non-musulmans. (cf article de MS Sgherry du Point 1) . Propos rapide que l’on sort trop facilement à certains moments délicats. C’est possible et compréhensible. N’empêche : quel confusionnisme béat ! On ne saurait en rester à de telles généralités . Il importe d’ être plus précis pour éviter une vision qui amalgame dans un même groupe progrès humain et intégrisme religieux divers.

    Comme antiraciste non campiste, ma solidarité va aux musulmans qui ne pratiquent pas l’intégrisme religieux, et notamment à celles et ceux qui refusent le voilage des femmes. Nous sommes nombreux à contester cette pratique ignoble justifiée par une interprétation archaïque de la religion, celle des juifs haredim ou des divers intégrismes musulmans. Soyons clair ici .

    - Pas de campisme

    Par ailleurs, cette thèse de la « zone grise » qui relève du « choc des civilisations » permet à M Yasser Louati (2) de défendre dans un texte sur l’alliance objective entre islamophobes et terroristes musulmans un pseudo-antiracisme campiste et communautariste pro-musulman en bloc contre un communautarisme raciste pro-occident. On a là du « camp contre camp » ! Ces thèses valident un « choc raciste des communautarismes ». Pas d’hétérogénéité chez les musulmans, pas de luttes internes contre le crypto-fascisme islamique qui ne se réduit pas à DAECH (trop facile !).

    M Louati fait une exception avec ce passage du texte cité : « Néanmoins, il arrive que de la nuance soit apportée en utilisant des mots valise tels que “islam radical”, “islamisme” ou “radicalisation”, mais sans jamais dire clairement où se situe le curseur entre pratique religieuse, idéologie politique et terrorisme. Ce flou est par ailleurs très pratique pour semer la confusion et laisser entendre que la pratique religieuse des musulmans en elle même pose problème. »

    Mot valise ? Vouloir sortir du binarisme communautariste et du campisme est d’emblée critiqué alors que le binarisme (tout bien ou tout mal) ou le campisme sont mortifères. Vouloir construire un réel antiracisme qui ne couvre pas les intégrismes religieux ne lui apparaît pas possible. On retrouve l’objection du curseur . Le curseur est posé par les définitions des intégrismes religieux. M Louati met au singulier la pratique religieuse des musulmans or il y a diversité . Et pourquoi certaines pratiques religieuses dans la société civile ne poseraient pas problème cher M Louati ? Que ce soit celles des musulmans ou d’autres croyants !

    - Les campagnes de hidjabisation

    Ainsi, la hidjabisation forcée des femmes (cf aux « campagnes des islamistes en Algérie) n’est pas une pratique religieuse acceptable. On ne saurait la tolérer ! Et le voile librement porté peut dans ce contexte être fortement critiqué et même franchement détesté sans qu’il y ait une once d’islamophobie au sens de haine des musulmans. L’essentialisme est une bêtise en plus d’un racisme mais le procédé de »communautarisation amalgamante" est une perversion qui couvre les pratiques hyperpatriarcales archaïques . Ce qui est détesté - répétons-le - c’est le voile comme très lourd symbole d’un certain islam autoritaire et oppresseur et pas les musulmans ou les musulmanes.

    - Les alliés objectifs

    Par ailleurs, cette histoire de « zone grise » sert en conclusion à dire « Daech et obsédés du voile sont des alliés objectifs » . Disons de suite que ce n’est pas nouveau ce type d’ accusation d’être « obsédé du voile » ou « obsédé de l’islam » ou « islamophobe ». C’est vieux comme le combat contre les intégrismes religieux dont je suis un des représentant les plus assidu au MRAP et ce depuis des années ! C’est que pour les communautaristes et campistes il faudrait se taire face à cet odieux crypto-fascisme islamique ! Il faudrait laisser faire ces intégristes religieux ! Et bien c’est Non !

    - Vérité et résistance à l’oppression intégriste

    Alors rétablissons sans attendre la vérité contre les amalgames odieux de ceux qui refusent de résister aux intégrismes religieux et qui accusent ceux qui résistent ! La meilleure défense étant l’attaque . Posons la question : Qui agresse les femmes non voilées pour les voiler ? Un certain islam réactionnaire ! Et pas qu’en Algérie mais partout ou il y a des musulmans dans le monde ! Qui se montre objectivement complice de l’islam voileur ? D’abord désignons les musulmanes voilées celles qui s’abstiennent d’imposer le voile mais qui continuent de porter cet odieux et ignoble étendard et ensuite la gauche confusioniste et de couverture de l’islam pourri.

    Les intégristes musulmans - femmes et hommes - sont les authentiques obsédés du voilage des femmes puisqu’ils mènent assidument des campagnes réelles et sévères d’hidjabisation et les femmes voilées sont bien les complices de ce crypto-fascisme, des alliées objectives comme vous dites si bien !

    Christian DELARUE

    1) https://blogs.mediapart.fr/yasser-louati/blog/260516/lalliance-objective-entre-terrorisme-et-islamophobie

    2) http://www.lepoint.fr/societe/a-saint-etienne-du-rouvray-nice-ou-paris-daesh-vise-la-zone-grise-26-07-2016-2057199_23.php


    votre commentaire
  • ASTCAF 35 course à pieds 1998


    votre commentaire
  • Défense des peuples-classe, classisme et autres divisions.

    http://amitie-entre-les-peuples.org/Defense-des-peuples-classe-classisme-et-autres-divisions-Christian-DELARUE

    Les élites tendent à diviser le peuple entre fractions. Souvent à tort. Pas toujours.

    I - CLASSISME : trois sortes

    1)- Celui du FN se cache derrière la Nation . Le FN xénophobe défend les « bons » SdF français subissant le froid mortifère de la rue contre les « mauvais » migrants qui ont juste le tort d’être étrangers, et qui sont enfermés dans des centres de rétention (peu) « chauffés » . On a là deux catégories d’êtres humains particulièrement fragilisées par de très mauvaises conditions de vie. Une politique de civilisation pousserait à une prise en charge de ces deux catégories pour les insérer dans la société . Mais Il se trouve que les Sans domicile fixe sont victimes du classisme de certains élites (Dijon vidéo) qui trouvent appui auprès de personnes BCBG - des commerçants souvent - qui préfèrent la propreté à l’humanité et la barbarie à la civilisation. A ce classisme s’ajoute la xénophobie anti-migrants.

    2)- Celui de Macron se cache derrière le mérite et la performance. Sous couvert d’idéologie méritocratique, on distingue d’un côté les travailleurs performants des travailleurs « bras cassés » que l’on traite de fainéants. Le macronisme est une politique de « bloc social » façon Gramsci qui soude la fraction performante du peuple-classe derrière une élite bancaire et financière, censée être le fer de lance de la France-Entreprise.

    Au lieu de maintenir un double cadre de protection des travailleurs du public et du privé - hommes et femmes - avec un bon statut de la fonction publique (fondé sur la qualification reconnue par diplômes et concours, le tout complété par des formations d’adaptation des compétences au poste réellement obtenu) et un bon code du travail, M Macron (et son gouvernement) veut casser ces cadres de garanties pour mieux soumettre le paiement de la force de travail aux critères de performance et de mérite. Cela va fragiliser les travailleurs. La précarité permet de mieux soumettre les travailleurs et travailleuses aux détenteurs de capitaux ou à leur représentants. Dans la fonction publique la précarisation est un danger qui risque d’aboutir à former une République bananière peu apte à éviter la corruption, peu apte aussi à la réalisation de l’intérêt général face aux lobbies et aux puissances d’argent. C’est globalement moins de civilisation et plus de lutte des places à courte vue.

    3)- Celui d’une évolution de comportements des élites.

    - CLASSISME D’EN-HAUT & CASSE DE LA COHESION SOCIALE REPUBLICAINE
    Extrait :
    Dans une note publiée par la Fondation Jean-Jaurès, le politologue Jérôme Fourquet analyse le creusement depuis 1985 d’un « fossé béant » entre la classe supérieure et le peuple. Concentration d’élites dans les métropoles et les écoles privées, fin du brassage social, exil fiscal : le délitement du modèle républicain est implacablement diagnostiqué.

    in Comment la France d’en haut s’est coupée de la France d’en bas en une génération
    https://www.marianne.net/societe/comment-la-france-d-en-haut-s-est-coupee-de-la-france-d-en-bas-en-une-generation

    - La triche d’en-haut selon l’Observatoire des inégalité

    Extrait : « En réalité, les plus tricheurs ne sont pas là où Emmanuel Macron et Bruno Le Maire le croient. Paul Kiff (de l’université de Berkeley) et ses collègues ont systématiquement étudié l’influence de la position sociale sur la propension à tricher, mentir et enfreindre les règles [3]. Dans sept situations différentes, dans et en dehors du laboratoire, les membres des classes supérieures trichent, mentent et enfreignent davantage la loi que les membres des classes inférieures. Une plus grande complaisance des riches à l’égard de l’appât du gain explique en partie ces résultats. »

    II - AUTRES DIVISIONS du peuple-classe : sionisme et islam voileur.

    En France on trouve des élites sionistes à défendre la politique ultra-répressive d’Israel. Il faut cesser ces soutiens honteux ! Qui se met deux minutes à la place des palestiniens qui subissent une répression constante (expulsions, spoliations, emprisonnements arbitraires, assassinats) . Et si ces jeunes étaient vos enfants ? Les sionistes voient d’abord Israel comme encerclé et comme menacé par le monde arabe. Et les autres - non sionistes - me répondent deux choses : c’est loin et je ne connais pas le problème. C’est compliqué. etc...

    Ces sionistes montrent du doigt les arabes musulmans qui mènent des « campagnes de hidjabisation ». En somme, des barbares montrent d’autres barbares ! Là ils ont raison certes. Mais ce n’est pas une excuse pour valider leur propre malfaisance.

    Ces campagnes de hidjabisation sont la manifestation de ce qu’il y a de plus contestable dans l’islam . Il s’agit d’une peste religieuse hyperpatriarcale transnationale ignoble. Il convient de lutter très fermement contre les intégrismes musulmans. Je fais aussi remarquer que les juifs haredim, beaucoup moins nombreux, sont aussi sexyphobes et sexoséparatistes que les intégristes musulmans.

    III - Unité et pluri-émancipation

    La politique d’unité des classes populaires ne saurait faire l’impasse des intégrismes religieux. C’est pourquoi, face aux menées intégristes, je suis pour l’interdiction de la kippa et du voile islamique comme tout signe religieux ostensible à l’Assemblée nationale, au Sénat, et dans toute enceinte de représentation de la Nation.

    Par ailleurs, il faut lutter aussi bien contre le classisme des élites (qui méprisent aussi bien les moins performants que les SDF) que contre la xénophobie anti-migrants, que contre l’islam autoritaire voileur de femmes. Le tout sans racisme. Les luttes sont nombreuses.

    Christian DELARUE

     


    votre commentaire
  • Ce que je dois à Annie Landxxx

    Fin 1977 j'ai rencontré Annie Landxxx, alors brillante étudiante en lettres modernes (capes puis agrégation ensuite). En 1978 j'ai quitté la Marine Nationale après 5 ans de navigations loin de la métropole, depuis le déminage du canal de Suez après la guerre du Kippour (oct 73) jusqu'au nettoyage des côtes bretonnes après l'Amoco Cadiz au printemps 78, en passant par l'indépendance de Djibouti en juin 1977. J'ai entrepris une capacité en droit puis une licence de droit.

    Je dois dire que mon ex-épouse (divorce en 98) décédée en 2014 m'a beaucoup aidé, tant l'effort intellectuel était important. Pas très portée sur la "chose juridique" elle avait néanmoins la capacité de retenir en un coup d'oeil - sans répéter fastidieusement - ce qui figurait sur une page puis sur l'autre puis sur la suivante avec une aisance d'autant plus surprenante que le sens pouvait parfois lui échapper. On sait que bien saisir le déroulement du sens permet de mieux retenir.

    J'ai donc entraîné peu à peu mon cerveau à l'apprentissage du droit comme je pouvais m'entrainer à nager, à plonger en apnée ou à courir c'est à dire méthodiquement et avec une discipline bien inscrite dans la durée. J'ai bien fait. Mais sans elle et sa pédagogie le départ aurait été difficile.

    Je ne suis pas devenu ce que je pensais devenir à la sortie de mes études mais je sais ce que j'ai gagné en entamant ce trajet intellectuel que j'ai entretenu et qui m'a fait étudier aussi de la philosophie, de l'histoire, de la science politique, etc. J'ai conservé une faille, un talon d'Achille : une faiblesse en math qui est nuisible à l'acquisition de bases solides en économie et en fiscalité. C'est d'autant plus gênant que là ou je travaille il y a beaucoup de fiscalistes au m 2. Il y a aussi beaucoup de comptables. Quant au droit, la tendance est à la division entre les praticiens qui sont le nez dans le guidon et les autres - fondamentaliste (hum !) qui étudient toujours les lois, la doctrine et la jurisprudence. 

    Christian DELARUE


    votre commentaire