• Mouloud AOUNIT, Christian DELARUE et le MRAP

     

    Rectificatif en aposition. Par principe, je ne réponds pas à ceux qui agressent et discréditent derrière un pseudonyme. Notamment à mon PPP "petit prof persécuteur". Qu’écrit-il ? "tout heureux d’être sur la photo" dit-il ? alors que Mouloud n’est "pas vraiment à son avantage". Article sans critique de Causeur.

    Je suis critique de Causeur. Je le dis d’ailleurs très brièvement dans : "Causeur aimait le MRAP de Mouloud AOUNIT". Je n’ai certes pas fait un long exposé comme celui qui m’agresse. J’approuve d’ailleurs son exposé (bien que dans le rapport cité du MRAP il faille distinguer le corps du sujet et les liens en extension). Mais je n’approuve pas la malveillance finale dont il est d’ailleurs coutumier.

     

    JPEG - 74.2 ko

    Mouloud AOUNIT (à gauche) et Christian DELARUE (à droite en rouge)

    Sur cette photo, c'est l'inverse de ce qui est dit qu'il faut savoir.. Autrement dit, c'est Mouloud AOUNIT qui est plutôt à son avantage car la photo est prise avant la maladie qui le frappe depuis plusieurs mois. Par contre c'est Christian DELARUE qui ne l'est pas, pour des raisons de circonstances : manif parisienne difficile (pluie agressions ).

    En outre, bien que j'ai pu critiquer certaines des positions de Mouloud AOUNIT- je suis plus critique des religions que lui -, j'ai néanmoins de l'amitié et et du respect pour lui. Je ne cherche pas à blesser ou rabaisser les personnes que je critique. Je défends la dignité humaine qu'il faut élever face aux fétiches religieux ou autres.

    Par ailleurs, je n’ai pas, moi, participé à la captation du blog du MRAP Différence-larevue dont j’ai été co-animateur écarté.

    Christian DELARUE

    Ex membre du BE et du CA du MRAP


    votre commentaire
  • Causeur aimait le MRAP de Mouloud AOUNIT

    et Marc Cohen a-t-il cotisé ?

    Bon il faut savoir lire un journal satirique ! Quand je lis "Tout anti-antiraciste est un chien, voire pire… " je le prend bien. Mais ce n’est pas évident !

    JPEG - 74.2 ko

    Mouloud AOUNIT et Christian DELARUE en rouge du MRAP (Photo Causeur )

    Si on laisse tomber tout le blabla sur les gros mots des staliniens et autres communistes dégénérés on voit une belle et grande publicité pour le MRAP.

    Bon le titre, j’ai un peu sursauté : "Zemmour la hyène, le MRAP a la haine"

    Christian DELARUE

    http://www.causeur.fr/zemmour-la-hyene-le-mrap-a-la-haine,10971


    votre commentaire
  • L'affichage des trois grands Dieux dominants : symbole d'unité ?

     http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/220612/laffichage-des-trois-grands-dieux-dominants-symbole-dunite

     http://www.dazibaoueb.com/article.php?art=30024

    Voici le symbole de l’esprit de fraternité des croyants (en Dieu) ou plus exactement de la volonté de convergence des trois grandes religions monothéistes.

    JPEG - 12.3 ko

     

    Les agnostiques et athées y sont le plus souvent absents. Il s’agit de se mettre d’accord entre croyants (en Dieux différents) ! L’esprit de fraternité est donc circonscrit, réduit, limité.

    - Au-delà du symbole, l’unité des grandes religions monothéistes n’est pas chose facile. Il y a de temps en temps des rencontres. Mais il n’y a pas un Dieu commun aux trois grands monothéismes. Il y a des points d’accord et des religions fondamentalement différentes. Non seulement différentes mais en concurrence voire en opposition et même en guerre !

    Ce multiculturalisme religieux épisodique s’accorde cependant aisément sur l’existence de Dieu contre l’athéisme . La même certitude vaut contre les agnostiques qui par esprit scientifique refusent que l’on évoque Dieu de façon incongrue ex abrupto sans pour autant se dire persuadé que Dieu n’existe pas. Ils laissent la question "pendante" comme étant sans réponse possible.

    Au-delà de cet accord entre les appareils religieux, vient rapidement la dispute sur le "bon" Dieu à défendre.

    Les athées qui doivent supporter les expressions incongrues ou obsessionnelles (1) de différents Dieux sont cependant sauvés par cette diversité même.

    - L’autre diversité, à ne surtout pas oublier, concernent les divisions au sein d’une même religion. Il n’y a pas que chez les catholiques que l’on trouvent un large spectre de compréhension qui va (à gauche) de la théologie de la libération (2) qui dispose d’une composante marxiste (cf aujourd’hui François Houtard altermondialiste christiano-marxiste) à l’intégrisme le plus autoritaire.

    C’est au sein des intégrismes que l’on trouve les éléments les plus réactionnaires contre les femmes, contre les homosexuels, contre la laïcité, contre la démocratie, etc. Schématiquement, il y a des courants plus préoccupés de "l’amour des humains" et à ce titre soucieux de l’émancipation des peuples-classe dominés et d’autres plus obsédés de "punir les pécheurs". Cela se voit aux USA avec les pentecôtistes (3) chez les juifs et chez les musulmans de l’autre côté de la planète.

    Christian DELARUE

    1) Obsessionnel lorsque la référence à Dieu se fait de nombreuses fois par page. Incongrue lorsqu'il surgit par hasard au détour d'une phrase.

    2) Les liens entre le communisme et le christianisme - A l’indépendant

    http://alainindependant.canalblog.com/archives/2008/03/01/8149699.html

    L’auteur présuppose de façon acritique que le christianisme ne porte que le bien et pas le mal. Dès lors qu’il y a Croisades et autres maux ce n’est plus le christianisme mais des humains spécifiques en proie au péché. Pour faire bonne mesure, il dit la même chose du communisme. Ce dernier ne peux porter que de la libération et de l’émancipation. Or, pour moi, il y a un marxisme critique de libération et un marxisme dogmatique de soutien aux entreprises bureaucratiques aliénantes.

    3) Lire La pensée enchainée de Susan GEORGE Ed Fayard 2007


    votre commentaire
  • Le racisme anti-blanc entre instrumentalisation et réalité.


    Le racisme anti-blanc est massivement la riposte de l'extrême-droite qui non seulement refusent de connaitre les formes dominantes du racisme mais sont de plus les premiers à les pratiquer. L'extrême-droite pratique quasiment toutes les formes de racisme que la législation française condamne. En ce sens, le racisme anti-blanc constitue une instrumentalisation grossière d'une notion qui peut pourtant s’avérer juste dans certains cas.

    1) Première distinction: ici et là-bas.

    AILLEURS : Ces cas de racisme anti-blanc sont relativement courants dans les sociétés anciennement colonisées ou la haine de ce qui évoque les colons continue à être rapportée à la couleur de peau blanche plutôt qu'à un rejet des mécanismes de domination. Les classes dominantes locales instrumentalise aussi ce racisme anti-blanc à leur profit. Ce qui explique sans doute que ce type de discours perdure.

    ICI : Ces cas de racisme anti-blanc sont beaucoup plus rares en France. C'est Tarik Yildiz, un sociologue, qui les a mis à jour dans son livre : Racisme anti-blanc, Ne pas en parler: un déni de réalité(1) . Avant lui, ces cas étaient, me semble-t-il largement méconnus. Pour autant ces cas restent extrêmement rares. Il s'agit souvent d'une injure qui frappe des 'Français de souche' de la part de Français qui se perçoivent toujours - du fait des exclusions - comme "issus de l'immigration" .

    2) Deuxième distinction : le verbe et le réel.

    Un article paru dans l'Express en mars 2011 fait état des thèses de T Yildiz (2) . Mais cet article ne permet guère, à mon sens, de comprendre l'existence et la portée d'un racisme anti-blanc au-delà de l' injure contre le "français de souche".

    Certes ces injures existent. Elles sont violentes et manifestent une intolérance coupable mais, sans vouloir diminuer leur gravité, surtout lorsqu'elles sont suivies d'agressions physiques, on ne voit guère dans le contexte social les discriminations réelles qui frappent les dit "français de souche". Par contre on voit fort bien les discriminations qui ne cessent de frapper durement les familles de ceux qui peuvent pratiquer occasionnellement l'injure anti-blanc. Il y a là de fortes circonstances atténuantes pour éviter de trop durent peines. Surtout, il importe
    1 de diffuser des thèses plus justes qui appellent les victimes du racisme systémique (qui lui peut permettre aux dominants de faire l'économie de l'injure du fait de sa réalisation factuelle et pratique par la discrimination) à ne pas se tromper de colère ainsi que le dit le MRAP .
    2 de combattre surtout les discriminations racistes qui perdurent dans l'emploi, le logement, l'accès aux salles de dance, etc...

    Je m'en tiens là sur ce sujet. Car, par rapport aux craintes des IDR (3), le MRAP sait très bien que la notion de racisme anti-blanc est délicate à employer . Mais la notion de "blanc" ne l'est pas moins. Elle incite gravement à la racialisation de la société. D'ou la réponse du MRAP.

    Une réponse du MRAP : « Non à la racialisation de la société ! »

    http://www.rue89.com/2012/06/18/une-reponse-du-mrap-non-la-racialisation-de-la-societe-233133



    Christian DELARUE

    1) Le racisme anti-blanc, Ne pas en parler: un déni de réalité, Tarik Yildiz, Les Editions du Puits du Roulle, 58 p., 8 euros.

    2) Comment parler du racisme anti-blanc? - L'EXPRESS
    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/comment-parler-du-racisme-anti-blanc_970808.html

    3) "Racisme anti-blanc" : un concept dangereux. Le MRAP ne doit pas céder.
    Les Indigènes de la république » samedi 16 juin 2012
    http://www.indigenes-republique.fr/article.php3?id_article=1680


    votre commentaire