• SEXYPHILIE anodine d'Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs

    SEXYPHILIE anodine d'Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs

    xx

    On a parlé de "prime à la nudité" pour Instagram dans un média (1) qui défend souvent la "prime au voile" et à l'hypertextile. 

    Précisons que cette "prime à la nudité" n'est pas une "sexyphilie" ou l'on dénude des jeunes filles mineures, un peu pour des concours de la plus belle jeune fille ou beaucoup plus pour attirer des pédophiles ! Ce qui serait alors l'équivalent inverse de celles et ceux qui, sous influence d'une interprétation intégriste d'une religion (islam ou judaïsme haredim), couvrent des gamines de deux ans sous hypertextile : voile et robe longue jusqu'au sol ! 

    Sur Instagram, ce sont ordinairement des femmes majeures, en hypotextile certes mais jamais totalement nues, et cela mobilise la critique de Mediapart (sous forme d'enquête) et en commentaires, des critiques du "capitalo-patriarcat", critiques qui ne disent rien en général contre les diverses sexyphobies, qui sont beaucoup plus des entraves à la liberté des femmes ! 

    Ces femmes adultes, librement en hypotextile - même pas du string seins nus - savent très bien ce qu'elles font et c'est non contraire aux droits et libertés Elles n'ont donc pas de remarques moralisantes dignes des intégristes religieux à recevoir !

    XX

    A côté de çà on trouve des SEXYPHOBIES intrusives, limitantes et agressives.

     

    A ce jour, 4 types de sexyphobie sont à repérer: 

    1 - La sexyphobie des intégrismes religieux (musulman, juif haredim, catho jadis) ou tout le corps des femmes doit être caché : il mène au sexo-séparatisme et à un hyper-patriarcat.

    2 - La "nouvelle sexyphobie" portant contre un effet - non obligé - du "sans-soutif", du no-bra (le no-bra est une tendance récente) à savoir : les tétons apparents ou les seins ballottants qui sont alors perçus comme "excusant" ou pire "provoquant" une violence sexiste ! (cf enquête cet été 2020)

    3 - La "sexyphobie d'Etat" ou "sexyphobie de gouvernement"  qui vient d'en-haut, via la loi et la police contre le string seins nus en piscine ou sur plage, alors que le burkini est autorisé (à Rennes et à Grenoble).

    4 - La sexyphobie de la société civile dont la "sexyphobie professorale"ou des enseignants préfèrent fustiger les filles jugées trop sexy trop dénudées qu'éduquer les garçons à "se tenir"!

    Christian Delarue

    1) 

    La sexyphilie dite « prime secrète à la nudité » par l’article de Mediapart qui a enquêté sur Mediapart ne va pas bien loin. Rien qui s’apparente à de l’autoritarisme sexyphobique qu’il soit d’origine religieuse intégriste ou même laïque venant de l’Etat sexyphobe qui interdit les femmes seins nus en piscine alors que le burkini est autorisé. 

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :