• Un brin de philosophie de la dignité.

    UN BRIN DE PHILOSOPHIE DE LA DIGNITE



    I - Le droit dit-il tout de la dignité humaine?


    On aborde ici le droit, la psychologie et la philosophie.
    Le mal philosophique semble indépendant de ce qui fait mal psychologiquement.
    Le droit positif est variable et n’est pas absolument la défense de la dignité.

    - Exemple : ne pas saluer un(e) ex amant(e).
    Psychologiquement, c’est lui faire mal.
    Philosophiquement c’est mal.

    - Quel est le sentiment du droit ?
    Ce ne serait pas "obligatoire" de ne pas saluer un(e) ex.
    Récidiver plus tard ne serait pas grave.
    Ne pas s'excuser non plus.
    Ainsi un pseudo sens du (mauvais) droit pourrait se moquer du mal psychologique comme du mal moral.
    L'esprit juridique ambiant volontiers cynique s'accommoderait de ce genre de violence.

    II - Quelle philosophie de la dignité humaine ?

    - Commençons par le mal et l'indignité.
    Le mépris ne dit rien ou insulte.
    Le mépris passe et ne dit pas bonjour.
    Le mépris ne connaît ni pardon ni excuse.
    Il peut même priver l'autre d'une excuse.


    - Une philosophie de la dignité prend l'inverse de la pratique du  mépris.
    Elle fait montre d'attention par une parole ou un geste.
    Elle salue l'autre, lui témoigne son estime.
    Elle le traite comme un être humain sensible, non comme un objet.
    Elle présente ses excuses.
    Elle laisse l'autre présenter ses excuses.
    Elle en prend au moins acte (...à défaut de pardonner immédiatement).

    Christian Delarue


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :