• Ni USA ni Chine ; contre le campisme, pour le soutien du peuple tibétain
     
    dimanche 30 mars 2008 (18h08) : 
     
    40 commentaires

    Ainsi, avant de se montrer solidaire d'un peuple écrasé par une puissance mondiale de second rang (face aux USA) il faudrait se poser à tout coup la question de l'ennemi principal (1) . Cette question n'est pas inutile. Au plan mondial la puissance impérialiste majeure reste les USA. On ne saurait l'oublier. Il importe de surveiller comment les USA peuvent instrumentaliser le conflit pour intervenir militairement (au nom des "droits de l'homme) . Il importe le cas échéant de soulever les peuples (comme en 2OO3) contre la principale puissance impérialiste de la planète.

    Mais nous n'en sommes pas là . Pour l'heure l'agression vient de la Chine. Dès lors on ne saurait reprendre la vision campiste (2) du monde qui dominait les positions prises "à gauche" avant la chute du mur . Autrement dit l'anti-impérialisme dirigé contre les USA ne doit pas empêcher de voir qu'aujourd'hui c'est un autre pays qui se comporte militairement, politiquement et économiquement en puissance impériale et de le critiquer en ce sens.

    Une telle critique, qui ne préjuge pas du débat sur la nature de la Chine (restauration capitaliste me semble-t-il), incline au soutien du peuple tibétin en lutte. Ce soutien doit-il aller jusqu'à défendre sa volonté d'autodétermination ainsi que le défend Pierre ROUSSET (3) ? Si le peuple tibétin entend sortir ainsi du joug chinois est-ce à nous de l'en empêcher? La défense du communisme comme mouvement d'émancipation ne devrait-il pas faire sien le droit à l'autodetermination des peuples durablement sous domination?

    Christian DELARUE

    Altermondialiste, responsable antiraciste.

    Notes :

    1) Chine ou USA, quel est l'ennemi principal ?

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article64042

    2) LE CADRE DE NOTRE AMITIE ENTRE LES PEUPLES : CONTRE LE NOUVEAU CAMPISME MONDIAL

    Christian DELARUE contribution de congrès du MRAP

    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=58125

    3) Pour le droit à l'autodetermination du peuple tibétain par Pierre ROUSSET spécialiste de la question asiatique : "Certains, à gauche, refusent de s'engager dans la solidarité, de peur de faire le jeu des États-Unis contre la Chine. D'autres, à droite, appellent à manifester contre 59 ans d'occupation chinoise et à dénoncer une dictature « communiste ». Ces deux positions, « miroir » l'une de l'autre, font peu de cas de l'histoire : la « question tibétaine » s'est posée dans des contextes très différents suivant les périodes."

    Voilà qui devrait inciter à lire la suite de l'article sur :

    http://orta.dynalias.org/archivesrouge/article-rouge?i=7761


    votre commentaire
  • LES FORUMS ALTERMONDIALISTES
    ENTRE "LE TROP" IDEOLOGIQUE ET LE "PAS ASSEZ"
     
     
    Il s'agit d'une simple mise en forme d'une intervention sans grands développements, Jean-Michel COULOMB ayant longuement dressé le bilan (non encore publié à ce jour) pour le CA d'ATTAC du 15 mars 2008 . Je renvoie juste à quelques notes de références.
    La critique vient de deux bords ce qui permet de montrer plus qu'avant le positionnement des forums se réclamant de la Charte de Porto Alègre.
     
    %
     
    I - LA DOUBLE CRITIQUE DES FORUM PORTO ALEGRE
     
    %
     
    Tout ce qui est forum n'est pas altermondialiste. Il y a une double critique : trop militant, trop idéologique, trop doctrinal, trop programmatique trop politique ou au contraire pas assez et donc inefficace, et donc dépassé . Ce qui débouche sur : il faut aller plus loin et faire autre chose!
     
    A) EN TROP ! L'exemple du Forum de TINTENIAC.
     
    C'est l'exemple du Forum de Tinténiac en Ille-et-Vilaine qui ressemble un peu à un petit forum alter qui ne dure qu'une après-midi avec la présence d'associations diverses dont le MRAP mais pas ATTAC(sauf la première année) . Le forum de Tinténiac d'une part reçoit un fort volet promotionel d'activités marchandes artisanales qui ne manquent pas d'intérêts mais dont le contenu altermondialiste n'est pas évident . Par ailleurs ce forum n'organise pas des débats avec les individus et organisations voulant "un autre monde" possible . Les différentes associations présentent simplement leurs activités. Ce ne sont d'ailleurs pas elles qui décident de ce qui se fait. Ce forum n'est pas autogéré. Il est vrai que les organisateurs en lien avec la municipalité n'ont pas souhaité se conformer à la charte de Porto Alègre de 2OO1. En fait ce Forum est né en 2002 d'un refus - ne pas soutenir le FN - mais pas d'une volonté de lutter contre le néolibéralisme.
     
    B) EN PAS ASSEZ ! LE POST-ALTERMONDIALISME
     
    De puis que Bernard CASSEN à promu le post-altermondialisme, on sait que le format forum se limitant à des discussions sans débouché donc des discussions sans fin se reconduisant d'année en annèe ne suffit plus à ce qu'exige la période. Pour répondre au néolibéralisme, il faut y ajouter les partis qui y sont interdits mais aussi les gouvernements anti-impérialistes. Le regard porte évidemment sur l'Amérique latine, sur le Vénézuéla surtout. Ce afin de construire le socialisme du XXI siècle.
     
    %
     
    II - POUR UNE DEFENSE DES FORUM ALTER "PORTO ALEGRE"
     
    %
     
    A) LES FORUM ALTER "PORTO ALEGRE" EVITE DES TRAVERS PREVISIBLES
     
    Les FSM sous toutes leurs déclinaisons mais se conformant à la Charte de Porto Alègre de 2001 ont de l'avenir dans la mesure ou ils évitent deux écueils qui sont :
     
    1 - le vide de discussions sur ce que l'on combat franchement, ainsi que - cela va souvent de pair - l'absence de perspectives pour "un autre monde possible". En somme il s'agirait de dégénérescence social-libérale des forum qui ne viserait qu'une amélioration de l'existant, qui ne voudrait qu'un monde plus juste mais sans remettre en cause la logique profonde du capital. En général cela se fait sous couvert d'altermondialisation, terme qui évoque des processus mais qui ne dit rien sur les buts, les objectifs. L'altermondialisation à la différence de l'altermondialisme conséquent montre des pratiques sociales existantes différentes partiellement "alternatives" au sein et aux marge du mode de production capitaliste dominant.
     
    2) cela concerne plus le post-altermondialisme tel qu'il se présente aujourd'hui, le danger de récupération par les partis politiques (moindrement sans doute) mais surtout par les gouvernements fussent-ils révolutionaires. Les forum doivent rester critique et d'alternative mais indépendants, indépendants des mairies comme des gouvernements. Il a aussi plus sérieusement le refus d'une internationale structurée.
     
    B) POUR DES FORUM VRAIEMENT ALTERMONDIALISTES
     
    Il y des forum en toc, en plastique ! Ils ressemblent à des forum alter mais n'en sont pas. Il faut défendre les vrais forum!
     
    1 ) Défense en 4 points :
    - Les associations non partidaires ne sauraient y être interdites sous prétexte que trop hiérarchisées. L'apologie de l'horizontalité ne doit pas dériver en un sectarisme qui refuse les organisations et qui n'admet que les individus.
    - Les discussions ne sauraient y être limitées : soit en limitant la critique du capitalisme - puisque la charte l'évoque - à la surconsommation marchande. Cet aspect touche parfois le vocabulaire : capitalisme, impérialisme, bourgeoisie etc... seraient des "gros mots" marxistes. Il faudrait être marxiste avec des périphrase voire avec la novlangue néolibérale !
    - Un vrai forum intègre aussi les luttes sociales en cours au lieu de les exclure. Ce qui ne signifie pas absence de débats sur ces luttes bien évidemment.
    - Les partis politiques ont le droit d'intervenir en fin de Forum pour participer à des déclaration ou pour participer à des mnifestations. Ce point est aussi à défendre.
     
    2) ...plus un sur les collectifs
    cf L'ALTERMONDIALISME ET LES INTERNATIONALES COMMUNISTES ENSEMBLE
    Entre l'entre soi associatif et le post-altermondialisme il y a place pour les têches de convergences des luttes avec les forces politiques qui se réclament de la transformation sociale ou du communisme ou de l'écologie "rouge" notamment dans les collectifs qui apparaissent contre telle ou telle réforme (exemple : le traité constitutionnel européen). L'altermondialisme n'est pas réservé à ceux qui s'en réclament que ce soit José BOVE ou dans les milieux associatifs (comme ATTAC).
    Ceci dit il reste encore un débat interne à l'altermondialisme à poursuivre.
     
    CCL : DEBATTRE DE L'AVANCE DE 2005!
     
     
    Lors du FSM de 2005, dix-neuf personnalités altermondialistes éminentes dont Bernard CASSEN ont publié un Manifeste de Porto Alegre. L'ambition de ce texte qui contenait « Douze propositions pour un autre monde possible » qui ont été diffusées largement. Ces propositions ont le mérite de compléter la Charte de 2001. A l'époque, j'ai salué favorablement cette initiative que je ne concevais pas comme remplaçant celle de 2001. Ces propositions marque une étape; Elles montrent une avancée. Elles ne brident pas le débat. Elle indique aussi dans une certaine mesure "l'esprit de Porto Alègre" On aurait tort de les oublier comme on aurait tort de les survaloriser. Elles font partie de la mémoire de l'altermondialisme. Celles et ceux qui s'en réclament ne sauraient ni en faire un dogme ni les oublier totalement.
     
     
    Christian DELARUE
    Représentant le MRAP comme membre fondateur d'ATTAC
    Membre du CA d'ATTAC France
    Secrétaire national du MRAP
     
    Notes:
     
    - ALTERMONDIALISME et ALTERMONDIALISATION.
     
    Plus net : mardi 7 août 2007 (11h41) :
    L'ALTERMONDIALISATION N EST PAS L'ALTERMONDIALISME
     
    mardi 8 janvier 2008 (03h15) :
    L'ALTERMONDIALISME ET LES INTERNATIONALES COMMUNISTES ENSEMBLE
    http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=58960
    ou

    - Où en est le mouvement altermondialiste ? Réflexions sur l'essoufflement par Eddy Fougier [03-03-2008]

    http://www.laviedesidees.fr/Ou-en-est-le-mouvement.html

    Une analyse de Bernard CASSEN

    votre commentaire
  • LA CRITIQUE RADICALE DE L' ETATISME
    COMPLEMENT DE L'APOLOGIE BEATE DES COOPERATIVES
    UNE TENDANCE CONTEMPORAINE DE L'ALTERMONDIALISME ?
     
    La critique radicale de l'étatisme combinée à l'apologie des coopératives figure en de bonnes places parmis les thèmes de l'altermondialisme. Vu la fréquence des propos voire des slogans entendus, cette combinaison est en passe de constituer une quasi pensée unique de l'altermondialisme. Elle s'appuie sur tout un corpus de textes en défense des coopératives.
     
    I - ETATISME / COOPERATION : OPPOSITION OU COMPLEMENT ?
     
    On pourrait penser d'emblée par réflexe critique que poser ainsi la question étatisme ou coopérative en terme d'exclusion systèmatique d'un d'eux au profit de l'autre relève d'une pensée binaire et trop schématique. A considérer abstraitement l'Etat - donc sans adjectif - trois positions sont possibles : 1 - abolition de l'Etat et démocratisation-socialisation maximale de la vie locale (quartiers et entreprises notamment celles à statut de coopératives) 2 Renforcement de l'Etat social et marginalisation - ignorance des coopératives comme de la démocratie participative 3 Tenir ensemble Etat (lequel?) et coopération?
     
    - Etatisme ou coopération
     
    La tendance montante écolo-sociale-solidaire prone la multiplication des coopératives lié au développement de la démocratie participative un socialisme par-en-bas, surtout sous l'angle de la critique de l'étatisme et de l'apologie des coopératives de production. La critique de l'étatisme provient majoritairement du courant libertaire . Une critique récente de Patrick MIGNARD figure sur le site PAG 69.
    La tendance inverse est perceptible chez d'autres auteurs. Dans "Réformes et révolution" Yves SALESSE (4) s'est interessé au socialisme et à la transformation de l'Etat mais pas aux coopératives. Denis COLLIN aussi (4bis ). Pour ma part j'ai aussi critiqué certaines positions apologétiques du néo-solidarisme et l'économie sociale et solidaire, celle qui emportaient critique de la voie vers le socialisme.
     
    - Etatisme et coopération
     
    Il s'agit de "tenir les deux bouts" : faire vivre le secteur coopératif tout en changeant l'Etat. La question "étatisme ou coopération" est sérieusement et explicitement posée par Thomas COUTROT membre du Conseil scientifique d'ATTAC dans son ouvrage "Démocratie contre capitalisme" mais pour y discuter des positions de Marx. Les chapîtres qui suivent portent sur "La démocratie directe des conseils ouvriers" puis sur l'expérience yougoslave et notamment "Du contrôle ouvrier au contrôle citoyen" puis sur l'intérrogation plus actuelle concernant "les coopératives de production : embryon ou avorton?" Cette dernière interrogation débouche sur l'idée que "les expérience coopératives ne sont pas forcément subversives mais demeurent précieuses". En son temps Jean-Marie HARRIBEY (6) avait déjà porté une analyse critique similaire concernant l'économie sociale et solidaire. A ces lectures qui ne débattent pas de la place de l'Etat il semble bien qu'il soit maintenu mais avec un rôle restreint.
     
    II - QUE FAIRE DE L'ETAT ?
     
    - Mais de quel étatisme parle-ton?
     
    Certes dans l'abstrait on peut dire que tout Etat de par sa rationalité, sa prise en compte du long terme, est en capacité d'assurer certaines missions de redistribution des richesses, de péréquation des sercices, de régulation économique. Mais en réalité l'Etat se soumet aux forces dominantes, celles du marché, des marchés et derrière du capital.
     
    - Etat "transformé" nécessaire : est-ce possible?
     
    Donc, pour le dire avec d'autres malgré quelques divergences (5) "nous ne défendons comme perspective immédiate ni la disparition de l'État - c'est évident - ni sa réduction. Ce que nous défendons, c'est sa transformation, qui doit être de plus en plus contrôlée par la population organisée et consciente, qui se constitue de plus en plus en véritable chose publique"
     
     
    - Etat capitaliste ou Etat socialiste : une rupture franche nécessaire !
     
    Passer de l'Etat capitaliste à l'Etat socialiste ne se fera pas sans douleur et sans crise car il y a un changement de nature. Nous sommes dans l'après révolution, dans le cadre d'un post capitalisme.
     
    UN POSTCAPITALISME ECOSOCIALISTE
     
    Christian DELARUE
     
    1) Thomas COUTROT Démocratie contre capitalisme page 149 La Dispute 2005
     
    2) LA TENTATION DE L'ÉTATISME de Patrick MIGNARD
     
    3) Contre le néo-solidarisme et l'économie sociale et solidaire:
     
    a) L'altermondialisme n'est pas soluble dans le néosolidarisme.
     
    b) Vous critiquez l'Economie sociale et solidaire mais n'osez pas vous dire écosocialiste!
     
    4) Yves Salesse, Réformes et révolution : propositions pour une gauche de gauhce, Contre-feux, Agone, 2001,

    Quelques commentaires du livres :

    - À propos de la « révolution nécessaire »

    http://www.cairn.info/article_p.php?ID_ARTICLE=MOUV_017_0165

    - J Zin http://pagesperso-orange.fr/marxiens/egep/economie/livres/salesse

    - Catherine SAMARY : De l'émancipation de chacun/e à l'intérêt général- et réciproquement Quelle appropriation sociale ?
     
    - Un premier pas vers une discussion programmatique François Chesnais
     
    4 bis De la république au socialisme par Denis COLLIN mars 2002
     
    5) Le socialisme comme autogouvernement solidaire du peuple organisé
     
    6) De Jean-Marie HARRIBEY
    L'ESS, un appendice ou un faux fuyant?
     
    Du grain de sable au grain de sel

    votre commentaire
  • ACTUALITE DE L'ALTERMONDIALISME

    Véritablement pour
    un "Autre monde, une autre Europe, une autre France".




    Version de Christian DELARUE qui ne reprend pas intégralement le "texte martyre" de Marc DELEPOUVE

    http://www.france.attac.org/spip.php?article6370


    Marc DELEPOUVE, alors membre fondateur FSU d'ATTAC, a écrit un texte destiné aux modifications (publié sur le site ATTAC France en juin 2006). Je le reprends dans ses grandes lignes mais je m'en dégage suffisamment pour présenter une version nouvelle.

    /L'autre monde, l'autre Europe, l'autre France à construire ne peuvent être décrits tels des univers de science fiction/ écrit Marc DELEPOUVE, mais ils ne sauraient non plus être fondés sur les mêmes bases que ce monde qui a pour caractéristique d'être toujours dominé par le capitalisme et l'impérialisme même si les formes de cette domination a changé. Lorsque la contestation s'attaque au cœur du système pour le renverser et non l'aménager c'est bien pour fonder une autre société sur d'autres bases . Les peuples le savent bien car la crise est là et ils y ont participé activement. En effet, un basculement véritable ne saurait au regard des expériences historiques se concevoir sans crise et affrontements entre ceux d'en haut et ceux d'en bas pour le dire rapidement . C'est que les couches sociales dominantes et dirigeantes qui ne cèdent déjà pas aisément sur l'accessoire ne cèdent surtout pas sans combat intense sur le principal.

    De sa présynthèse au Manifeste je reprends simplement l'idée des "quatre moteurs et des quatre exigences". Les rédacteurs du Manifeste d'ATTAC introduisent eux leur propos sur l'idèe de "Scier les 7 piliers du néolibéralisme", les scier à la racine... afin de faire germer autre chose . On pourrait proposer comme Marc de changer de "moteurs" ou de logiques . L'idée de base serait que l'altermondialisme d' ATTAC s'est constitué à partir d'un projet qui s'est étoffé ces dernières années tout comme le trajet qui mène au projet.

    Si l'on reprends la terminologie de "*dynamique altermondialiste*" issue du texte du comité local de Rennes on peut dire que la dynamique altermondialiste générale regroupe à la fois la question du projet et du trajet et même celle du sujet social porteur de la dynamique. Je renvoie à la fiche rennaise écrite pour le Manifeste sous le titre "Notre altermondialisme" (cf. lien ci-dessous).

    Le projet altermondialiste n'est évidemment pas sans sujet porteur et même sans sujet bénéficiaire : en théorie comme en pratique il s'agit *des peuples *et* des citoyens*. Cela mérite d'être discuté car évoquer « /des droits pour tous/ » tend à faire l'impasse sur cette question. Militant(e)s altermondialistes, nous ne sommes pas hors de ce mouvement, nous y participons activement avec tous les acteurs, notamment les syndicats de salariés, les syndicats de paysans, les associations féministes, antiracistes, écologiques. Le projet altermondialiste est donc à partager dans une démarche d'éducation populaire tournée vers l'action avec eux dans le débat et dans les luttes. Notre projet s'oppose frontalement aux choix des élites, des classes dominantes et dirigeantes du monde qui oublient l'intérêt général de la planète et de l'humanité pour satisfaire la corporation "patronale" internationale, disons franchement la bourgeoisie. L'exigence d'égalité est une valeur essentielle de notre combat d'émancipation au côté de la solidarité. Une solidarité sans égalité ne serait que reconduction d'un ordre hiérarchique et inégalitaire.

    Le projet contient *le but *altermondialiste sommairement mais clairement indiqué dans le titre alors que le trajet porte sur *les processus *à savoir les altermondialisations diverses que l'on nomme aussi "mouvement de mouvements" mais aussi *des contenus* opérant à divers niveaux "rupture franche" avec l'ordre actuel à dominante capitaliste et productiviste.



    I - LES 4 MOTEURS DE LA REGRESSION SYSTEMIQUE.



    "L'humanité s'est laissée emporter dans une course folle, propulsé par quatre moteurs contre lesquels il faut poser des actes de rupture. Le premier est le néolibéralisme, le second le productivisme et la société de consommation, le troisième l'individualisme et le quatrième la domination des relations internationales par la concurrence et les rapports de force" dixit Marc Delepouve. Pour ma part j'insère le productivisme dans le néolibéralisme afin de faire place à la régression démocratique.

    1- Le néolibéralisme combine trois processus contraignant pour les citoyens ordinaires et les peuples: la marchandisation généralisée, la financiarisation, l'appropriation privée des moyens de production et d'échange ainsi que des biens communs de l'humanité. Le néolibéralisme correspond à une nouvelle phase du capitalisme qui génère le productivisme et donc le consumérisme. Le productivisme consiste à produire toujours plus pour le profit, toujours plus de valeurs d'échange et moins de valeur d'usage. Produire pour le profit d'abord incite à la production de biens rapidement obsolescents voire peu utiles et même destructeurs des humains et de l'environnement, hors considération de la préservation de la planète.

    2 - La gouvernance comme processus de décision complexe réduit l'usage des procédures authentiquement démocratiques au profit des négociations entre les lobby et les experts éventuellement en y associant les dirigeants religieux et syndicaux. La gouvernance est le nouveau nom du gouvernement oligarchique qui ignore l'expression des peuples. La gouvernance néolibérale est un mode global de gestion du monde qui participe aussi de la montée de communautarisme et du recul de la citoyenneté. Elle s'accommode bien de la montée du religieux et piétine volontiers la laïcité.

    3 - La domination des relations internationales par la concurrence et les rapports de force. L'ordre du monde est hiérarchiquement structuré sur les plans économique, politique et militaire. La guerre économique se juxtapose aux guerres militaires et aux logiques sécuritaires. S'il y a bien un Nord et un Sud (cf "schéma de la coupe de champagne") il faut ajouter immédiatement qu'il y a du sud dans nord et du nord dans le sud. Autrement dit la bourgeoisie comme classe dominante et riche se trouve aussi bien au nord qu'au sud.

    4 - L'individualisme
    tend à ignorer de diverses manières les multiples rapports sociaux (capital/travail pour le plus antagonique) et à préférer la lutte des places aux luttes collectives dans ou hors travail. Au plan global il dénie les appartenances multiples et les solidarités, notamment les solidarités transnationales avec les sans papiers et les immigrés extracommunautaires. L'individualisme tend à un désintérêt à l'égard de la chose publique au profit de la famille et du proximal ; il manifeste la "crise du sens" évoquée par Alain BHIR. Sur ce terreau de crise du sens germe toutes les formes de racisme et de sexisme. Dés lors, le fascisme peut être l'autre monde que nous ne voulons pas. Evoquons ici deux versions pensables : une de « reprise » néocoloniale et une à base religieuse.


    "Ces moteurs se renforcent mutuellement, et constitue un système puissant, présentant une forte cohérence interne, mais aveugle au devenir de l'humanité, aveugle aux écueils et précipices vers lesquelles il la précipite : réchauffement climatique, effondrement de la biodiversité, tarissement des réserves d'eau potable, épuisement de sols agricoles et de réserves de matières premières non renouvelables ; deux milliards d'êtres humains abandonné à la misère, à l'insalubrité, près d'un milliards à la malnutrition ; près d'un milliard vivant dans des zones de conflit ; des dizaines de millions forcés à migrer pour se réfugier ; développement des paradis fiscaux et des réseaux de trafic divers et de blanchiments d'argent sale ; développement des politiques sécuritaires ; etc."



    II - LES 5 EXIGENCES MOTRICES POUR UNE AUTRE SOCIETE.




    1 - L'exigence sociale vise à rendre ce monde juste et non pas plus juste car ce serait du misérabilisme ou de l'accompagnement social du libéralisme. Sans oublier les pauvres il faut remarquer (ainsi qu'une récente étude du CREDOC le signale pour la France) que les couches moyennes de la société tendent à l'appauvrissement quand les riches s'enrichissent toujours plus et exigent même des garanties de surprofits financiers élevés. La participation de tous à la production sociale de l'existence étant un principe fondamental ne souffrant que peu d'exceptions il importe de construire une société solidaire de plein emploi sans précarité ni intensification du travail via une réduction hebdomadaire massive du temps de travail le tout sans perte de salaires. La protection sociale, la sécurité sociale étant menacées il importe de défendre la cotisation sociale ainsi que le propose B FRIOT.


    2 - L'exigence écologique.
    Biosphère, climat, eau potable..., les dégradations avancent à grande vitesse, à bien des égards la qualité de vie sur notre planète serait irréversiblement détériorée, la survie de l'humanité pourrait être menacée. Les citoyens mais surtout les dirigeants politiques (les gouvernements) ou économiques (les patrons des entreprises nationales ou multinationales) doivent engager sous la pression sociale des mesures de rupture nécessaires.

    3 - L'exigence démocratique : Aller vers l'alterdémocratie .La démocratie dite représentative, est doublement restreinte par nature y compris en y ajoutant de la démocratie participative . L'ensemble du système démocratique représentatif/participatif actuel même amélioré est nécessairement limité dans son champ - le choix des représentants politiques pour l'essentiel – et dans sa périodicité – une fois de temps en temps. L'autre démocratie radicalement différente entend permettre l'intervention citoyenne dans les grands choix de la production tant dans l'entreprise que dans la société via la planification économique.


    4- L'exigence d'égalité
    ; égalité antiraciste entre tous et égalité antisexiste entre les femmes et les hommes.* La solidarité doit s'accompagner d'égalité . Les réseaux internationaux de proxénétisme, forme extrême de marchandisation et de libre-échange, se développent, tirant profit de la libre circulation des capitaux et de la confidentialité assurée par les paradis fiscaux. La femme y est placée dans une situation extrême, qui n'est pas étrangère à l'organisation patriarcale de nos sociétés, et qui donne à penser sur la nature de celles-ci. Si le 20e siècle a vu un recul des inégalités entre femmes et hommes, ce mouvement a été stoppé et inversé avec l'arrivée du néolibéralisme du début des années 1980. Le retour d'intégrismes religieux et le développement des réseaux proxénètes internationaux en sont les formes les plus extrêmes.

    5 - L'éxigence de solidarité entre les peuples
    : vise à introduire à la place de la concurrence et du rapport des forces un droit fondamental et appliqué qui ne soit pas le cache sexe de la raison d' Etat force d'appui du capital. Le droit mondial doit fonder et appuyer la redistribution des richesses ainsi qu'un autre développement, harmonieux aux plans géographique, social et écologique, et non l'institution de mécanismes de correction du développement inégal et combiné du capitalisme. La solidarité des peuples face aux différentes bourgeoisies est une idée force qui milite pour l'autre monde que nous voulons.



    Afin d'apporter à ces exigences des premières réponses aux niveaux international, européen et français, le manifeste présente des propositions concrètes qui constituent des ruptures avec la mondialisation libérale. Elles demandent parfois à être développées, ou précisée ; et elles sont à compléter par d'autres mesures.



    Christian Delarue
    Membre du Conseil d' Administration d' ATTAC France

    Représentant du MRAP comme membre fondateur d'ATTAC





    votre commentaire
  • SE REAPPROPRIER LA MONNAIE :
    DE LA BCE A LA BANQUE DU SUD.
     
    L'idée d'un service public de la monnaie (1) semble assuré dans le mouvement altermondialiste mais c'est le cadre territorial qui fait débat.La création récente d'une banque publique pour l'amérique latine (2) relance l'idée d'articuler reprise en main para étatique et espace d'intervention élargie des mécanismes de régulation.
     
    1- ATTAC Suisse: "Faut-il réformer les banques centrales pour lutter contre le chômage ?" (Réformes qui iraient à l'encontre des préceptes monétaristes.)
     
     
     
    I- LE DEBAT SUR LES MODALITES DU "SORTIR DU FEODALISME MONETAIRE"
     
    - Dépasser la vision classique en conservant ce qui est pertinent...
    Pour "sortir du féodalisme monétaire", pour en finir avec les crises financières et bancaires, les faillites et le chômage... il importe que ce soit l'Etat qui crée la monnaie et non les banques privées. C'est un principe qui avait toute sa pertinence en 1992 lorsque "les Européens ont abandonné (le 7 février 1992), le droit "régalien" de l'État de création monétaire, au profit des seules banques". La revendication était encore juste en 1993 quand "l'article 104 du Traité de Maastricht, transposé en France dans la loi du 4 août 1993, a interdit aux Banques centrales d'autoriser des découverts, d'accorder tout type de crédit au Trésor public et à tout autre organisme ou entreprise publique.Et que "parallèlement, les banques peuvent quasiment allouer autant de crédits qu'elles le souhaitent (que demandé) en créant, à cette occasion, la monnaie sur laquelle elles feront payer des intérêts".
     
    Cf. Bellaciao 1 fevrier 2008 : Ce n'est pas aux banques de créer la monnaie
     
    - ...en l'articulant avec les institutions des espaces continentaux et mondial.
     
    Le problème est que depuis 2005 les peuples européens ne veulent pas revenir à 1993. L'euro est la monnaie des européens. Mais les européens ne veulent pas pour autant de l'Europe oligarchique et libérale. Si ces deux éléments de la situation sont admis alors l'enjeu est de construire une Europe démocratique, sociale et solidaire disposant d'institutions para-étatiques de régulation . Mais ilne s'agit pas d'une régulation du coeur capitaliste visant à l'adoucir ou l'humaniser en laissant sa logique d'accumulation et de production de valeur intact . Non il sagit d'une autre régulation radicalement différente . Pour le dire plus nettement il faut aller vers les Etats unis socialiste d'Europe même si la formule laisse encore des zones d'ombre. Tout cela ne se fera pas sans passer par une crise révolutionnaire en Europe.
     
    II - ARTICULER SERVICES PUBLICS ETATIQUES BANCAIRES ET AUTORITE CONTINENTALE PUBLIQUE DE CREATION DE LA MONNAIE (BCE et Banque du sud)
     
    Au niveau européen il n'y a pas encore à proprement parler d'Etat c'est donc une autorité publique fonctionnant comme un service public de la monnaie et du financement qui doit assumer la mission publique de création monétaire. Pour autant au niveau de chaque Etat européen une reprise en main de chaque secteur bancaire privatisé est possible à commencer par la modification des fonctions et missions du Trésor. Une articulation complexe de services publics étatiques bancaires et d'autorité européenne publique de création monétaire est à construire.
     
    - Retour sur la nature de la monnaie : la démarchandiser et en faire un bien commun.
     
    Pour le salarié public ou privé, l'argent - la monnaie - n'est qu'un simple moyen de paiement pour l'achat d'un bien ou d'un service . Du coup la distinction qui lui sera importante résidera dans le caractère marchand ou non marchand du bien ou du service produit. Puisque derrière le marché il y a la logique de profit des entreprises privées il sera porté - outre la revendication de l'augmentation des salaires d'une part à réduire la place du marché et de l'appropriation privée et d'autre part à souhaiter l'extension des services publics et entreprises publiques.

    Mais la monnaie est bien plus qu'un simple instrument dans l'échange marchand.

    1) Pour ceux qui peuvent transformer l'argent en capital - le capitaliste donc - il a des vertus que non capitaliste ne voit pas . C'est ce que Marx a appelé le fétichisme de largent comme survalorisation symbolique qui masque les rapports sociaux derrière l'échange marchand.

    2) Au-delà pour la reproduction du système capitaliste, pour son financement ou pour l'accumulation du capital la monnaie doit être une création permanente ce qui pose problème .

    Jean-Marie HARRIBEY insiste sur le fait que la monnaie qui n'est pas une chose sans histoire mais bien une construction sociale au service de l'accumulation privé.

    Alain VIDAL précise "Longtemps, la monnaie fut gratuite, au service de tous, ce fut une formidable invention pour faciliter et pacifier les échanges (payer, de « pacare »... faire la paix). Mais elle fut transformée en marchandise par les banquiers modernes. Le poids des intérêts cause une pénurie artificielle d'argent générant la misère. Les intérêts dépassent d'infiniment loin, les dépenses de fonctionnement des banques".

    Dans de nombreux pays la non possession de monnaie signifie non accès à la nourriture et donc à la vie et pour ceux qui vivent sans cette angoisse quotidienne posséder suffisamment "d'argent" est nécessaire pour se loger convenablement que ce soit comme propriétaire ou comme locataire.

    Mais c'est sous un autre angle que se pose le problème de l'appropriation privée de la monnaie. On l'a vu en 2005 au moment du rejet du TCUE, et la question réapparait avec le traité de Lisbonne, l'indépendance de la BCE correspond à une quasi privatisation puisque le bien public monnaie est mis au service quasi exclusif de l'accumulation privée. La BCE n'est pas véritablement une institution en capacité de mener des politiques publiques au service des peuples d'Europe. C'est le moins qu'on puisse dire !

    - L'exemple de la création de la banque du sud à Buenos Aires en Amérique latine

    Elle montre qu'une alternative est pensable pour financer à l'échelle continentale un alterdeveloppement harmonieux qui soit à l'opposé du développement inégal et combiné constitutif de la logique d'expension du capital. En effet; cette banque doit être le premier pas vers la création d'une monnaie propre à l'Amérique du Sud. L'organisme suprême de décision de la Banque du Sud sera un Conseil d'administration composé des ministres des Finances et de l'Economie.

    Voir le site ATTAC Suisse et le document en cliquant sur le lien


    La Banque du Sud est née à Buenos Aires






    http://www.suisse.attac.org/La-Banque-du-Sud-est-nee-a-Buenos

     

    Christian DELARUE











    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique