• CCIF : deux faces 

     

    On ne m'empêchera pas de penser que si le CCIF a pu agir correctement contre les discriminations il a pu aussi défendre des intégristes musulmans de tout niveau.

    C'est fatal eu égard au fait que tout ce qui est islamique chez le comportement d'un croyant critiqué est pour lui à défendre, sauf le crime . Là je ne dirais pas qu'il défend le crime . Mais la possibilité de frapper peut être justifié par un certain islam, donc un musulman ayant frappé sa femme ou ses femmes sera possiblement défendu par le CCIF.

     

    Je tiens cette officine pour ambivalente car à la fois progressiste et réactionnaire. Elle fait du positif et du négatif, du négatif car dans l'islam il y a du bien et du mal (comme dans d'autres religions). Elle n'est pas à prendre d'un bloc (pas plus ni moins que les autres grandes religions monothéistes). Dans un vieux corpus religieux, il faut interpréter choisir, écarter ce qui est réactionnaire et conserver ce qui est positif. Certains le font, pas tous. Ce qui exclue, selon moi, toute vision communautaire. Ne pas mettre tous les croyants et croyantes dans un même sac identitaire et communautaire. Jamais. Une règle que je me suis fixé après la longue nuit intégriste algérienne . 

     

     En tant que militant de gauche pour les émancipations diverses je suis solidaire qu'avec les progressistes, pas avec les autres. Le problème est dans la difficulté de bien repérer les uns ou les autres.

     

     On sait que certaines musulmanes développent des positions progressistent sur certains thèmes mais se voilent à l'identique de ceux et celles qui mènent des campagnes de hidjabisation forcèe. C'est évidemment très choquant ! Cela pourrait néanmoins ne pas faire problème si il n'y avait pas aussi, en plus, intransigeantisme, signe de l'intégrisme religieux. Là çà ne passe plus ! Car ce jusqu'auboutisme est en totale adéquation avec les pires islamistes qui sévissent sur la planète depuis 30 ans. Donc pour moi c'est un point non négociable lorsque je dois faire des alliances pour lutter contre l'extrême-droite qui menace. Je cherche pour ces alliances politiques une position centriste, majoritaire dans l'opinion (pour peu qu'elles soient bien formulées) donc ni en copie du RN (Le Pen) ou de Riposte laïque , ni en laxisme servant à couvrir les intégrismes religieux. Fermeté sur les deux bords !

     

    Le PEN et d'autres (Fillon et Valls) veulent interdire le voile partout. Je m'y oppose au nom de la liberté, des libertés, de l'inclusivité mais je pense qu'il faut des limites à cette avancée, à cette emprise. La loi du 15 mars 2004 contre les signes religieux ostensibles est ici un modèle universalisable de ce qui constitue une "laïcité à la française" soit un régime juridique non réductible à la loi de 1905. Là il y a un enjeu de civilisation face à cette "gangrène islamiste" (mais d'autres intégrismes religieux sont nocifs). Il faut donc maintenir certaines barrières. Elles se débattent mais encore faut-il les avancer.

     

     Il se trouve qu'un Etat de droit pose toujours dans divers domaines, des libertés diverses qui sont premières et fondamentales mais qu'il y a toujours des exceptions, des limites pour éviter que les bénéficiaires des libertés n'abusent. Cela vaut pour les entrepreneurs capitalistes (qui n'exploitent pas librement la force de travail des enfants, des adultes, malgré les reculs de l'Etat social) comme pour les religieux bigots ou intégristes et d'autres catégories encore.

     

    Christian Delarue

     


    2 commentaires
  • Guerre aux musulmanes ?

    votre commentaire
  • SIGNES divers & BADGES divers

    BREVE POSITION SYNDICALE INCLUSIVE mais avec une limite ferme :

    Il peut y avoir des musulmans dans un syndicat (CGT ici ) et même des musulmanes avec un voile (et jupe très longue, manches longues) mais pas en tribune, - donc ouverture inclusive sans discrimination (de celle-là ou d'autres) - mais pas au micro au nom du syndicat, pas en tribune en représentant le syndicat, pas plus en diffusant des tracts du syndicat ou dans ces situations c'est la non confusion qui est la règle et c’est le badge syndical qui convient . On enlève donc tous les autres signes politiques ou religieux ou identitaires ou ethniques pendant ce moment là - en tribune, au micro, en "diff" de tracts aussi - on remet ses signes ensuite !

    Ce régime inclusif de liberté et d'égalité refuse les discriminations racistes, sexistes et homophobes mais il ne va pas sans un (tout petit) minimum de règles qui préservent le syndicat de nouveaux conflits internes face à l'intransigeantisme de certaines idéologies

    Christian DELARUE

    militant CGT Rennes


    votre commentaire
  • On en reparle !

    Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !

     D’abord la position syndicale très générale, basique

    Une représentante syndicale doit enlever son signe ostensible de religion pour intervenir au nom du syndicat, tout comme d’autres syndicalistes qui - par exemple - posent leur drapeau BZH (breton) qui n’a rien à voir avec le syndicalisme ou d’autres symboles ou badge ou position parfaitement libres en temps ordinaire mais à enlever à ce moment-là !

    Pour un badge ou un drapeau il n’y pas de problème en général car il est enlevé, mais pour un signe religieux, c’est tout une affaire car on a élevé ces signes à hauteur d’un tabou qui fait d’ailleurs le jeu de l’intégrisme religieux définit par l’intransigeantisme .

    Les croyants plus souple, non intransigeant, enlève le signe pour le moment ou il s’agit de respecter autre chose et le remette ensuite , Il n’y a pas de problème mais avec les intégristes c’est la religion d’abord tout le temps, partout !

    Abordons aussi, l’autre problème différent de la position générale ci-dessus.

    S’agissant plus précisément du voile lié à l’islam, il prend beaucoup trop, derrière son ambivalence, la lourde signification crypto-fasciste , depuis plus d’une décennie et partout dans le monde, d’un islam, tantôt minoritaire tantôt plus important selon le lieu (cf campagnes d’hidjabisation au Magheb), mais très intolérant car sexyphobe et sexe-séparatiste.

    Je ne suis certainement pas "islamophobe" bêtement contre l’islam car je défends aussi les musulmans discriminés et je m’oppose aux tags contre les mosquées et les musulmanes peuvent porter le voile dans la rue, etc mais pas partout là ou une autre logique supérieure s’y oppose. La "laïcité à la française" ne se réduit pas à la loi de 1905.

    Cependant, je repousse aussi - et depuis longtemps (cf décennie noire en Algérie) - l’interprétation intransigeante de l’islam et je ne manque pas de signaler toujours qu’il existe des tendances réactionnaires dans cette religion comme dans d’autres d’ailleurs (cf Amérique latine) ! Les juifs haredim sont sexyphobes mais plus minoritaires dans le monde .

    Des tendances réactionnaires donc contraire à l’émancipation !

    Et le voile est le drapeau de l’islam hyper-patriarcal , sexyphobe et sexoséparatiste. On peut certes le porter subjectivement pour d’autres raisons mais il convient de prendre en compte cette signification objective et lourde , tant que durera une telle tendance au sein de l’islam.

    Christian Delarue

    Syndicaliste et antiraciste


    votre commentaire
  • Yvette Roudy féministe historique, maximaliste contre le voile - 15 mars 2004 - 15 mars 2019 

    http://amitie-entre-les-peuples.org/Yvette-Roudy-feministe-historique-maximaliste-contre-le-voile-15-mars-2004-15?var_mode=calcul

     

    Le voile islamique est entendu ici au sens générique et concerne tout vêtement hypertextile, pour la ville ou pour la piscine, couvrant l'ensemble du corps de la femme musulmane. 

     

    I - Le voile islamique est contesté d'abord au titre du féminisme 

    - Sont visées les entreprises hyper-patriarcales des intégristes musulmans contre les femmes et les jeunes filles, y compris les gamines de deux ans. Il y a eu des "campagnes d'hidjabisation" des femmes par des islamistes et autres intégristes qui furent vivement critiquées par les féministes et au-delà au sein des humanistes défendant le droit de s'habiller librement, pas toujours cependant jusqu'à aller à défendre l'hypotextile (soit le string seulement) pour qui veut, donc librement.

    - C'est là qu'il faut noter que le voile islamique peut être porté librement. C'est alors son symbole qui reste très contesté par nombre de féministes et d'autres critiques visant plus l'emprise des religieux les plus offensifs. Car le voile est devenu au fil des décennies, partout dans le monde, l'outil de recouvrement réactionnaire des femmes par les intégristes musulmans qui ne tolèrent pas "l'impudeur" des femmes. Il est politique explique Nadia Geerts dans "Tout est politique. (sauf le voile)"  Voulu ou pas, il y participe très fortement. 

    Il existe partout des contre-mouvements réactionnaires mondialisés des intégristes religieux, dont ceux issus de l'islam qui est lui aussi mondialisé (sans doute plus que l'intégrisme religieux issu du protestantisme en Amérique du Nord et du Sud). A l'heure du massacre de Christchurch (lire communique du MRAP sur Mediapart ) il importe plus que jamais de ne pas confondre des intégristes religieux - eux-même de niveau variable en dangerosité et violence - et les autres croyant.es.

    Jusqu'ou doit-on aller dans cette critique du voile ? Les féministes ne visent pas la personne mais le voile. C'est très important de le rappeler à l'heure de l'attentat de Christchurch . Mais on voit que cette visée peut prendre, outre la critique, la forme d'un interdit légal et que celui-ci peut être général et non sectoriel, à écouter Mme Roudy.

     

    II - Le voile islamique est contesté ensuite au titre des signes ostensibles de religion.

     

    Il s'agit alors d'un signe non discret et d'un signe religieux parmi d'autres !

    Cependant, en été 2003, les premiers débats concernant un possible interdit à l'école public ne visait que le voile islamique. Il y eu alors opposition pour discrimination. J'ai lu un communiqué du MRAP en ce sens.

    La loi du 15 mars 2004 prise après débats de la commission Stasi a rectifié l'erreur possible : pas de privilèges pour des religions au détriment de l'islam pudibond ! Ce sont TOUS les signes religieux ostensibles qui sont interdits à l'école publique ! Cela fait aujourd'hui 15 ans que cette loi existe . Et une grande majorité de citoyen.es y tient.

    De plus s'y ajoutent les jurisprudences (2) sur les règlements intérieurs contre la présence de signes religieux au travail en proximal et de façon durable ! Il y a aussi la réception des clients en entreprise (privée). Il y a encore le refus de ces signes ostensibles à l'Assemblée nationale, au Sénat . En mairie ? 

    Par ailleurs, en dehors de ces limites c'est effectivement libre. Liberté de principe.

    Certes Mme Yvette Roudy - une ex-Ministre de talent et de caractère quoiqu'âgée maintenant - voudrait (mais ne peut plus) interdire le voile comme symbole islamiste partout ! Mais c'est illégal et excessif ! Gardons les exceptions et défendons le principe de liberté textile ailleurs.

     Christian DELARUE

    1) Yvette Roudy : « Moi, j'interdirais le voile islamique » - Le Point

    https://www.lepoint.fr/societe/yvette-roudy-moi-j-interdirais-le-voile-islamique-08-03-2019-2299089_23.php?utm

    2) ANTIRACISMES ET LOI ANTI-SIGNES OSTENSIBLES DE RELIGION

    https://altermd.blogspot.com/2018/09/antiracismes-et-loi-anti-signes.html

    3) Le MRAP exprime son émotion après les attentats de Christchurch

    http://amitie-entre-les-peuples.org/Le-MRAP-exprime-son-emotion-apres-les-attentats-de-Christchurch

    https://blogs.mediapart.fr/amitie-entre-les-peuples/blog/150319/le-mrap-exprime-son-emotion-apres-les-attentats-de-christchurch

    4) Tout est politique (sauf le voile) Nadia GEERTS

    http://nadiageerts.over-blog.com/2019/03/tout-est-politique.sauf-le-voile.html?

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique