• sexy

     

    Question culturelle textile et multitextile : interculturel et altérité.

    SEXYPHOBIE : Intolérance de l’hypertextile (voile et voilophobie) et intolérance de l’hypotextile (string seulement et stringophobie).

    Les limites de la « réciprocité multiculturelle textile »

    http://amitie-entre-les-peuples.org/SEXYPHOBIE-d-ETAT-Intolerance-de-l-hypertextile-et-intolerance-de-l-hypotextile

    Ce texte met en parallèle deux types de consciences (croyantes ou non ) et leurs expressions en termes de vêtements, leurs expressions « textiles » qui tendent à vivre très couvert ou à vivre très découvert . Il y a parfois des gênes ou des rejets dans la société civile mais aussi dans les textes légaux ou leur interprétation par les autorités. D’ou sexyphobie d’Etat .

    De la réprobation de l’hypertextile (voile) à son interdit injustifié (ou non) on peut voir aussi, si on examine l’ensemble du « spectre textile », la réprobation de l’hypotextile (string seulement) et son interdit légal ici (sauf exception).

    Puisqu’on évoque le « racisme d’Etat » au lieu du racisme dans l’Etat et dans la police (selon moi) alors pourquoi ne pas évoquer la sexyphobie d’Etat .

    Si l’on trouve des licenciements illégaux d’une salariée en hypertextile, il convient de voir aussi, à cette occasion, qu’à l’autre bout du spectre textile il y a carrément interdiction large de se déplacer et de travailler en string seins nus l’été ! Sauf plage (et chez soi). Alors peux-t-on parler de sexyphobie d’Etat avec, en plus, intolérance hypotextile dans la société civile ?

    Je vous vois venir : quasiment personne ne veut venir travailler ainsi . Faux ! Cela dépend du contexte (sécurisant ou non) et des textes légaux. Car le voudrait-on là ou c’est très possible l’été que cela ne serait pas légal. On ne peut même pas sortir de plage en string seulement pour prendre un café en terrasse à 50 mètres ! C’est assez dire si l’hypotextile est peu accepté tant par la loi que par l’intolérance d’une fraction sexyphobique de la société civile.

    Par contre, l’hypertextile est lui montant et légalement autorisé (sauf si couverture du visage - l’autre extrême du spectre textile interdit lui comme le nu intégral). Et il y a des excès : on trouve des gamines de 5 ans mises sous hypertextile . Choquant ! Aussi choquant que de les mettre en star avec faux seins ! On trouve aussi du harcèlement sexyphobique de rue - des intégristes religieux surtout mais pas seulement - visant à ce que les femmes soient plus couvertes. Il ne s’agit pas seulement des musulmanes mais de toute femme . Les forces les plus patriarcales et réactionnaires ne supportent pas celles qui se promènent en mini-jupe, bras nus et décolleté . Elles subissent les injures sexistes voire pire.

    La réponse entendue par fois est : le capitalo-patriarcat ne supporte pas les femmes librement en hypertextile. Il préfère les femmes dénudées. C’est là confondre la publicité et les femmes réelles qui ont le droit de s’habiller librement .

    Plusieurs questions se posent : On peut être gêné aussi bien pas l’hypotextile que par l’hypertextile. Il faut donc poser parfois des limites. Il y a aussi une démarche éducative à entreprendre avec ce que j’ai appelé le « double regard » : savoir voir la femme particulière (voilée ou sexy) et l’être humain digne et respectable. Cela participe de la déstigmatisation et de la lutte contre les deux formes d’intolérance textile ici relatées.

    Mais le « double regard » et le souci de déstigmatisation n’épuise pas la question. Retour ligne automatiqueQuid aussi de la diversité textile, tant hypotextile qu’hypertextile ? Quid d’admettre l’un et l’autre et de les refuser l’un et l’autre aussi quand cela gêne. Et il peut y avoir gêne il faut le répéter dans les deux cas. Et il n’y a pas de raison qu’une gêne soit jugée plus respectable qu’une autre.

    Il s’agirait avec le débat sur la « réciprocité multiculturelle textile » de « respecter la diversité des modes humains d’être au monde et de leur expression » (Alain Renaut in La France doit faire le choix d’un multiculturalisme tempéré, Le Monde, 15 janvier 2015, pages Débats,) mais sans favoriser ni des privilèges de conscience (celle de la religion), ni de ce fait des impositions autoritaires . Un tel respect ne se résume pas aux vêtements, à la question textile.

    Christian DELARUE

    La France doit faire le choix d’un multiculturalisme tempéré

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/01/14/pour-un-multiculturalisme-tempere_4556162_3232.html

    String seins nus : sexyphobie française, tolérance aux Etats-Unis

    https://altermd.blogspot.fr/2017/12/string-seins-nus-sexyphobie-franca


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    Question textile et multitextile

    Société inclusive et diversité textile - hypertextile à hypotextile - contre société bridée, oppressive !

    Sur la question textile j’ai surtout mobilisé, à ce jour, les arguments de l’égalité et de la réciprocité (si on a l’hypertextile alors on doit avoir l’hypotextile) en lien avec la liberté (qui n’est plus isolée). Là je vais compléter le propos avec les idées d’inclusivité et de diversité.

    Une société inclusive et de réelle diversité textile donc multiculturelle autorise légalement quasiment tout le spectre du textile, aussi bien les habits très couvrants que le quasi nudisme, soit le string seins nus (puisqu’il faut cacher les caractères sexuels primaires : son organe sexuel féminin ou masculin partout).

    Or dans de nombreux pays le string seins nus n’est autorisé légalement que sur les plages et pas ailleurs, ce qui fait problème en terme d’inclusivité et de diversité. La question n’est pas que légale et théorique car il y a des moments et des lieux ou certains et certaines aimeraient avoir plus de liberté soit une libération d’une oppression patriarcale.

    On ne saurait parler sérieusement d’inclusivité si c’est uniquement pour favoriser l’hypertextile et notamment - de nos jours (mais ce pourrait être pareillement d’autres consciences ) - les musulmanes voilées et en jupes ultra-longues. Car, en France, il n’y a que les femmes qui se cachent entièrement le visage qui sont sanctionnées (loi de 2011), ce qui signifie que toutes les autres femmes - musulmanes ou juives haredim souvent - ont le droit de se promener en hypertextile quasiment partout, sauf à l’école (loi de 2004) ou dans l’appareil d’Etat (laïcité). L’hypertextile est donc bien autorisé en France et dans de nombreux pays. On le voit même sur les gamines de 5 ans, ce qui est problématique !

    Par contre, là où les intégrismes religieux, notamment musulmans et juifs haredim, sont largement actifs et dominants on est face à des sociétés avec des populations ultra-couvertes au plan vestimentaire, des sociétés très largement hypertextiles. En fait les femmes y subissent, de façon variable, le sexoséparatisme « hard » (réclusion à la maison) ou « soft » (hypertextile obligé) des intégristes. Et « cela fait culture » avec le temps mais c’est une culture lourde et oppressive ou de nombreux membres tentent de se libérer, d’échapper de la chape de plombs sexoséparatiste. Evidemment, le nudisme - une tare occidentale - y est interdit sur toute plage y compris celles à l’écart des autres et les femmes jugées trop peu vêtues - en string et plus - sont agressées de ce fait.

    Quasiment partout, en France comme ailleurs, les femmes peuvent être agressées pour des motifs divers et variés et on nomme « harcèlement de rue » (soit des remarques désagréables ou et des injures sexistes adressées aux femmes dans la rue). Mais dans les sociétes sexoséparatistes et donc largement hypertextiles elles le sont tout particulièrement dès qu’elles sont sexy, en mini-jupe et avec des décolletés. Ce mode de vie n’est absolument pas tolérées sauf en de rares quartiers touristiques. Il y a là une forte dictature sexiste et hyper-patriarcale qui déploie sa violence contre les femmes.

    Christian DELARUE


    votre commentaire
  • LA MORALE RÉPRESSIVE ET SEXISTE DU VOILE selon certains musulmans.

    La culpabilisation n’est pas la culpabilité.

     

    Cette critique vise une réponse à "Voile islamique et séduction" mais sur Bellaciao.

    http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1872

     

    VERTU COMME DOMINATION

    Le voile signe l’honnêteté de la femme bien éduquée qui le porte écrit Raphaël Zacharie de IZARRA sous ce texte fort lu. Voilà qui renvoie les autres à l’enfer du mépris des femmes malhonnêtes et mal éduquées.

    Cet enfer serait de plus occidental. L’auteur oublie les façons laïques de se cacher pour les femmes, de cacher surtout les formes féminines. Mais passons sur cette extension que tous ne font pas.

    La vertu appartiendrait donc aux femmes portant le voile islamique ou cherchant à cacher ses formes. Plus besoin de se poser de questions. Les choses sont simples : la question de la séduction corporelle tombe dans le vice et les femmes "moralement correctes" doivent se contenter d’une séduction de l’esprit, des seuls traits de personnalité portant sur l’intelligence rationnelle et l’intelligence du cœur.

    Autrement dit celles qui usent des artifices ordinaires de séduction, même de façon "soft", même portés sobrement, du type boucles d’oreilles, vernis à ongles, rouge à lèvre, jupe courte, chaussures à talons (pour s’en tenir aux formes d’ici et maintenant) passent dans l’enfer de la réprobation. Et l’on sait qu’il arrive très souvent qu’elle ne soit pas que verbale cette réprobation ! Et que dire alors de celles qui portent des mini-jupes, des décolletés plongeants, etc ! On connait le mot ! Et bien sûr cela serait sans effet de contrainte sur la liberté des femmes.

    Remarquons qu’il s’agit de femmes qui dans l’usage de leur liberté ne font de mal à personnes contrairement aux violeurs et autres machos de tout pays. Si la séduction corporelle est un mal d’emblée avant d’avoir commis quoique ce soit de répréhensible alors le totalitarisme n’est pas loin. La culpabilisation n’est pas la culpabilité. La culpabilisation n’est pas la faute.

    L’auteur parle de voile librement choisi mais il feint d’ignorer les très fortes pressions des hommes - des musulmans ici (mais pas tous) - pour ce voilage. En fait ces hommes-là ne savent pas "se tenir". De plus ils se montrent excessivement possessif et jaloux dès le moindre regard vers leur femme. Cela est source de violences sur les femmes.

    LE "NE PAS SE TENIR" COMME ACCEPTATION DU PATRIARCAT

    Le "pas se tenir" ne correspond pas à une nature sexuelle impérieuse mais à une éducation collective manquante, qui elle-même peut être ramenée à un effet d'une société patriarcale et ici hyper-patriarcale. Car de nombreux hommes hétérosexuels peuvent être attirés par des femmes séduisantes mais cette attirance ne débouchera pas sur une gêne ou alors une gêne fort minime et pas sur une démarche offensive et encore moins agressive ou violente (1). Quel est le sens de ce propos ? Entre l’homme prétendument dépourvu de tout tentation libidinale et charnelle (car non assumée) et celui à tendance prédateur voire violeur il y a place pour un entre-deux assez large : l’homme hétérosexuel qui n’ignore pas la séduction voire qui l’apprécie mais qui pour autant ne va pas dire (ou faire) n’importe quoi sur les femmes séduisantes. Pas plus d’ailleurs que sur celles qui entendent rester le plus neutre possible mais sans nécessairement se cacher.

    Christian Delarue

    1) Indonésie : des femmes en mini-jupes protestent contre un gouverneur sexiste


    votre commentaire
  • *Bien saisir l’intolérable de la burqa !* Opinion dissidente.


    Il y a une mauvaise façon de poser le débat par la gauche. Cette façon se comprend au regard du contexte idologique mais on ne saurait s’en accommoder pour autant.

    Ainsi Karim Ghendouf dans Levons le voile de l’intolérance (1) se place à la fois sur le terrain du relativisme culturel ("les habitudes et les cultures sont différentes") et sur la simplication-stigmatisation de l’adversaire ("les attiseurs de haine et autres promoteurs d’une France blanche et chrétienne") pour dévoyer le débat sur un terrain très secondaire ou il peut avancer la thèse de l’intolérance. Il écrit en début d’article : "La burqa met en danger la République, renie la citoyenneté, assassine la laïcité, représente l’obscurantisme absolu... Tout ceci permet de "développer une vision conservatrice des musulmans vivant en France". Dans son papier, à aucun moment le conseiller régional Provence-Alpes-Côtes d’Azur ne distingue le musulman ordinaire de l’islamiste radical et pose la question de la tendance internationale à l’enfermement des femmes sous voile intégral par les islamistes. Recadrons le débat sur ce plan et voyons alors ce que l’on ne saurait tolérer dans un cadre relativiste de tolérance et d’antiracisme.

    Pour nous, une solidarité féministe mondiale s’oppose vivement à la burqa. Mais ce qui doit être combattu ce doit être le fascisme islamiste montant. Du coup ce combat n’est pas simple, surtout si l’on veut maintenir une solidarité avec le sud contre l’impérialisme du nord. Surtout aussi si l’on veut ne pas oublier le sexisme ici en luttant contre le sexisme là-bas. Reste que l’hyper-sexisme islamiste est une plaie qui trouve d’ailleurs dans les pays ou ils sont dominants des individus (femmes le plus souvent) qui le combattent courageusement. Notre solidarité va vers elles et eux. Comme ils sont largement clandestins, on les connait peu. Reste celles et ceux qui prennent la parole en Occident. Là le combat solidaire peut prendre une perspective d’amitié entre les peuples plus que républicaine franco-française de repli national. Pour autant la commission d’André Gérin de me parait pas illégitime pour creuser la question. C’est autre chose que le "grand débat" sur l’identité nationale. Enfin il faut aussi tenir compte de celles qui le porte librement sous conditionnement ou non. Eh bien qu’elles le portent mais sans approbation aucune ! Car elle font clairement le jeu (au sens de fausse solidarité ) des islamistes et elles "enfoncent" dans le désespoir celles qui le portent de façon obligées. Ces dernières sont majoritaires dans le monde. La burqa est le symbole international de l’hypersexisme ! Ces précisions faites j’approuve volontiers ce propos : Le voile intégral est une violence et un mal public international !

    http://lakrival.over-blog.org/article-le-voile-integral-est-une-violence-et-un-mal-public-international%E2%80%9439323572.html>

    http://lakrival.over-blog.org/article-le-voile-integral-est-une-violence-et-un-mal-public-international—39323572.html

    Christian Delarue

    Ce passage sur la burqa vient préciser "Burka et néo-socialisme. C Delarue à A Gérin

    http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article713"

    écrit le 20 juin 2009 dans un autre contexte.

    1) Levons le voile de l’intolérance  !
    http://www.humanite.fr/article2754223,2754223


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique