• Forte influence de la religion : frappée pour relèvement du voile islamique

    Condamner les interprétations sexistes de l'islam est nécessaire.

    http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article305

    Refuser le racisme islamophobique ne suppose pas d'accepter tout ce qui se fait au nom de l'islam dans toutes ses variétés d'interprétation, de l'islam ordinaire ou d'un islam plus "intégriste" (si l'on accepte la formule). Ainsi faut-il aussi condamner les interprétations sexistes ou hypersexistes de l'islam.

    Il s'agit au cas présent (1) de l'agression portée par un homme sur une femme qui relevait son voile islamique. C'est inadmissible qu'il ait chaleur suffocante ou pas. . C'est certes inadmissible comme le sont toutes les violences sexistes mais aussi toutes les violences en société. Sur ce dernier point j'estime que les violences de la police sont illégitimes lorsqu'elles portent contre des jeunes manifestement non armés et visiblement soumis à la police.

    Mais revenons au sujet.

    Ce qui importe ici d'être relevé c'est que ce geste peut se réclamer de la religion pour sa justification . Ce qui est particulièrement dangereux . Il faut bien mesurer cette dimension justificatrice très importante. On ne saurait donc ramener, pour la taire, cette violence là aux trop nombreuses violences ordinaires contre les femmes, celles présentes dans toutes les sociétés et dans toutes les couches sociales sous prétexte qu'il ne faut pas diviser la lutte féministe ou nuire à la lutte contre l'islamophobie raciste.

    Par ailleurs, ce "fait divers" s'inscrit dans une dynamique religieuse et politique internationale particulière qui accroit fortement le sexisme. Autre point important à souligner. Le sexisme existe évidemment hors de cette dynamique spécifique mais cette dernière fondée sur une interprétation de l'islam (2) est particulièrement puissante et doit donc être condamnée sans pour autant stigmatiser tous les musulmans.

    Christian Delarue

    1) Frappée pour relèvement du voile islamique

    http://tf1.lci.fr/infos/france/faits-divers/0,,3923339,00-frappee-pour-avoir-releve-voile-islamique-.html

    2) La pratique de la frappe (moins violente -sic) par un homme est expressément autorisée dans certains cas (bien précis certes) par l'islam ordinaire - non intégriste - ou du moins par des personnes ayant autorité pour interpréter l'islam. Cette interprétation sexiste, estimée douce par ceux qui vont plus loin dans la violence, est également inadmissible.

    http://francais.bayynat.org.lb/femme_en_islam/37.htm


    votre commentaire
  • Le voile islamique, Faiza M, contre-feux et le MRAP

    Le site contre-feux.com publie un texte qui, sous le titre "Sous la burqua, le désert", met en cause le MRAP.

    Comme membre de la direction du MRAP je tiens à faire observer que jamais le MRAP a défendu le voile et encore moins la burqa (ou burka). Le MRAP association antiraciste laïque défend une société sans discrimination raciste y compris pour des motifs religieux. Ce faisant le MRAP ne défend nullement une religion particulière. Il inscrit son action dans le cadre des lois existantes tant en France qu'en Europe . Par ailleurs, le MRAP n'est pas en premier lieu une association de défense de la laïcité et pas plus un association de défense de l'égalité entre hommes et femmes même si ces deux valeurs fondamentales constituent le socle de son action. En l'espèce le MRAP estime que "cette décision pose des questions" mais aucune décision d'aucune sorte n'a été entreprise par le MRAP pour s'opposer à la décision du Conseil d'Etat. Et, contrairement à ce j'ai pu lire ici ou là Mouloud AOUNIT ne s'est nullement distingué sur ce point.

    L'article cité sur contre-feux soulève un point fort pertinent insuffisamment développé à ma connaissance jusqu'alors à propos de cette décision ; à savoir la pression de certains hommes et de l'intégrisme religieux sur les femmes contraintes de porter voiles ou burka ou niqab. Là encore le MRAP combat l'intégrisme religieux. Mais sous ce terme il vérifie que ne cache pas une forme de discrimantion raciste.

    Christian DELARUE
    Membre du bureau exécutif et du conseil d'administration du MRAP

    Sous la burqa, le désert
    http://www.contre-feux.com/billets/sous-la-burqa-le-desert.php

    QUE RECOUVRE LE VOILE POLITICO-RELIGIEUX DE FAIZA M. ?
    http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article220

    votre commentaire
  • QUE RECOUVRE LE VOILE POLITICO-RELIGIEUX

    DE FAIZA M. ?


    Reprise modifiée d'un premier et provisoire commentaire sur Bellaciao - Faiza M. : Nouvelle affaire de voile. par JJ Lakrival

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article68980

     

    aussi sur : http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article220


    Ce "voile-prison-du-corps" cache-t-il une femme? Plaisanterie certes puisqu'on sait qu'il cache un être humain, que cet être humain est toujours de sexe féminin ! C'est bien ce qui est insupportable à beaucoup de femmes libres mais aussi et c'est heureux à beaucoup d'hommes libres . Cache-t-il un corps de femme libre ou un corps de règles politico religieuses très contraignantes d'essence patriarcale ?

    Disons d'emblée que comme d'autres au MRAP, je me félicite de cette décision "FAIZA M" du Conseil d'Etat. Pour autant elle pose sans doute autant de questions qu'elle ne semble en résoudre, notemment en matière de non discrimination raciste. Disons que le point d'étape semble être : "Pas d'islamophobie mais pour autant toutes les pratiques de l'islam ne sont pas recevables".



    1 -Faiza M n'est pas fan de Ben Laden mais salafiste !

    L'arrêt du Conseil d'Etat, rendu le 27 juin dernier a refusé d'accorder la nationalité française à l'épouse marocaine d'un Français, âgée de 32 ans, vivant en France et mère de trois enfants nés en France, parlant bien la langue française, au motif qu'elle " a adopté, au nom d'une pratique radicale de sa religion, un comportement en société incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française, et notamment le principe d'égalité des sexes ". (Voir en annexe l'article du Monde )

    Invoquant le principe de liberté religieuse garanti par la Constitution et le fait qu'elle n'a, depuis son arrivée en France en 2000, "jamais cherché à remettre en cause les valeurs fondamentales de la République", Mme M. avait demandé au Conseil d'Etat d'annuler le décret de 2005 refusant sa demande pour "défaut d'assimilation".

    Pour le Conseil d'Etat le radicalisme ne provient pas de l'adhésion explicte ou implicite à un mouvement politico-religieux radical (qui n'est pas nécessairement un groupement terroriste de type Al Quaïda) ou estimé tel, il peut aussi se déduire d'une pratique radicale de la religion. C'est là une interprétation nouvelle .

    <cid:part1.06090802.03020103@wanadoo.fr>Pour expliciter cette pratique radicale les juges invoquent l'entretien entre les services sociaux et la requérante ainsi que la famille. Cette dernière reconnaît appartenir au courant rigoriste salafiste de l'Islam. Questions : Les autres branches de l'islam, les chiites par exemple, n'ont-il pas eux aussi des pratiques rigoristes de la religion ? Ou commence une pratique rigoriste tant pour l'islam que pour les autres religions? En somme cette confidence de Faiza M est une bonne aubaine pour le Conseil d'Etat . Pour autant la pratique radicale de la religion ne saurait se réduire à la seule appartenance au salafisme . Au cas d'espèce le salafisme déclaré n'est qu'un des indices d'une pratique radicale de la religion . La question ne porte-t-elle pas alors sur ce qui distingue un islam acceptable d'un islam intolérable ou pour le dire autrement d'un ISLAM LAIC discret et pacifique mais aussi respectueux du droit des femmes d'un ISLAM RADICAL professant l'affichage religieux ostensible et la "pudeur" obsessionnelle et obligée pour les femmes à l'encontre des hommes irresponsables de leur concupiscence congénitale?

    2 - La critique reconduite des voiles politico-religieux couvrants ou non.

    Faiza M portait un voile religieux islamique couvrant . En parlant de voile et non de burka ou de niqab je met l'accent sur ce qui est commun quand d'autres, comme Jean Bauberot par exemple, soulignent les différences. Il y a bien des différences subjectives - inconfort et enfermement - et sociales - décliner son identité - entre les différents voiles mais je tiens ces différences pour négligeables . Les burka et niqab ne font qu'accentuer la symbolique patriarcale et religieuse et le non respect des principes défendus par l'altermondialisme pas seulement de laïcité mais aussi la liberté (de travailler ensemble aisément) la fraternité (la tolérance est unilatérale), et d'égalité (l'hommes ne se couvre pas). N'est-ce pas plus fondamental que le parler correctement la langue française ? Il est dit que Madame Faiza M. disposait d'une bonne maîtrise du français et ses trois enfants ont été suivie pendant ses grossesses par un gynécologue homme. A ce jour, la maîtrise de la langue française avait été considérée par les juges comme déterminante pour l'acquisition de la nationalité.

    Il est dit qu'il s'agit d'une burka et non d'un niqab. Et d'aucuns de faire une exègèse des textes religieux et des courants géopolitiques qui ont utilisé un certain type de voile à des fins de renforcement de l'oppression patriarcale. Ces recherches ne sont pas inutiles mais un laïc a-t-il à se faire l'interprète des textes religieux et de leurs usages politiques et religieux très variables dans le temps et dans l'espace ? En tout cas, ce n'est pas, mùe semblet-il, aux juges d'interpréter la religion et ses liens avec les régimes politiques. De façon plus générale n'est-il pas préférable d'adopter une position qui prend acte que la religion musulmane donne lieu, comme d'autres religions quoiqu'avec des spécificités, à de multiples pratiques sociales et à diverses normes concernant la relation au corps et notamment au corps des femmes. Il existe donc des comportement divers se réclamant de l'islam. Certains sont compatibles avec la laïcité et l'égalité des femmes d'autres pas. On sait qu'il existe un islam radical qui pousse au port du voile mais il ne s'agit pas nécessairement des voiles hyper couvrants. </cid:part1.06090802.03020103@wanadoo.fr>

    <cid:part1.06090802.03020103@wanadoo.fr>
    3 - Quelle spécificité des voiles très couvrants de type burka ou niqab par rapport aux voiles islamiques ordinaires ?

    - La burka ou le niqab relève de la symbolique générale des voiles islamiques tout en ayant une spécificité particulière, surtout en terme d'égalité des sexes.

    - Moindre spécificité : espace laïc, pacifique et de libertés réciproques. N'importe quel voile, légerement couvrant ou très couvrant, relève de l'ostensibilité des signes de la religion et témoigne d'une forme exhibitionniste et non discrète du religieux. La burka n'a donc aucune spécificité par rapport aux autres voiles en terme d'affichage excessif de sa religion. Le doit positif français depuis la loi de mars 2004 ( ) tire de l'ostensibilité des signes religieux des règles différentes suivant que l'on est à l'école ou hors de l'école. D'aucuns souhaitent une extension de la loi pour la sphère publique d'autres pour les milieux fermés ou la présence est obligatoire autrement dit les lieux de production. D'autres enfin souhaitent l'abrogation de cette loi de 2004 qui a pourtant le mérite de distinguer les signes religieux discrets qui sont autorisés des signes religieux ostensibles interdits et ce faisant de dégager une philosophie et un régime juridique de compromis, d'équilibre des tolérances.

    - Spécificité particulière : rapport de genre . La conception qui préside au port de voiles couvrants met l'accent, comme pour le voile islamique ordinaire, sur le facteur sexué et séducteur du corps de la femme mais il va jusqu'au bout : le visage aussi est dangereux. Il faut donc aussi le cacher . En ce sens ce voile intégral est radical . A suivre Emmanuel LEVINAS c'est l'humanité de la personne que l'on cache. Rapporté à la phobie des intégristes religieux, c'est aussi de par la simple expression d'un visage que l'Autre (homme ou femme) peut tomber amoureux ! Il faut donc aussi le cacher tout comme le reste du corps qui potentiellement suscite le désir. Dans cette conception l'homme est totalement irresponsable de son désir et de son regard et c'est la femme qui porte sur elle la totalité de la responsabilité de ce qu'elle a généré : elle est automatiquement fautive. Car la séduction est une faute. Loin d'être compatible avec l'amitié, elle pousserait immanquablement aux rapports sexuels hors mariage voire contre les mariages . Ce qui est une horreur pour cette religion comme pour d'autres d'ailleurs. Le voile islamique classique est fondamentalement une construction patriarcale - des hommes et non de Dieu - à l'égard des femmes mais aussi à l'encontre les hommes qui ne se conçoivent pas comme concupiscents, du moins pas uniquement, pas au point de ne pouvoir se maîtriser. Ce n'est pas ici que question de symbole mais aussi une question d'oppression matérialisée. La burka et le niqab y ajoute de façon plus accentuée la réalité du voile-enfermement, conçu comme le prolongement de la réclusion dans la sphère familiale (dans l'habitation).

    - A quelle dynamique sociale se rapporte le voile islamique ?

    Outre la question "De quoi le voile est-il le symbole ?" il faut aussi poser la question : A quelle dynamique sociale se rapporte le voile ? A lire les spécialistes de la question il y a tout lieu de penser d'une façon plus générale que le voile est le symbole d'une forte religiosité issue de la réislamisation qui à son tour génère une "mondanisation" problématique. "On observe un certain niveau d'individualisation à travers les pratiques religieuses, surtout dans les communautés musulmanes d'Europe, mais aussi dans certains pays musulmans. La foi s'individualise, et le conformisme communautaire perd de son influence face au libre choix de pratiquer ou non. Même la constitution des réseaux néo-fondamentalistes tend à se faire sur une base d'adhésion individuelle. Néanmoins, la religiosité demeure forte" cf A. Kazancýgil (document du CEMOTI en lien). Le divin est l'affaire de chacun sans cesser d'être aussi l'affaire de l'Etat. Mais sous la poussée de la réislamisation ce religieux s'est mondanisé au point d'envahir la sphère publique. Cet envahissement est parfois si fort et par ailleurs si clivé en terme de genre qu'il en devient étouffant, oppressant dans certains lieux.

    </cid:part1.06090802.03020103@wanadoo.fr>

    http://cemoti.revues.org/document772.html


    4 - Et l'antiracisme? Et l'islamophobie?

    Jusqu'alors, on pouvait faire quasiment toutes les critiques à tous les voiles islamiques pour peu que cela ne dégénère pas en stigmatisation de tous les musulmans (cf Redeker, clip Fitna) mais pour autant on ne pouvait exclure les femmes voilées. Ainsi quoiqu'on pense ou quoiqu'on dise on ne saurait, sauf à l'école, exclure une femme voilée. C'est ce qu'il faut retenir du jugement de discrimination religieuse issu de l'affaire Truchelut (dite du voile vosgien de Julienrupt). La décision du Conseil d'Etat va-t-elle opérer un bougé sur cette jurisprudence ? Il y a là une affaire à suivre.

    Aujourd'hui, une femme voilée devrait pouvoir entrer dans un gîte sans avoir à ôter son accoutrement religieux couvrant et ostensible mais la même femme ne saurait obtenir la nationalité française alors que par ailleurs elle remplit tous les critères formels à l'exception d'une certaine conformité aux principes républicains qui ne font pas pleinement consensus ! L'antiracisme est pertinent dans un cas ne l'est plus dès lors qu'il s'agit d'invoquer la nationalité. Certes les faits jugés sont différents ainsi que la demande (entrer dans un gîte - obtenir la nationalité française) mais cette décision du Conseil d'Etat qui se prononce contre le port du voile, contre l'islam radical et semble bien ce faisant soutenir les partisans de la laïcité, de l'antisexisme. Il convient sans doute de ne pas s'en tenir à ces premiers traits pour comprendre la portée de cette décision.


    5 - Pas d'islamophobie en France mais pour autant tout l'islam n'est pas recevable !

    S'il faut retenir le point d'étape actuel sur la question, la formule qui suit, à préciser à l'avenir, semble pertinente : "Pas d'islamophobie mais pour autant toutes les pratiques de l'islam ne sont pas recevables". On en revient à l'idée que l'islam est normalement accepté dans un pays censé refuser les discriminations religieuses, et cela comme d'autres religions ni plus ni moins, dès lors qu'il respecte certaines valeurs fondamentale . En conséquence il peut être rejeté dès qu'il prend des aspects inacceptables. On ne saurait dès lors se prévaloir de l'islamophobie ou d'un racisme antimusulman. Quels sont ces aspects inacceptables? La lecture de la décision laisse entendre qu'il s'agit de pratiques jugées telles dans toutes les sociétés les plus libérales au plan politique ; des sociétés civiles et des Etats qui ne confondent pas tolérance et acceptation de tous les excès issus du retour intempestif du religieux partout dans le monde. Que recouvre ces excès ? Sont-ils tous assimilables à de l'intégrisme ? Sans doute pas. Ce sera au juge de le préciser.

    Reste que cette décision du Conseil d'Etat pose bien des jalons, des points de repères sur lesquels s'appuyer pour faire barrage aux excès du religieux mais sans certitude dans l'interprétation. Elle fournit juste une indication de sens sur le port de la burka et sur tout voile assimilé mais elle ne règle rien sur la cohérence des règles et principe de la République française. Le juge administratif conserve les moyens de juger autrement. On voit qu'il reste en France à mieux articuler laicité, droit des femmes et antiracisme du moins tel que ce dernier est aujourd'hui interprêté. C'est sans doute toute une interprétation des principes républicains qui est à développer.


    Christian DELARUE
    Responsable national du MRAP s'exprimant à titre personnel.

    <cid:part1.06090802.03020103@wanadoo.fr>sur chrismondial blogg : </cid:part1.06090802.03020103@wanadoo.fr><cid:part1.06090802.03020103@wanadoo.fr>TLEMCEN 1990- Oppression : quand la poitrine est compressée et que le souffle de la vie passe mal...


    <cid:part1.06090802.03020103@wanadoo.fr></cid:part1.06090802.03020103@wanadoo.fr>*ANNEXE*

    Une Marocaine en burqa se voit refuser la nationalité française
    La burqa est-elle incompatible avec la nationalité française ? Une Marocaine de 32 ans, mariée à un Français et mère de trois enfants nés en France, vient de se voir refuser la nationalité au motif qu'elle "a adopté, au nom d'une pratique radicale de sa religion, un comportement en société incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française, et notamment le principe d'égalité des sexes".
    Pour la première fois en France, le Conseil d'Etat, dans un arrêt du 27 juin, a pris en compte le niveau de pratique religieuse pour se prononcer sur la capacité d'assimilation d'une personne étrangère. Jusqu'à présent, dans la communauté musulmane, seules des personnes jugées proches de mouvements fondamentalistes ou ayant publiquement tenu des propos relevant de l'islam radical se sont vu refuser la nationalité française. Et aucune n'est allée au bout de la procédure.
    Dans le cas de Faiza M., ce sont sa tenue vestimentaire et sa vie privée qui sont mises en avant pour confirmer le refus de la nationalité française. Invoquant le principe de liberté religieuse garanti par la Constitution et le fait qu'elle n'a, depuis son arrivée en France en 2000, "jamais cherché à remettre en cause les valeurs fondamentales de la République", Mme M. avait demandé au Conseil d'Etat d'annuler le décret de 2005 refusant sa demande pour "défaut d'assimilation".
    La commissaire du gouvernement (chargée de donner un avis juridique), Emmanuelle Prada-Bordenave, a insisté sur les entretiens qu'a eus le couple avec les services sociaux et la police. A trois reprises, Faiza M. se serait présentée "recouverte du vêtement des femmes de la péninsule arabique, longue robe tombant jusqu'aux pieds, voile masquant les cheveux, le front et le menton et une pièce de tissu masquant le visage et ne laissant voir les yeux que par une fente".
    Le couple reconnaît "spontanément" son appartenance au salafisme. Ce courant de l'islam, qui prône une lecture littérale et rigoriste du Coran, s'inspire du mode de vie des premiers fidèles du prophète Mahomet. Faiza M. a affirmé qu'elle n'était pas voilée quand elle vivait au Maroc et a indiqué "qu'elle n'a adopté ce costume qu'après son arrivée en France à la demande de son mari et qu'elle le porte plus par habitude que par conviction".
    "D'après ses propres déclarations, a souligné la commissaire du gouvernement, elle mène une vie presque recluse et retranchée de la société française. Elle n'a aucune idée sur la laïcité ou le droit de vote. Elle vit dans la soumission totale aux hommes de sa famille." Faiza M. semble "trouver cela normal et l'idée même de contester cette soumission ne l'effleure même pas", a ajouté Mme Prada-Bordenave, estimant que ces déclarations sont "révélatrices de l'absence d'adhésion à certaines valeurs fondamentales de la société française".
    Parallèlement, il est apparu que Mme M. "parle bien français", un critère habituellement retenu dans l'attribution de la nationalité et que, durant ses grossesses, elle a été suivie par un gynécologue homme.
    Cette décision, qui est prise quelques semaines après l'annulation d'un mariage entre deux époux musulmans, au motif que la femme avait menti sur sa virginité, traduit l'émergence dans la société française de questions liées aux particularismes religieux et culturels. "Cette affaire montre que le droit est de plus en plus amené à se prononcer sur les conflits de valeurs que pose l'islam à la société", constate Didier Leschi, ancien chef du bureau des cultes au ministère de l'intérieur, spécialiste de la laïcité. Sans possibilité de recours, Faiza M. pourra, selon les juristes, renouveler sa demande quand elle aura prouvé qu'elle "a fait siennes les valeurs de la République".
    Stéphanie Le Bars

    Source : www.lemonde.fr – 11 juillet 2008 </cid:part1.06090802.03020103@wanadoo.fr>


    votre commentaire
  • TLEMCEN 1990

    Oppression : quand la poitrine est compressée et que le souffle de la vie passe mal...


    J'ai eu l'occasion de voyager dans de nombreux pays du tiers monde entre 1973 et 1978 mais à cette époque là la question du voile n'était pas encore apparue. D'ailleurs de nombreux pays de culture religieuse musulmanes s'étaient relativement laicisés avec l'influence du marxisme diffusé dans de nombreux pays.

    Lors de l'été 1990, peu de temps avant Désert storm,  j'ai eu l'occasion d'être invité à Alger et à Tlemcen. Ce que je vais dire de Tlemcen n'est pas la vérité, c'est une perception à un moment donné. Je n'y suis pas resté suffisamment longtemps pour écrire sur le vécu des habitants et sur les rapports hommes-femmes dans cette ville. D'ailleurs, ce n'est pas mon propos.

    Sur la place centrale de Tlemcen je n'ai vu que des hommes, beaucoup d'hommes. Mais les rues de la ville étaient assez peu fréquentées. Les rares femmes qui sortaient de chez elles étaient totalement enfermé sous voile et rasaient les murs en regardant le sol.

    L'oppression se partage d'une certaine façon puisque j'en ai eu le souffle coupé. L'oppression n'est pas qu'un concept, elle aussi ce que l'on ressent quand la poitrine est comprimée et que le souffle de la vie passe mal.

    Ressentir l'oppression de l'autre ce n'est pas la vivre. D'ailleurs on ne sait pas comment l'autre vit cette oppression, comment il s'en accomode nécesairement et comment elle le fait néanmoins souffrir.

    Reste que cette expérience m'est rester.

    Se souvenir des grands bonheurs, ne pas oublier non plus les grandes détresses et en faire son miel pour un autre monde!

    Pousser le séparatisme à ce point, conjugué à un double enfermement, entre quatre murs et sous voile intégraln'est-ce pas là le patriarcat dans sa version hypersexiste la plus rétrograde ! Il n'autorise nullement le sexisme odinaire à perdurer .

    Christian DELARUE


    votre commentaire
  • JO : NE PAS CEDER AU CHANTAGE POLITICO-RELIGIEUX !

    par Amitié entre les peuples

    http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article195 
     

    Les Jeux Olympiques sont le comble de l'hypocrisie puisque cette institution fait constamment le contraire de ce qu'elle promeut. Les prochains Jeux risquent de monter d'un cran à propos du voile islamique la discordance entre les réglements sportifs de la Charte Olympique et la pratique réelle. Déjà lors des Jeux d'Atlanta des sportives voilées appartenant aux délégations d'Iran, d'Egypte avaient obtenu l'autorisation d'arborer ce signe politico-religieux. Ce qui est scandaleux ! Une véritable provocation ! En effet, si les sites des Jeux sont un espace de paix et de neutralité politique et religieuse alors ces symboles à caractère religieux mais aussi politique devraient y être strictement interdit.

    Apparemment à lire Annie Sugier les faux-culs et les aveugles sont légions dans les instances sportives. Voici les réponses fournies ! A vomir !

    Les réponses sont embarrassées, hypocrites voire fumeuses. Du genre « Le code du sport fixe ce que porte le joueur, non ce qu'il ne doit pas arborer, à l'exception de bijoux ou d'accessoires dangereux » (dixit la Fédération française de football, la FIFA ou la fédération internationale de volleyball) ou du genre ergoteur qui cite un cas particulier « il ne s'agit pas d'un foulard islamique »...En résumé « ce n'est pas que c'est autorisé, c'est que ce n'est pas interdit » ( dixit l'entraîneur d'une équipe féminine !).

    Quant à la porte parole du CIO, elle précise d'abord que seule une iranienne a fait une demande de port de voile dans les enceintes olympiques. Et d'ajouter, pour expliquer le profil bas adopté par le CIO dans ces affaires : « nous avons estimé que les motivations de cette iranienne n'avaient rien à voir avec de la propagande ». Naturellement cette réponse fait l'impasse sur les termes précis de la Charte Olympique qui interdit à la fois toute « propagande politique ou religieuse » mais aussi toute « manifestation » de ce type...

    Elle fait l'impasse aussi sur la déclaration du président du CIO en avril dernier, devant la conférence des Comités Nationaux Olympiques à Pékin, arguant des termes de la Charte Olympique cités plus haut, c'est-à-dire l'« interdiction de toute manifestation politique ou religieuse sur les sites olympiques », pour prendre position contre le projet des athlètes français de porter un badge sur lequel aurait été inscrite une simple citation de la Charte Olympique « pour un monde meilleur ». La porte parole du CIO tient, à ce propos, à souligner la différence entre la demande des athlètes français et celle de l'iranienne : « Les Hexagonaux n'ont pas posé comme condition de porter le fameux badge. La sportive iranienne, championne de taekwondo, elle, ne viendra pas si elle ne peut se couvrir du foulard ».

    On devine le chantage sexiste : ergoter sur les signes symboliques c'est exclure une femme qui plus est d'un pays ayant peu d'athlète et notamment d'athlètes femmes.

    Eh alors ! Ce n'est pas un argument recevable ! C'est même un chantage inadmissible ! Elle ne doit pas venir avec son symbole et son accoutrement ! Ni elle ni les autres !

    Christian DELARUE Resp national asso antiraciste

    1) Lire par exemple Michel CAILLAT Le sport olympique remis en cause

    http://www.apetudiante.info/spip.php ?article791

    2) Lire Annie Sugier

    http://www.ripostelaique.com/_annie-sugier_.html


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique